Répression politique. Réflexions sur l’affaire Soral [L’Agora]

A LA UNE

Nice : A 100 mètres de la basilique Notre-Dame de l’Assomption, une librairie et une mosquée islamistes…

A moins de 100 mètres du chevet de la basilique Notre-Dame de l’Assomption, où le 29 octobre dernier le...

Tyrannie Sanitaire. Les 3 attestations à télécharger pendant le confinement

« On se croirait revenu en temps de guerre » nous glissait ce matin un ancien avec qui nous...

Confinement, attentats islamistes, accélération de l’Histoire. Pour Laurent Ozon « L’histoire est ouverte et nous ne sommes pas encore morts » [Interview]

Alors que l'Histoire semble s'accélérer comme jamais ces dernières décennies, nous avons interrogé Laurent Ozon, essayiste, scénariste, qui séduit...

Attentat à Nice. Chassons les islamistes, par Clément Martin (Génération Identitaire)

Nous vous proposons de découvrir le texte ci-dessous de Clément Martin (Génération identitaire) rédigé suite à l'attentat islamiste de...

Attaque islamiste dans le secteur de Notre-Dame à Nice, trois morts et des blessés signalés. Le meurtrier serait un migrant tunisien

MAj : L’auteur de l’attaque de la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice ce jeudi 29 octobre, qui a...

« Provocation publique non suivie d’effet à la commission d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ». Tel est le motif qui explique qu’Alain Soral sera déféré au parquet ce jeudi après avoir été arrêté, en pleine rue, mardi, puis perquisitionné dans son domicile parisien et placé en garde à vue (NDLR : Il est poursuivi pour « provocation publique, non suivie d’effet, à la commission d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation », mais aussi pour « injure publique à raison de l’origine ou de l’appartenance ou de la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée » et « provocation publique à la haine ou à la violence, à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de l’origine ou de l’appartenance ou de la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée », tous délits prévus par la loi sur la presse de 1881)

Alain Soral n’est pas accusé de viol, comme l’est Gérald Darmanin, pourtant récemment nommé ministre de l’Intérieur bien qu’étant sous le coup d’une enquête, récemment réouverte.

Alain Soral n’est pas impliqué dans le meurtre du jeune Adrien Perez sur le parking d’une boite de nuit en 2018.

Alain Soral ne fait pas tous les jours la une des journaux, dans un pays en proie à une explosion des violences, aux meurtres, aux viols, aux agressions qui deviennent tristement « banales », ce qu’avait parfaitement décrit l’écrivain Laurent Obertone dans la France Orange Mécanique il y a quelques années.

Alain Soral n’est pas l’icône noire d’une presse mainstream qui a trouvé comme nouveaux héros un homme ayant braqué une femme enceinte avec un pistolet sur son ventre, et un autre accusé d’avoir violé un détenu sous la menace d’une fourchette…

Non, Alain Soral, comme à chaque fois qu’il est poursuivi en justice, relève de la loi sur la presse et de la 13e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Il est donc jugé, et condamné, pour des écrits, ou pour des paroles, pas pour des actes. C’est à nouveau ce qu’on lui reproche et qui justifie qu’on l’arrête aux yeux de la Justice fraichement dirigée par M Dupont-Moretti qui a semble-t-il décidé de faire de « l’extrême droite » sa priorité.

Quand bien même il aurait proféré les pires insanités. Alain Soral s’est contenté d’écrire, de parler, d’être dans son rôle de polémiste et de dissident. L’arrêter et vouloir le juger puis le mettre en prison (puisque c’est bien cela que semblent souhaiter les juges rouges qui sont derrière cette procédure), c’est finalement donner en partie lui donner raison ainsi qu’aux millions de personnes qui suivent, depuis des années, son travail en ligne, et qui manifestement, gênent le système.

Oui, c’est bien Alain Soral que l’on arrête aujourd’hui (et Boris Le Lay que l’on condamne hier à de la prison ferme là encore pour de simples écrits…). Lui et lui seul.

Détesté (ou admiré en silence) par toute une partie de la dissidence en raison de ses attaques, virulentes, contre des membres de la communauté juive et contre un « système sioniste » qu’il dénonce depuis des années, cela doit-il justifier un silence, ou pire encore, de hurler avec les loups, alors que ce dernier risque la prison encore une fois pour de simples paroles, pour de simples écrits, pas pour avoir violé une sexagénaire, pour avoir tabassé un passant, pour avoir agressé sexuellement une jeune femme ?

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire ». Cette phrase, on ne cesse de l’entendre, notamment sur Cnews, seule télévision qui laisse un peu de place à quelques chroniqueurs moins politiquement correct que les autres. On aimerait réellement que des Eric Zemmour, des Michel Onfray, des Mathieu Bock-Côté, des Alain Finkielkraut, des Eugénie Bastié ou des Elisabeth Levy, qui ne partagent pas les points de vue d’Alain Soral, prennent la parole, profitent des audiences dont ils bénéficient, et défendent son droit, lui aussi, à polémiquer, à exister politiquement et médiatiquement.

Car sinon, ce combat pour la liberté d’expression dont se pâment certains « dissidents tolérés » apparaitra bientôt comme un combat d’opérette, un combat toléré par le système, qui a besoin dans tous les cas de dissidents choisis pour survivre (tout en éliminant ceux qui refusent de se plier aux règles du jeu)

On attend aussi la réaction de Marine Le Pen, opposante politique numéro un à Emmanuel Macron si l’on en croit les sondages, mais également avocate. Il serait bien qu’elle dise publiquement ce qu’elle pense de l’arrestation d’un homme (par ailleurs ancien compagnon de route de son parti) en raison de ses paroles et de ses écrits, et de sa possible mise en détention à venir.

Autant Alain Soral peut irriter, c’est le moins que l’on puisse dire, avec certaines de ses analyses, de ses propos parfois réducteurs et de ses propositions. Autant il peut, aussi, aux yeux de beaucoup, paraitre détestable humainement notamment. Mais qui ne peut être extrêmement admiratif du combattant politique qu’il est ? Ceux qui se réjouissent de son interpellation m’écœurent profondément.

Ce qu’ils ne semblent pas comprendre, c’est qu’aujourd’hui c’est Alain Soral, comme hier Boris Le Lay, comme depuis quelques années les censures généralisées des uns et des autres au sein des réseaux sociaux. Qui vous dit que demain, ce ne sera pas vous ? Vous en êtes certain, vraiment ? Alors ne laissez pas passer cela.

Julien Dir.

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

Les derniers articles

Pour Vol West (Le survivaliste), « C’est la guerre »

Pour Vol West (Le survivaliste), « C'est la guerre » https://www.youtube.com/watch?v=YDa6u9xlsrY Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et...

Terrorisme islamiste : l’impuissance de Macron

Retour sur l’attentat islamiste de Nice. 24 heures après la mort de 3 personnes tuées par un clandestin tunisien,...

Être Dieu et héros. Un dieu sauvage, par Bernard Rio

Bernard Rio que l’on connaît pour sa connaissance et sa pratique des chemins millénaires qui parcourent l’Europe se risque ici, confinement oblige, à une...

Malgré ses 3000 euros par mois, l’imam d’Allonnes ne boycottait pas la CAF

L’ancien imam d’Allonnes, près du Mans, a été placé en garde à vue le 27 octobre par la police judiciaire d’Angers, ainsi que sa...

Vintimille : une frontière entre la France et l’Italie ouverte à tous vents

Brahim Aoussaoui, tunisien de 21 ans qui est l’auteur présumé de l’attentat de Nice le 29 octobre dernier – il a égorgé et décapité...

Les sentiers de la victoire, Les grandes affaires criminelles, Napoléon, Salan, Le roman de La Fayette : la sélection littéraire de la semaine

Les sentiers de la victoire, Les grandes affaires criminelles, Napoléon, Salan, Le roman de La Fayette : voici la sélection littéraire de la semaine. Les...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -