Rennes. Nathalie Appéré (PS) et Valérie Faucheux (EELV) n’iront pas en vacances ensemble

Au conseil municipal de Rennes, on ne s’ennuie pas avec Valérie Faucheux (EELV). Elle s’était déjà illustrée en s’opposant au départ du Tour de France 2021 dans sa ville. Elle poursuit son travail d’« opposante » au sein de la majorité municipale…

D’abord maire de Saint-Jacques-de-la-Lande, puis muté à Rennes par son patron Edmond Hervé, Daniel Delaveau (PS) fut donc la locomotive de la liste « Rennes, une ambition partagée » (rassemblement des gauches et d’anciens élus verts) aux élections municipales de 2008. Simple formalité puisqu’il engrange 46,98% des suffrages exprimés au premier tour et 60,40% au second. Trois listes trotskistes sont en compétition ; l’une d’elles est dirigée par Valérie Faucheux – c’est la liste de la Ligue communiste révolutionnaire qui récolte 4,99% des voix (« Rennes à gauche »). Mme Faucheux semble très contente de ce résultat puisqu’elle déclare : « Nos scores sont très bons partout en Bretagne. C’est très encourageant » (Ouest-France, Ille-et-Vilaine, lundi 10 mars 2008).

Du trotskisme à l’écologie

Tellement « encourageant » que l’intéressée quitte la LCR (devenu NPA) pour entrer en religion chez les Verts. Si bien qu’aux élections municipales de 2020, on la trouve au premier tour en sixième position sur la liste v »Choisir l’écologie pour Rennes » (25,37%) et au second en treizième position sur la liste « Pour Rennes avec Nathalie Appéré » – fusion des listes socialiste et écologiste (65,35%). À 47 ans, Mme Faucheux sort donc de la marginalité politique et troque les petits scores électoraux sans débouché contre le job de « 14ème adjointe aux mobilités et déplacements » au conseil municipal de Rennes. Alleluia !

Faisant preuve du zèle des néophytes – recyclage oblige -, Mme Faucheux n’hésite pas à attaques le bilan des anciennes municipalités socialistes. Par exemple : « On ne peut pas tordre en cinq ans une politique de plus de cinquante ans en faveur de la voiture. » Piqué au vif, l’ancien maire Delaveau répond : « Quel dommage que depuis plus de quarante ans, Edmond Hervé et ses équipes n’aient pas pensé à créer un plateau piétonnier, ni à intercommunaliser les transports (…), ni prévu de faire une, puis deux lignes de métro. » (Ouest-France, Rennes, mardi 20 octobre 2020). À coup sûr, au cours du mandat, on assistera à d’autres affrontements entre les « socialos » et les « écolos ». On peut compter sur Valérie Faucheux pour animer le débat ! Nathalie Appéré et Marc Hervé – n’ont pas fini de « s’amuser » !

Un changement d’époque

L’itinéraire suivi par la dame Faucheux montre un changement d’époque. Après Mai-68, les gauchistes de tous poils (trotskistes, maoïstes, tiers-mondistes), fatigués par la marginalité et attirés par le casse-croûte, ont trouvé le gîte et le couvert au Parti socialiste. Ils apportèrent à François Mitterrand les militants et les cadres dont ce dernier avait grand besoin pour réussir sa marche vers l’Élysée. En échange, ces convertis au mitterrandisme devenaient ministre (Lionel Jospin), sénateur (Jean-Luc Mélenchon), patron de la télé (Hervé Bourges)… Aujourd’hui le PS est non seulement passé de mode, mais encore il n’assure plus son rôle de parti dominant de la gauche. Alors les gauchistes du XXIème siècle réussissent leur reconversion ailleurs : chez les écolos. Ce qui explique  pourquoi le discours des leaders d’EELV est, parfois, davantage écologiste qu’écologiste. Davantage préoccupé par le’s immigrés que par les petits oiseaux.

Bernard Morvan

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS