Migrants en Manche : maintenant, les Britanniques les mettent en prison

A LA UNE

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Covid-19. Second pic épidémique planétaire 2020 franchi en 2ème quinzaine de novembre : l’hémisphère nord est le plus touché

Résumé de la situation  Au niveau planétaire, la contamination poursuit sa progression principalement en Europe et en Amérique du...

Quatre ans après que la France découvrait la jungle de Calais, les migrants restent la problématique majeure de la ville – deux camps d’une centaine de migrants ont encore été expulsés cette semaine. Mais d’autres continuent à affluer, dans l’espoir de passer la Manche sur des embarcations de fortune. De l’autre côté, les anglais commencent à mettre en prison ceux qui ont réussi, en espérant que ça découragera les autres.

Depuis la forte hausse des traversées de la Manche par les migrants ces derniers mois, le ministère britannique de l’Intérieur (Home Office) s’est juré d’empêcher les migrants de franchir la Manche, en les décourageant au maximum. Désormais, les tribunaux emprisonnent les migrants qui ont réussi à passer l’eau, même si l’accusation n’arrive pas à établir la présence d’une association de malfaiteurs (passeurs, mafia… un imam a même été condamné en 2019 pour avoir organisé six passages de la Manche) derrière l’organisation de leur traversée.

Les forces de l’ordre utilisent aussi des drones pour suivre les barques de migrants et identifier avec certitude ceux qui les pilotent. Un de ces passeurs, accusé d’homicide involontaire, est actuellement mis en cause à Dunkerque où il encourt dix ans de prison – le canot de ce passeur kurde iranien, membre d’un groupe organisé, a chaviré dans la Manche le 27 octobre dernier, entraînant la mort de quatre migrants.

Plusieurs milliers d’euros pour effectuer la traversée

Mi-septembre, d’après les autorités françaises, 6 200 migrants au moins avaient tenté la traversée depuis le début de l’année 2020 et 4000 y étaient arrivés ; des migrants paient des passeurs iraniens, mais aussi albanais ou nord-africains plusieurs milliers d’euros pour s’entasser dans un canot – souvent un Zodiac ou une annexe volée ailleurs sur les bords de la Manche – et passer la mer. En septembre, 1951 migrants ont réussi à traverser d’après les anglais, mais seulement 260 dans la première moitié d’octobre, après un renforcement des mesures prises par les autorités des deux pays.

Les autorités britanniques et françaises s’appuient sur la veille menée depuis les autres navires, et sur des survols réguliers du Pas de Calais pour intercepter des flottilles de plus en plus nombreuses – ainsi, le 18 octobre, 170 migrants entassés sur 12 bateaux ont atteint l’Angleterre, tandis que 222 étaient interceptés en route.

De l’autre côté, les Britanniques les filtrent dans deux camps qui ressemblent plus à des chantiers qu’à des centres d’hébergement, selon l’inspection britannique des prisons, Tug Haven et Kent Intake à Douvres. Puis ils les entassent dans des logements provisoires, ou des cités d’urgence de la dernière guerre mondiale, comme à Folkestone pour 400 d’entre eux, avant de les expulser dans l’autre sens. La quasi-totalité des migrants sont des jeunes gens célibataires venus de Syrie, Erythrée, Soudan, Irak.

Louis Moulin

Photo d’illustration: DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Les éditions Auda Isarn. Notre sélection de 5 livres à offrir pour Noël

Nous débutons en cette fin novembre un tour d'horizon des éditeurs, des librairies, des initiatives qui méritent d'être soutenues...

Diego Maradona, un gamin en or

Âgé de 60 ans, Diego Armando Maradona est décédé le 25 novembre 2020. ARTE diffuse un portrait de la...

9 Commentaires

  1. Mais putain pourquoi ne coulent on pas ces foutus bateaux , en plus il n’y a que des hommes et ça c’est un problème car ces gens dans leurs pays prennent les femmes pour des objets ayant moins de valeurs qu’une biquette et ça ça met en danger nos femmes, nos filles , c’est ajouté des sauvages à un nombres déjà plus qu’imposant de sauvages en France , pourquoi nos frontières sont elles si perméables enfin du moins si t’es un noir ou un arabe car si t’es blancs européen là sans papiers tu te fais contrôler , incroyable mais pourtant bien réel !!!

  2. Les Droits de l’Homme à la sauce européenne nous empêcheraient de faire comme les Anglais.
    D’où l’intérêt, une fois de plus, d’envisager le FREXIT !

  3. These prisons that the article refers to, happen to be four star hotels, fully equipped with gym and sauna facilities, cleaning services and three meals per days. On top of that, these Fakeugees are allowed to roam the streets at free will, and are given spending money for clothes, cigarettes ‘phone top ups etc., along with free health care and access to free legal advice and lawyers fighting for their cause. The same applies to the disused army barracks which are being used as overspill facilities because there are so many of these no-good layabout Gimmegrants all looking to Treasure Island for a free ride in life!

  4. Si le gouvernement voudrait mettre les mots de Jupiter en action – malgré les droits de l’homme – il pourrait belle et bien – mais c’est que des mots creux et il suit les ordres du monarque et lui d’Oxfam et Open society😩

  5. Plusieurs milliers d’euros pour une traversée de quelques kilomètres, mais où donc prennent-ils tant d’argent ces soit-disants malheureux, faméliques , persécutés etc etc Soro ne serait-il pas là derrière ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici