L’instruction en famille : dernier rempart de la responsabilité parentale [L’Agora]

A LA UNE

Gilles Pennelle/Florent de Kersauson (RN) : « Faites entendre votre voix et ne laissez pas la Bretagne aux mains des socialistes ! » [Interview]

À quelques encablures du second tour des élections régionales qui aura lieu dimanche 27 juin, le Rassemblement National est...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Notre processus démocratique marche mal, de plus en plus mal » [Interview]

Premier des cinq candidats à répondre aux questions à quelques jours du second tour des élections régionales, Thierry Burlot,...

Régionales 2021. Le point sur le second tour, région par région

On vous propose de faire le point sur le second tour des régionales qui se déroulera dimanche prochain, point...

2ème tour des élections régionales en Bretagne. Mode d’emploi

Après le premier tour qui n'a pas mobilisé les foules, le deuxième tour des élections régionales s'annonce dimanche en...

Régionales 2021. Les résultats dans toutes les régions de France

Retrouvez ci-dessous les résultats des élections régionales dans toutes les régions de France. L'abstention s'établit à 66,1%, ce qui constitue...

Le projet de loi présenté le 9 décembre de cette année propose l’interdiction de l’instruction en famille dit «IEF » ou école à la maison, réalité qui ne concerne que 0,5% des enfants Français. Il y a pourtant urgence à défendre cette liberté fondamentale qu’est le choix parental des modes d’instruction dans la mesure où il s’agit du dernier rempart contre la destruction totale du principe de la responsabilité parentale. Si cette loi passe, tous les parents en paieront le prix.

La possibilité de l’instruction en famille se fonde sur un couple responsabilité/liberté fondamentale pour notre société toute entière. Les parents ont en principe le devoir, la responsabilité, d’élever leurs enfants dans la sécurité et la salubrité, et de les instruire. Ils ont même à ce sujet une obligation de résultat. Pour ce faire, ils disposent normalement de toutes latitudes et toutes libertés – c’est la condition d’un juste exercice de leur autorité parentale que de les mettre dans la situation d’exercer des choix éclairés. Ce cadre d’exercice de la responsabilité parentale a un nom : il s’agit de la « liberté éducative ».

Cette « liberté éducative » s’exerce dans tous les actes parentaux du quotidien : des mathématiques à la politesse, de la spiritualité à la grammaire, en passant par l’apprentissage de la propreté à la lecture. C’est aux parents de choisir les moyens d’atteindre un résultat suffisant pour permettre à leurs enfants de vivre en société, dans le respect de leur sécurité et stabilité physique et psycho-affective.

C’est l’exercice de ce couple devoir / liberté qui permet un demain : l’éducation donnée aux enfants et plus globalement toutes les transmissions intergénérationnelles assurent la survie du corps social en tant que tout unifié et cohérent. Il est donc normal que ce devoir, ce droit et cette liberté reviennent entièrement aux citoyens.

L’école gratuite, nationale et républicaine, qui a pour objet la diffusion et le maintien des valeurs républicaines est devenue l’unique possibilité d’instruction des enfants pour beaucoup de parents. Le système de financement de ces seules écoles par l’impôt oblige les parents qui font le choix d’autres institutions à payer deux fois. Dans une société dont le modèle économique est le foyer à double salaire, cette contrainte s’avère dans les faits coercitive. De même la mobilité géographique qu’induisent nos modes de vie modernes réduit largement les relais qu’offraient naturellement la proximité familiale. Dans les faits, donc, le choix de l’instruction en famille s’avère pour la majorité totalement illusoire.

Il n’en n’est pas moins le témoin du rôle social symbolique de la famille, et de la place prépondérante des parents dans la cité dans l’ordre politique naturel d’une société, par la préparation de l’avenir qu’ils assurent. Pierre-Charles Chesnelong, lors des débats avec Jules Ferry ne disait pas autre chose lorsqu’il attaquait le principe de l’école républicaine : « Que faites-vous de la famille par vos lois d’enseignement ? […]Vous mutilez son droit et vous restreignez son devoir ; vous la diminuez deux fois. Le père n’est vraiment père que lorsqu’il peut remplir complètement tous les devoirs de la paternité et en exercer librement tous les droits (Très bien ! très bien ! scandait alors la droite de l’hémicycle). »

La liberté des parents de choisir le mode d’instruction de leurs enfants, jusqu’à prendre la décision de l’assurer eux-mêmes n’est pas une question pratique, c’est une question de principe. Aucun argument pratique et circonstanciel (radicalisation, violences) n’est supérieur à ce principe ; ces dérives sont prévues dans les lois qui punissent tout manquement à la responsabilité parentale, justement !
Le maintien de cette liberté est donc fondamental dans la mesure où elle est la marque de confiance d’un Etat dans la première cellule pré politique qu’est la famille, et en cela elle concerne toutes les familles.
La responsabilité parentale est déjà attaquée de toutes parts, avec par exemple la récente loi sur les modes d’exercice de l’autorité parentale (loi dite « sur la fessée ») ; toutes ces lois dépossèdent les parents de leur responsabilité au profit d’un contrôle croissant de l’Etat sur les choix des familles. Interdire l’école à la maison, c’est une nouvelle infantilisation des parents, qui répond à l’infantilisation généralisée de la société. Les libertés publiques sont la condition d’exercice de nos responsabilités en tant que citoyens. Sans ces libertés, nous ne sommes plus que d’éternels mineurs sous la coupe d’un Etat totalisant.

Se battre pour le maintien de la possibilité de l’instruction en famille est une urgence absolue. C’est se battre pour la reconnaissance de la responsabilité et des libertés parentales, c’est nous laisser rester maitres de notre destin.

Iseul Turan, pour Sursum Corda et les Antigones

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Illustrations : mohamed hassan / 1380 Images
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Logements étudiants : le point sur le marché locatif en Bretagne administrative avant la rentrée 2021

Dans l'optique de la rentrée de septembre 2021, la recherche de logements étudiants est un sujet d'actualité pour une...

Un jour on gagnera le Tour de France : le documentaire sur les Men In Glaz de Laurent Cadoret

En Bretagne, une équipe porte haut les couleurs de la région, ce sont les Men In Glaz. Au départ...

Articles liés

Instruction en famille : le régime d’autorisation, véritable parcours du combattant, doit absolument être écarté

Bernard RINEAU, Avocat associé et Hubert VEAUVY, Avocat en droit public, nous adressent un texte au sujet de l'instruction en famille, dont le sort...

Emmanuelle Ménard défend l’instruction en famille

Ci dessous un extrait de l'intervention de Mme Emmanuelle Ménard, député de l'Hérault, ce vendredi matin en Commission spéciale du Projet de loi confortant...

Ophélie Berbain sur l’interdiction de l’instruction en famille : « Toutes les familles de France sont concernées par ce projet de loi »

Nous évoquions dimanche la marche entamée par Ophélie Berbain et son fils, pour défendre l'instruction en famille menacée par le projet de loi dit...

« Il faut sauver l’instruction en famille ». La Fondation pour l’école se mobilise

Avec 15 autres organisations, la Fondation pour l’école indique être « très inquiète de la présence dans le projet de loi confortant le respect...