Bretagne. Élections régionales : un second tour de piste pour Marc Le Fur (LR)

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

La partie n’est pas facile pour la droite en Bretagne. Pourtant Marc Le Fur (LR) se verrait bien diriger à nouveau la liste aux élections régionales de 2021. À droite, à part Le Fur, on voit mal qui pourrait devenir la locomotive…

Marc Le Fur (LR), vice-président de l’Assemblée nationale, député de Loudéac, président du groupe « Droite, centre et régionalistes », persiste et signe. Il a l’intention de diriger la liste de la droite aux élections régionales de 2021. Au premier tour de 2015, il avait obtenu 23,46% des suffrages, derrière Le Drian (34,92%). Au second, il progresse (29,72%), toujours en seconde position derrière Le Drian (51,41%). Ce qui donne à la liste LR – UDI – MoDem 18 élus sur 83 sièges. Depuis, la situation s’est nettement dégradée puisque les centristes sont partis et ont monté leur groupe (« Bretagne unie »). À la manœuvre, Bernard Marbœuf (UDI), maire de Lecousse et président de Fougères agglomération ; décision logique puisque Marbœuf s’opposait fréquemment aux idées de son président de groupe. Verra-t-on les centristes rejoindre la liste des Marcheurs ?

« La Bretagne, ce n’est pas Nice ! »

« Dans les starting-blocks pour être candidat de la droite aux régionales sur ses terres bretonnes, toujours aux mains du PS, le député LR des Côtes-d’Armor Marc Le Fur pense que son camp a un coup à jouer dans ce scrutin. « Nous ne partons pas favoris mais la porte existe et c’est à nous de la pousser », confie-t-il. Sur la stratégie à adopter, celui qui est aussi vice-président de l’Assemblée nationale est clair : il n’y aura chez lui aucune alliance entre la droite et les macronistes contrairement à ce que prône depuis des semaines Christian Estrosi. « La Bretagne, ce n’est pas Nice ! », s’étrangle-t-il. Par ailleurs, Le Fur ne croit pas une seconde aux candidatures des deux « barons » de LREM Jean-yves Le Drian et Richard Ferrand. Le premier a « la tête ailleurs », estime-t-il, quand le second « ne prendra pas le risque d’y aller ». Il croit en revanche à une candidature de Florian Bachelier, député LREM d’Ille-et-Vilaine. « Le gars qui se trouve soudainement des attaches dans le Finistère et qui se pique d’intérêt pour la question du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne : il y a des signes qui ne trompent pas » ». (L’Obs, 19 novembre 2020).

On veut bien admettre que, pour Le Fur, devenir président du conseil régional, serait son bâton de maréchal. Son action en faveur de la Bretagne serait ainsi récompensée. Mais l’image de Le Fur apparaît davantage locale que régionale. En effet s’il apparaît imbattable dans sa circonscription de Loudéac, il en va différemment à l’échelon breton. Là, il lui manque charisme, notoriété et popularité ; une insuffisante médiatisation en est la cause. Évidemment, il peut répliquer que pour Loïg Chesnais-Girard (PS), actuel président du conseil régional, le problème est le même.

« Nous allons continuer le combat que nous avons entrepris de manière stimulante », affirmait-il au soir de sa défaite il y a cinq ans (Le Télégramme, lundi 14 décembre 2015). Cette fois, il faudra compter avec la liste des Marcheurs qui siphonnera des voix à gauche… et à droite.

Bernard Morvan

Crédit photo : corentin.lefur/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Faut-il encore investir dans l’immobilier ?

La situation économique mondiale liée à la crise sanitaire nous a montré à quel point l’équilibre financier pouvait être...

Eric Zemmour : « Le gouvernement français n’ose même pas imposer l’interdiction du voile islamique dans l’espace public pour les petites filles »

Eric Zemmour : « Le gouvernement français n’ose même pas imposer l’interdiction du voile islamique dans l’espace public pour...

1 COMMENTAIRE

  1. Il ne manque pas de charisme, il suffit de l’écouter, à l’Assemblée ou ailleurs ! Marc Le Fur est à l’avant-garde du combat pour la réunification.
    Et il n’y a que lui pour représenter la droite régionaliste !

Comments are closed.