Ensauvagement. 3 morts et 4 blessés lors de fusillades pendant le Réveillon

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Si le « discours de fermeté » du gouvernement semble avoir convaincu les médias qui répètent à satiété que la nuit a été « calme » sous couvre-feu dans les centre-villes vides d’habitants et illuminés, dans la réalité vraie, règlements de comptes et fusillades ont émaillé la nuit du Réveillon et les jours précédents un peu partout en France, causant au moins trois mort et plusieurs blessés.

A Strasbourg dans le quartier « sensible » du Neuhof, après qu’une femme de 17 ans ait été renversée par une voiture, un homme de 38 ans a été tué par arme à feu dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. Le même accident, prolongé par une rixe, a causé de graves blessures à un homme de 50 ans – il a été transporté aux urgences avec plusieurs blessures à la poitrine par arme blanche. Pour mémoire, c’est aussi en Alsace, à Boffzheim, qu’un jeune homme de 25 ans est mort alors qu’il manipulait un mortier surpuissant dans un champ.

A Monbazillac en Dordogne, une soirée entre jeunes gens « tous nés entre 1991 et 1993 » a fini de façon dramatique : un coup de feu à priori accidentel – en l’état actuel de l’enquête – a tué l’un d’eux. Plusieurs convives étaient venus armés, et c’est lors de la manipulation d’une arme que le coup de feu serait parti, tuant un jeune homme de 27 ans. Le tireur, du même âge, a été interpellé.

Règlements de comptes à Manosque et Nîmes : des blessés graves

A 1 h du matin, un gardien d’immeuble du quartier Valdegour à Nîmes (30) a été pris à partie par plusieurs personnes armées de couteaux. Blessé plusieurs fois, il a été transporté aux urgences et une enquête ouverte pour tentative d’homicide. Toujours dans le Midi, un homme de 26 ans a été conduit en urgence absolue à l’hôpital de Marseille après avoir été blessé par au moins quatre balles le 31 décembre à 20h30 à Manosque, par un ou plusieurs tireurs.

Fusillades à Toulouse : 5 morts en six mois

Autre mort, à Toulouse, suite à une fusillade liée aux réglements de comptes entre gangs de la drogue, le 26 décembre dernier à Bellefontaine ; la victime est un étranger en situation irrégulière. Cette fusillade est la sixième depuis août.

Pour le meurtre de deux personnes, Mohammed Eddairi, 21 ans, le 10 août dernier aux Izards, et Habid Meskine, 25 ans, té à Blagnac le 11 octobre, ainsi que d’autres épisodes qui ont fait deux autres victimes, trois personnes ont été mises en examen début novembre dernier par la PJ de Toulouse. Les investigations laissent penser qu’un tueur à gage venu de Paris aurait été impliqué dans les épisodes du 10 août et du 11 octobre. Les trois personnes font partie d’un réseau de vente de stupéfiants du quartier des Izards.

Moins nombreuses qu’à Nantes (69 en 2019, moins de 40 en 2020), les fusillades toulousaines sont cependant bien plus meurtrières – 5 morts en six épisodes sur six mois. L’Etat a promis le renfort de 111 policiers nationaux à Toulouse d’ici fin 2021 dont 30 aux Izards.

Une balle traverse leur appartement à Romans sur Isère : pour la presse locale, rien d’anormal

Bienvenue dans l’anormal: le 28 décembre, alors qu’une mère de famille regardait la télévision chez elle à Romans sur Isère, place Hector Berlioz dans le quartier de la Monnaie, une balle traverse sa fenêtre et se fiche dans le mur opposé.

Plus que l’événement, il est intéressant de lire la presse locale, qui tente de cacher le caractère « sensible » d’un quartier visiblement hors des lois républicaines. « Le quartier et plus particulièrement cette place sont souvent le lieu de rassemblements, qui parfois débordent », écrit ainsi posément Actu.fr Quant au Dauphiné Libéré, il tente une explication : « La place Berlioz étant régulièrement un lieu de rassemblement, tout est envisageable, de la mauvaise manipulation d’une arme exhibée pour la frime au règlement de comptes en passant par une tentative d’intimidation ».

Le journal appartenant au groupe EBRA dont l’actionnaire de référence est le Crédit Mutuel, l’on suppose qu’il garde son indignation pour les occasions où les balles perdues traversent les agences bancaires du patron ? Comme leurs collègues de l’Est Républicain, autre titre du groupe, où l’incendie d’un distributeur automatique du Crédit Mutuel, en banlieue de Belfort justifie cette fois un long article –ouvert à tous, et pas seulement aux abonnés comme c’est souvent le cas pour les faits divers – et une interview du président de la caisse locale pour un acte qualifié de « rare violence ».

Bondy, le Tremblay en France : toujours plus loin dans l’ensauvagement

Le 30 décembre dernier, un individu se voit refuser la possibilité de visiter un proche dans une clinique du Tremlay-en-France (93), au vu de son état d’ébriété. Il revient armé d’un pistolet à grenaille et tire plusieurs coups de feu en l’air avant de s’éclipser. Toujours ivre, il sera interpellé à Villeparisis (77) et placé en garde à vue.

Le 30 décembre toujours, à Bondy (93) un homme d’origine albanaise crève les yeux à mains nues de son ex-femme, une kosovare âgée de 22 ans qui l’avait quittée. Elle est hospitalisée avec des lésions très graves et restera au moins aveugle d’un œil, selon les médecins.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Rennes. Le député Mustapha Laabid (LREM) définitivement condamné pour abus de confiance

Le député de la première circonscription d'Ille-et-Vilaine Mustapha Laabid (LREM) a été définitivement condamné par la Cour de cassation....

Non, Alice Coffin n’a pas été agressée : la preuve en vidéo

La conférence d’Alice Coffin à la Friche Lucien, à Rouen, mercredi soir 16 juin 2021, a été animée :...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Fusillades, braquage, course-poursuite : Saint-Nazaire est aussi une « grande ville »

Pensée émue pour les Nantais qui ont quitté la capitale de Bretagne pour Saint-Nazaire, après avoir cédé aux sirènes de la gentrification et du...

Pharmacie saccagée, émeute à Malakoff, incendie de voitures… Petite chronique de l’ensauvagement à la nantaise

C'était aussi rapide que violent. Lundi 26 avril peu avant 19 heures, une vingtaine de jeunes ont surgi rapidement dans une pharmacie de la...

Nantes. Sur le réseau TAN, l’ensauvagement se porte bien

Outre l’agression récente d’une conductrice de tramway – braquée au pistolet par un passager à l’est de Nantes car elle lui avait demandé de...

Paris, capitale de l’ensauvagement ?

Les commerçants du 10ème arrondissement de Paris au bord du gouffre. Fragilisés comme tous leurs collègues français par la crise sanitaire, les petits commerces...