Langues régionales. Une délégation corse au Pays Basque pour s’inspirer de l’enseignement immersif

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

L’enseignement immersif au Pays basque inspire la Corse, dont une délégation s’est rendue à Bayonne pour étudier le fonctionnement des écoles associatives de la fédération Seaska. Avec l’idée de faire pareil, ou presque, sur l’île de Beauté.

Réussite d’un modèle au Pays basque Nord

Si le modèle d’enseignement immersif en langue basque suscite des réticences de la part de l’Éducation nationale française, comme nous l’évoquions cet été, il est en revanche étudié avec intérêt par les défenseurs des autres langues régionales de l’Hexagone. Ainsi, une délégation corse menée par le député européen François Alfonsi s’est rendue à Bayonne du 12 au 14 septembre dernier afin de rencontrer des acteurs associatifs, politiques et économiques de la région.

Une délégation corse qui comprenait dans ses rangs : Jean-Félix Acquaviva, député à l’Assemblée nationale ; Lisandru de Zerbi, adjoint au maire de Bastia en charge de la langue corse ; Noël Tomasi, premier adjoint au maire de Biguglia, Ghjiseppu Turchini, porte-parole de l’AILCC, association des enseignants de langue et culture corses ; Jean-Pierre Luciani, responsable du Syndicat enseignant STC Educazioni ; Denis Luciani, président de l’Association des parents d’élèves Associ di i Parenti Corsi ; Antonia Luciani, secrétaire générale de la fondation Coppieters ; Mathieu Ceccaldi, maire de Marignana, assistant du député européen ; et enfin Fabienne Giovannini, conseillère territoriale et assistante du député européen.

L’occasion d’approcher au plus près la réalité de l’enseignement 100 % en langue basque développé par la fédération des ikastola, Seaska. Les Corses ont notamment visité plusieurs établissements de la maternelle au lycée, tous gérés par des associations de parents d’élèves dans un but non lucratif.

La Corse veut tester l’immersif en associatif

Ce déplacement de la délégation corse s’explique par la réussite des Basques en la matière. La fédération Seaska, dont les établissements sont reconnus par le ministère de l’Éducation nationale, accueillait plus de 4 000 enfants à travers 31 ikastola répartis dans le Pays basque Nord à la rentrée 2019. C’est en 1969 que la première ikastola a été créée à Arcangues. Un beau chemin a donc été parcouru depuis pour la sauvegarde du basque.

Ce modèle immersif a aussi séduit François Alfonsi : « Il suffit de voir les statistiques des dernières années. Le Pays Basque est l’un des pays en Europe où l’on observe que les jeunes générations, de 15 à 25 ans, sont celles qui parlent le plus la langue basque, plus encore que les personnes de plus de 80 ans. » Un résultat d’autant plus spectaculaire que le Pays basque Nord ne dispose d’aucune structure institutionnelle propre, étant noyé dans le département des Pyrénées-Atlantiques, sans cohérence historique ni géographique.

Dans le même temps, en Corse, les filières bilingues classiques peinent à assurer la transmission de la langue, laquelle nécessiterait un système d’enseignement plus offensif. « Aujourd’hui, on assiste à une érosion de langue corse au fur et à mesure des générations. Les gens sont de moins en moins corsophones. », rappelle le député européen.

Mais ce voyage en terre basque donne des idées aux Corses, qui ne comptent pas perdre de temps pour passer à l’action. L’objectif est clair pour François Alfonsi : formaliser une « initiative corse pour l’enseignement immersif de type Seaska dont le contenu sera défini sur la base de l’expérience basque » et ce, dès la prochaine rentrée scolaire.

Les Basques ont rendez-vous en Corse au mois de décembre

L’idée de la délégation corse est donc de proposer de l’enseignement immersif en commençant d’abord avec des classes de maternelle puis en mettant en place par la suite une offre jusqu’au bac. Si deux villes (Bastia et Biguglia) se sont déjà portées candidates et comptent apporter des moyens humains et financiers pour la création de tels établissements, le projet s’inspirera aussi des Basques sur le plan juridique puisque ces écoles seront gérées sous forme associative. Et, pour le député européen, il n’y a pas de doute, « les parents verront ensuite que le système de type ikastola est de loin le plus performant ».

Par ailleurs, si la Corse compte déjà trois expérimentations du système immersif dans le public, les résultats de la filière bilingue mise en place dans l’enseignement public seraient insatisfaisants. En effet, le français y est encore trop présent, que ce soit dans la cour de récréation ou à la cantine et le coefficient d’imprégnation serait donc insuffisant.

Les échanges entre Basques et Corses sont amenés à se poursuivre. Une rencontre portant sur la question de l’apprentissage immersif de la langue régionale, mais aussi sur des questions plus larges liées à l’autonomie, est prévue les 4 et 5 décembre prochains à Bastia. Le président de la Communauté d’agglomération Pays Basque Jean-René Etchegaray est notamment attendu sur l’île, accompagné d’une délégation basque composée d’acteurs associatifs, politiques et économiques. Des échanges auxquels le président du conseil exécutif corse Gilles Simeoni a apporté son soutien. Un bel exemple de coopération directe sans passer par Paris !

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Louis de Raguenel (Europe 1) : « Le vaccin que l’on se fait injecter […] ne sera sans doute plus efficace face aux nouveaux...

Sur le plateau de LCI lundi 26 juillet, Louis de Raguenel, chef du service politique adjoint à Europe 1,...

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Articles liés

Yannick Kerlogot : que dit le rapport sur les langues régionales ?

Yannick Kerlogot : que dit le rapport sur les langues régionales ? Interview par Eric Pinault sur le plateau de France 3 Bretagne le...

Il y a 127 ans le drapeau basque était hissé pour la première fois

Tout les bretons connaissent l'Ikurriña, le drapeau basque aux trois couleurs : rouge, vert, blanc. Mais peu d'entre eux savent que, comme le Gwenn ha...

Pays Basque : Manifestation d’agriculteurs en tracteurs contre la spéculation immobilière

En Bretagne comme au Pays Basque, la spéculation immobilière est devenue le cancer des territoires à forte identité. Depuis plusieurs mois, le site d'Arbonne, dans...

« Régions de France », Carole Delga et Renault Muselier pour l’autonomie de la Corse !

On se souvient de la prise de position de « Régions de France » le nouveau nom de l'association des régions de France qui...