11 novembre : pas d’armistice pour l’ensauvagement…

A LA UNE

Covid 19. Amnesty international accuse la Belgique d’avoir sacrifié ses anciens

Avec 1429 morts par million d’habitants à ce jour, la Belgique serait le pays le plus touché au monde...

Le lobby immigrationniste en France, minoritaire numériquement, puissant en influence

L’occupation le 23 novembre de la place de la République à Paris par des migrants et la « mise à...

Julien Langella : « Politiquement, le Pape François devrait se taire » [Interview]

Les sorties politiques du Pape François se multiplient, et feraient presque parfois passer Jean-Luc Mélenchon pour un réactionnaire. Prônant...

Adrian Gilles (Boisson Divine) : « Une langue qui est parlée ne meurt pas » [interview]

Boisson Divine, à écouter sans modération ! Depuis 2005, ce groupe de musique du sud-ouest fait la fierté de la...

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Dans un pays visiblement « apaisé » par le théâtre absurde du confinement – qui permet d’enterrer avec 30 personnes dans une église mais interdit les messes dominicales, d’acheter des pyjamas pour enfant de deux ans, mais pas pour trois – toute commémoration donne maintenant lieu à des « feux de joie » dans les quartiers dits « sensibles » et pas seulement.

Dans la nuit du 10 au 11 novembre, pas moins de 14 (!) feux de poubelles ont éclaté dans le quartier « sensible » de la Trébale à Saint-Nazaire ; les policiers dépêchés sur place ont verbalisé pour non-port de masque ou d’attestation une dizaine de « jeunes gens » visiblement sortis commémorer les morts de la Grande Guerre. A 135 € la sortie, les poubelles sont rentabilisées.

Toujours dans la même nuit, à Vertou cette fois, allée du Chapeau Berger, une épave de voiturette garée depuis 14 ans n’a pas passé l’hiver. Un inconnu y a mis le feu, emportant trois autres voitures dans l’incendie.

A Vannes, une aire de jeux pour enfants à mobilité réduite, inaugurée fin 2019 à Tohannic, a été vandalisée dans cette même nuit du 10 au 11 novembre.  Et à Auray, c’est le monument aux morts lui-même qui a été dégradé, ce que les élus ont constaté lors de la cérémonie le matin même.

A Brest, toujours dans la nuit du 10 au 11 novembre, un homme de 27 ans résidant dans un foyer à Gouesnou a été interpellé en flagrant délit de vol roulotte ; les policiers ont constaté huit voitures visitées sur le même parking et reçu quatre plaintes dans la matinée. L’histoire ne nous dit pas si le délinquant avait son attestation professionnelle de voleur sur lui, et s’il portait bien le masque.

Louis Moulin

Photo d’illustration : Toufik-de-planoise/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Allemagne : Un homme fonce en voiture sur des passants à Trèves – Plusieurs morts et 15 blessés, l’auteur arrêté

Des passants ont été percutés par un individu armé de sa voiture dans une zone piétonne à Trèves, dans...

Guillaume Bigot : Pourquoi il faut virer le parti de l’étranger

Toute aristocratie connaît trois âges successifs, comme l'avait vu Chateaubriand :"l'âge des supériorités, l'âge des privilèges et l'âges des...

3 Commentaires

  1. mais macron et sa clique s’en fout, il est là pour détruire la France et il réussit pas mal. Les plus c…. ce sont ceux qui ont voté pour ce psychopathe et sa clique de skyzophrènes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici