Corse. Corsica Libera appelle les nationalistes à se mobiliser contre la politique de l’Etat

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La situation se tend en Corse. Une centaine de personnes s’est réunie mercredi devant la préfecture de région d’Ajaccio à l’appel de Corsica Libera qui organisait une conférence de presse de rentrée, le coeur de celle-ci résidant dans une vive critique de la politique de l’Etat français sur l’île, mais critique aussi des nationalistes de la majorité territoriale.

Nous vous proposons de découvrir ci-dessous la déclaration lue par les militants nationalistes corses.

A l’aube de cette nouvelle année, il nous semble nécessaire de dresser le bilan, non seulement de l’année écoulée mais aussi des six dernières années qui ont vu naître l’espoir d’un règlement progressif des revendications du peuple corse. 

En juin 2014, le FLNC annonçait son retrait de la lutte armée et appelait à renforcer le bloc politique représenté à l’Assemblée de Corse. Cette initiative historique, saluée par l’ensemble de la classe politique, d’une maturité et d’un courage politique majeur, a été déterminante pour la progression du mouvement national dans la conscience publique et l’accession de ses représentants aux responsabilités institutionnelles. Cette initiative aurait dû aussi permettre d’engager un dialogue serein avec l’État français sur les sujets aussi essentiels pour l’avenir de la Corse que l’évolution des institutions, la coofficialité, la fiscalité, le statut de résident et, bien sûr, la résolution de la question des prisonniers politiques. 

Ces sujets ont été validés aux territoriales de 2017 par le peuple corse qui a plébiscité par 56,5 % la démarche portée par la coalition PÈ A CORSICA. 

UN ESPOIR BATTU EN BRÈCHE 

Malheureusement, nous sommes obligés de dresser un constat amer en ce début d’année 2021. Sur tous les sujets portés par les nationalistes, l’État français a opposé son mutisme méprisant voire son refus autoritaire et hautain. 

Le mépris envers les élus du peuple corse avec la fouille humiliante imposée à l’Alboru par Emmanuel Macron se situait dans le droit fil de sa volonté de vengeance exprimée par sa condamnation des principes fondamentaux des droits de la défense au sujet du procès dit « ERIGNAC ». La prime au jacobinisme archaïque de Chevènement et du corps préfectoral donnée ce jour-là a guidé l’attitude du pouvoir parisien tout au long de son exercice. Le choix répressif envers les prisonniers politiques corses, jusqu’au lamentable déni de ses propres lois et règles avec la mise au rancart du Garde des Sceaux concernant les cas d’ALESSANDRI et FERRANDI, sont l’illustration d’une fermeture aveugle et, pour tout dire, incompréhensible à nos yeux, sauf … sauf à croire que Monsieur Macron et consorts se satisfont plus du conflit armé que de l’expression démocratique ! 

Tout au long des multiples visites à but gastronomique et touristique des différents ministres, nous avons pu juger que sur les sujets évoqués plus haut, les réponses étaient au mieux muettes ou, au pire, méprisantes dans leur refus catégorique d’avancer sur les dossiers défendus par l’Assemblée de Corse. 

Qu’il s’agisse des dossiers culturels, économiques, sociaux, institutionnels, ou de la question des prisonniers, l’État refuse de prendre en compte l’expression démocratique de la Corse et continue à jouer le jeu dangereux de l’absolutisme du « libéralisme autoritaire ». 

LE RETOUR DES GALONNÉS 

Face aux propositions et choix politiques démocratiquement défendus, nous observons le retour de la politique des Gouverneurs. Les casquettes galonnées de la préfectorale, fidèles porte-paroles du gouvernement, ont en charge de réduire au silence l’exaspération qui monte au sein de toutes les composantes de notre société. Elus, militants syndicalistes, socioprofessionnels, représentants du monde agricole, acteurs culturels, personnels de la Santé, militants politiques ou simples citoyens, se voient opposer la parole souvent provocatrice d’un préfet, surtout actif à maintenir l’immobilisme, et qui espère ainsi favoriser les franges les plus rétrogrades soumises à l’ultra libéralisme autoritaire de son maître élyséen. N’en doutons pas, la Corse est, à leurs yeux, l’un des produits de la finance triomphante : un territoire dévolu à la spéculation financière et touristique où la peuplade indigène (réduite à son stricte minimum) n’est qu’un des éléments folkloriques de la consommation de masse. 

La politique du bâton s’est ainsi coiffée de la casquette de Préfet afin de parer la volonté répressive d’un semblant de légalité. 

La seule légalité qui vaille à nos yeux est celle qu’a exprimée la Corse lors du vote de décembre 2017 !  

La seule légalité est celle des droits d’un peuple à vivre dignement sur sa terre! La seule légalité est celle des Corses à créer leur propre Histoire ! 

La décision du FLNC en juin 2014, suivie des votes du peuple corse en 2015 et 2017 sont les seuls marqueurs de la légalité que nous reconnaissons. Le temps des gouverneurs est enterré depuis longtemps; aujourd’hui est venu le temps de la maîtrise de notre avenir et de l’accomplissement de notre destin national. 

UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE 

L’action négative de l’État français était, somme toute en grande partie prévisible, et nous n’aurons de cesse de la combattre. Notre peuple peut en être assuré. 

Nous devons bien évidemment lui dire que, comme jamais, cet État entend le réduire, voire le détruire. Malgré tout, les responsabilités sont partagées. 

Nous ne pouvons que nous inquiéter du retard énorme pris sur le calendrier d’une autonomie de droit pleine et entière pourtant promise. Est-ce la faute de l’État français ? Bien évidemment. Mais, entre autres exemples, la possibilité d’un recul historique sur la revendication vieille de 30 ans de l’article 74, pour satisfaire la recherche d’un consensus mou autour d’un ridicule article mineur, a pollué gravement le débat et constitue un aveu de faillite. Qu’en aurait-il été sans la vigilance de Corsica Libera ? 

La Collectivité de Corse a malheureusement globalement failli au regard des engagements pris devant le peuple. 

Sur le sujet des prisonniers politiques, certes l’État est largement responsable, mais là aussi, l’Assemblée s’est trop souvent tenue à émettre des vœux pieux lors des sempiternelles visites ministérielles. 

Souvent Corsica libera, à travers ses élus, a mis en garde contre la recherche illusoire d’un consensus avec les partis français. 

Depuis plus de deux ans, de façon constante, nous avons insisté sur le fait que la mise en œuvre d’une simple stratégie gestionnaire et l’attente illusoire de l’ouverture d’un dialogue avec Paris, nous conduisent dans l’impasse. 

Cette acceptation systématique d’un parlementarisme muselé a fait que les partis politiques ont été souvent écartés de toutes les discussions sur la stratégie à mettre en place, qui doit être tout autre qu’une simple gestion policée des affaires. 

Face à ce constat, les forces se réclamant de la nation doivent impulser ce changement radical de stratégie. 

Les rencontres ministérielles à répétition, tout sourires, sans qu’aucune avancée réelle n’en ressorte ont été légion, et une fois de plus, nous n’avons jamais, en tant que parti politique, été associés à ce qui aurait dû être à la base d’un rapport de force cohérent face aux blocages de l’État. 

À l’heure du bilan qui s’annonce, dans les faits, la majorité nationaliste, sur laquelle beaucoup avaient fondé des espoirs, n’a pas su s’imposer face à un État qui s’attache à avoir une opposition élue docile, voire conciliante. 

Nous n’ignorons pas la discordance entre cette majorité et les espoirs mis en elle par toutes les forces vives de notre pays, en particulier celle qui a dû mener la lutte dans la clandestinité. 

La stratégie que nous préconisons depuis toujours, et qui aurait dû être, à nos yeux, celle de Pè a Corsica, n’a pas été mise en place du fait de certaines réticences et de blocages au sein d’une majorité où notre courant n’a pas été suffisamment entendu. 

Nous rappelons qu’au moins à deux reprises déjà, notre parti avait, par conférence de presse, tenu à faire part de ses interrogations. 

Nous appelons à un ressaisissement général, sans quoi les décennies de luttes passées et les sacrifices qui les accompagnent auront été vains. L’heure des discours sans lendemain à l’Assemblée est terminée, le temps de la mobilisation active est arrivé. 

LE TEMPS DE LA MOBILISATION. 

Dans ce temps paradoxal où les Corses ont choisi leur destin et où l’État français veut maintenir ses choix, nous devons imposer notre volonté et donner à la lutte démocratique toute sa force et son ampleur. 

Preuve est faite que la seule lutte institutionnelle touche à ses limites. Il faut désormais que le peuple soit le plus directement possible associé aux luttes et aux idées fortes auxquelles il a adhéré en 2017. 

CORSICA LIBERA, par ses élus dans les différentes représentations institutionnelles et syndicales, par ses militants associatifs et politiques, s’engage à porter à nouveau les luttes sur le terrain de la mobilisation populaire. Qu’il s’agisse de la lutte contre le COVID, des choix de développement de notre pays, des luttes sociales et culturelles ou de la question des prisonniers politiques, nous mettrons en œuvre tous les moyens pour réunir les forces nationalistes et plus largement les forces de progrès qui se battent pour un avenir meilleur, un avenir de justice sociale et d’épanouissement pour la Corse et son peuple. 

Face à la situation actuelle, à la volonté permanente de dilution démographique, sociale et culturelle de notre peuple par les autorités françaises, ainsi qu’aux enjeux du moment, notre démarche doit se traduire par des actions cohérentes qui garantiront que le cap de la libération et de la construction nationale soit maintenu, et que les problèmes concrets auxquels les Corses sont confrontés quotidiennement, soient enfin résolus. 

Dans cet esprit, nous appelons à la mobilisation la plus large pour soutenir, par toutes les formes, aujourd’hui Pierre ALESSANDRI et Alain FERRANDI, et dans l’avenir tous les autres patriotes. Ce sujet, par la volonté marquée de l’État français de soumettre le droit au pouvoir politique, est emblématique de la lutte des Corses face au centralisme autoritaire du Président français et à sa volonté répressive envers l’ensemble des prisonniers politiques et, plus largement, envers le peuple corse. 

OGHJE PIÙ CHÈ MAI, DUVEMU RIPIGLIÀ A STRADA DI A LOTTA POPULARE È ADDUNISCE I CORSI PER DIFENDE I SO DIRITTI È IMPONE A LIBERAZIONE DI TUTTI I PATRIOTTI INCARCERATI ! 

Crédit photo : Corsica Libera
[cc] BREIZH-INFO.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas vivre sur le même sol...

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas...

Rennes. Un individu fonce en voiture sur un policier

Dans la nuit du 5 au 6 mai à Rennes, du côté de la Prévalaye, quatre policiers qui réalisaient...

2 Commentaires

  1. Les Corses sont et seront traités comme l’ont été les Gilets Jaunes : par la condescendance, le mépris et la matraque. Leurs revendications ne seront ni écoutées et encore moins entendues. Ne vous faîtes aucune illusion sur le sujet et ne perdez pas votre temps.

  2. Cette déclaration de Corsica Libera est très bien écrite et elle est claire et ferme. Nous les Bretons devons manifester notre solidarité avec le peuple corse. Nous souffrons des mêmes maux infligés par ceux que nous devons bien considérer comme des ennemis puisqu’ils refusent, avec hauteur et stupidité, celui de partenaires que nous leur proposons. Nous ne les changerons pas, mais ils ne nous changeront pas non plus. Malgré le formatage des cerveaux par une presse et des médias aux ordres, malgré la dilution ethnique poursuivie sournoisement depuis des décennies, malgré l’amputation territoriale qui prive la Bretagne d’un cinquième de son territoire, malgré le vandalisme culturel pratiqué depuis plus de deux siècles à l’encontre de la langue bretonne, vandalisme qui place la république équarrisseuse dans la même catégorie que ceux qui brûlèrent la bibliothèque de Louvain et bombardèrent la cathédrale de Reims, malgré les souffrances et les injustices qu’ils infligent au peuple corse et au peuple breton ainsi qu’à tous les peuples soumis, sous une apparence de démocratie, aux oukases d’une clique qui usurpe les pouvoirs et les droits inaliénables de tous ces peuples, ils ne gagneront pas !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Corse. Deux premières écoles en enseignement immersif ouvriront à la rentrée 2021

Tout comme le breton, la langue corse est elle aussi menacée de disparition. Mais ces défenseurs ne désarment pas et viennent d'annoncer l'ouverture de...

Div skol dre soubidigezh e Korsika e miz gwengolo

Embannet eo bet disadorn dremenet gant ar gevredigezh Scola Corsa : e miz gwengolo a zeu e vo digoret div skol dre soubidigezh e Korsika....

Geovie : ar GPS evit al loened e korseg

E Breizh n'eus ket kalz a loened war o feulzer. En hor bro ez eus parkeier sterniet mat gant ar « paotr saout ». E Korsika n'eo...

Fondation de l’Université de Corse : 4ème édition du concours Start’in Corsica

Depuis sa création en 2011, la Fondation de l’Université de Corse a mis en place de nombreux dispositifs pour sensibiliser et accompagner les étudiants...