Jair Bolsonaro. « Certains tentent de détruire l’unité du Brésil en y important des conflits inter-raciaux, via de soi-disant combats pour l’égalité et la justice sociale »

Jair Bolsonaro en entame du G20 : “certains tentent de détruire l’unité du Brésil en y important des conflits inter-raciaux, via de soi-disant combats pour l’égalité et la justice sociale”

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

Une réponse

  1. Les inégalités raciales ont toujours existé au Brésil. Comme c’est un pays plus métissé que les Etats-Unis, elles ne sautent peut-être pas aussi nettement aux yeux. Et surtout, la situation est (ou était) admise tacitement : les noirs étaient en bas, les blancs en haut, c’était ainsi, un fait de société. Les recensements brésiliens le montraient autrefois sans ambiguïté. Ils indiquaient la couleur de peau, avec différentes nuances. Cette information a disparu des recensements dans les années 1970. Mais les inégalités n’ont pas disparu pour autant. Il existe tout un vocabulaire pour le dire indirectement (un enfant est « bien né » s’il a la peau claire, etc.).
    Comme aux Etats-Unis, la délinquance est beaucoup plus élevée chez les noirs que chez les blancs. Les Brésiliens voient donc couramment des noirs arrêtés par des policiers blancs. Mais les événements des derniers mois aux Etats-Unis, mondialement médiatisés, ont détruit ce qu’on aurait pu appeler le « racisme consensuel » : le ressentiment monte chez les noirs brésiliens.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !