Croke Parke, la bande dessinée qui commémore le Bloody Sunday de 1920

A LA UNE

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Covid-19. Second pic épidémique planétaire 2020 franchi en 2ème quinzaine de novembre : l’hémisphère nord est le plus touché

Résumé de la situation  Au niveau planétaire, la contamination poursuit sa progression principalement en Europe et en Amérique du...

Théorie de la révolution, par José Antonio Primo de Rivera

José Antonio Primo de Rivera y Sáenz de Heredia, né le 24 avril 1903 à Madrid et mort le 20 novembre 1936 à Alicante, est un homme politique espagnol, fils du général Miguel...

Le massacre perpétré par l’armée britannique dans le stade de Croke Parke, en 1920, est le tournant de la Guerre d’indépendance irlandaise. Une superbe bande dessinée commémore ce Bloody Sunday.

Dublin, 21 novembre 1920. Au matin, au cours d’une opération d’envergure menée par Michael Collins, l’IRA exécute dans leurs lits 14 espions anglais, qui étaient eux-mêmes chargés d’éliminer les indépendantistes irlandais. Les autorités britanniques pensent que les indépendantistes se cachent dans le stade de Croke Park, parmi les spectateurs d’une rencontre de football gaélique, sport traditionnel irlandais. En représailles, les soldats britanniques pénètrent dans le stade pour y perpétrer un effroyable bain de sang parmi les spectateurs et les joueurs. Près de 80 ans plus tard, le 24 février 2007, c’est dans ce stade historique, lors du tournoi des Six Nations, que l’Irlande reçoit l’Angleterre. Les autorités craignent qu’en souvenir du massacre de 1920, l’hymne anglais soit sifflé. Mais la vengeance ne sera que sportive : les rugbymen irlandais écrasent les Anglais 43 à 13.

C’est le scénariste brestois Kris qui dirige, au sein des éditions Delcourt, cette nouvelle collection consacrée à des faits sportifs ayant marqué l’Histoire.

Professeur d’histoire à Blois, Sylvain Gâche dresse astucieusement un parallèle entre le « Bloody Sunday » de 1920 et la rencontre sportive de 2007. Son récit de la préparation des assassinats par l’IRA est bien ficelé. La tension monte, petit à petit, vers la terrible vengeance de l’armée britannique. On a même l’impression d’être dans le stade.

Sylvain Gâche s’est rendu à deux reprises en Irlande, dans les quartiers où avaient eu lieu les massacres, au cimetière où reposent les victimes de ce Bloody sunday, et, bien sûr, à Croke Park, même si ce stade ne ressemble plus à celui de 1920.

Les dessins empreints de réalisme de Richard Guérineau sont sublimes et dynamiques. Il traite la période 1920 au feutre et au pinceau, avec des aplats de noirs tranchés. Mais pour le match de 2007, il a voulu par des planches en lavis donner une certaine douceur au dessin. Ainsi fait-on aisément la différence entre les deux époques. En hommage à l’Irlande, la couleur verte prédomine.

 En fin d’album, agrémenté de photos d’époque, un dossier signé Syvlain Gâche retrace le drame de 1920, le parcours de Michael Collins et présente même le football gaélique.

Kristol Séhec

Croke Park, dimanche sanglant à Dublin. 128 pages, 21,90 euros. Editions Delcourt.

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Football. Le phénomène Diego Maradona est mort à 60 ans

Le plus grand joueur argentin de football de tous les temps, Diego Maradona est décédé mercredi d'un arrêt cardiaque,...

Stéphane Ravier : « Qu’a fait Didier Raoult pour mériter ce traitement ? Il n’apporte pas la soupe aux laboratoires ? »

Qu’a fait le Professeur Raoult pour mériter un tel traitement ? Est-ce parce qu’il est Marseillais ? Parce qu’il...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO