Irlande du Nord. Libération de Michael Stone, loyaliste auteur de l’attaque du cimetière de Milltown (Belfast)

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

Nous avons déjà parlé sur Breizh-info de Michael Stone, un militant loyaliste nord-irlandais particulièrement actif durant la guerre civile, connu notamment pour l’attaque, filmée par des témoins, du cimetière de Milltown à West Belfast où sont enterrés de nombreux combattants de l’IRA (attaque durant laquelle il tua 3 personnes).

Ce dernier – qui avait été libéré en vertu des accords de paix du Vendredi Saint avant de retourner en prison en 2006 suite à une tentative d’assassinat de Martin Mc Guinness et de Gery Adam – vient de sortir de prison (il était incarcéré à Maghaberry au sud ouest de Belfast). L’année dernière, un recours en justice qui l’aurait empêché de demander à nouveau une libération anticipée a été rejeté par la Cour d’appel. Le recours avait été mené par les familles de ses victimes pour tenter de retarder sa libération qui ne devait pas intervenir avant 2024. Le recours ayant échoué, cela a ouvert la voie à une deuxième tentative de libération conditionnelle, qui a été couronnée de succès.

La libération de Michael Stone – qui était entré en 2006 dans Stormont, le parlement nord irlandais, armé d’explosifs et d’une hache – n’était prévue qu’en 2024, après avoir échoué dans une demande de libération conditionnelle antérieure.

Après avoir été libéré en vertu de l’accord du Vendredi Saint, il a été renvoyé en prison après être entré dans Stormont armé d’explosifs et d’une hache pour tenter d’assassiner Gerry Adams et Martin McGuinness. Il avait à l’époque nié la tentative de meurtre, évoquant une simple « performance artistique » de sa part.

Dans une déclaration, la famille McErlean a déclaré qu’il était « injuste que Michael Stone puisse sortir et aller de l’avant alors qu’il a pris la vie de Thomas McErlean et de nombreuses autres personnes ». En plus des meurtres commis au cimetière de Milltown (John Murray, M. McErlean et Kevin Brady) il a été condamné pour trois autres meurtres commis avant les accord du Vendredi Saint :

  • Celui du laitier Patrick Brady, qui a été assassiné dans le sud de Belfast en 1984
  • Kevin McPolin, qui a reçu une balle dans la tête à Lisburn, dans le comté d’Antrim, en 1985
  • Dermott Hackett, chauffeur livreur de pain, qui a reçu jusqu’à 16 balles de mitraillette dans son camion de travail en 1987

Michael Stone, figure des loyalistes d’Irlande du Nord

Michael Stone est né à Birmingham, de parents anglais avant que sa famille ne s’installe en périphérie sud est de Belfast (Braniel) en 1959, lorsqu’il avait 4 ans. Mauvais garçon, bagarreur, il est devenu membre d’un gang « mixte » (catholiques et protestants) en 1970 avant de rejoindre un « Tartan Gangs » un gang loyaliste comme il s’en faisait dans chaque quartier communautaire à l’époque. Il en deviendra rapidement leader et se lance dans les attaques de jeunes catholiques le samedi après midi dans les rues de Belfast, ou dans les destructions de lieux de culte catholique.

Puis il rencontra ensuite Tommy Herron, commandant de l’époque de l’UDA East Belfast (paramilitaires loyalistes) qui rapidement, trouvera chez Stone un tueur potentiel à prendre sous son aile. Il le forme au maniement des armes, puis les missions débutent, avec au départ essentiellement des vols (il fera six mois de prison pour vol d’armes et de munitions en 1972). Après l’assassinat d’Herron, Stone quitta l’UDA pour le Red Hand Commando (RHC) puis, revint à l’UDA au début des années 80 date à laquelle il commença à recevoir des armes, et des missions avec notamment une liste de cibles républicaines irlandaises…combattantes ou supposées telles (les loyalistes maintiennent qu’il s’agissait de membres ou proches de l’IRA, les familles de victimes rejettent en bloc). Il nie toutefois l’un des meurtres, celui de M. Hackett, en indiquant avoir avoué uniquement pour couvrir un jeune membre de l’UFF (Ulster Freedom Fighters) et lui éviter la prison.

Après l’attaque de Milltown de 1988, et craignant d’une violente vengeance de l’IRA, les chefs de l’UDA ont indiqué que Stone n’avait pas agi au nom de l’organisation. En prison, il est toutefois devenu très influent, jusqu’à être l’un des chefs loyalistes qui rencontra Mo Mowlam (alors secrétaire d’Etat pour l’Irlande du Nord) lors des négociations de 1998 entre le gouvernement et les paramilitaires dans le cadre du processus de paix en Irlande du Nord. La suite, c’est sa sortie de prison, puis son attaque à Stormont et la révocation de sa grâce du fait des accords du Vendredi Saint, puis, finalement, cette libération intervenue cette semaine.

Pour en savoir plus sur Michael Stone, nous vous conseillons deux livres, en anglais :

No one Shall divide us, écrit par lui même (avec quelques faits invérifiables)

Mais surtout, le livre référence de Martin Dillon; Stone Cold: The True Story of Michael Stone and the Milltown Massacre

Pour nos lecteurs qui comprennent l’anglais, voici un premier reportage sur Michael Stone;

Et un second, tiré de l »émission Facing The Truth, émission basée sur la Commission Vérité et Réconciliation d’Afrique du Sud, présentée par Fergal Keane et l’archevêque Desmond Tutu. Dans ce programme, les victimes et les auteurs des troubles de l’Irlande du Nord se rencontrent pour la première fois. La deuxième émission mettait en scène Joe Doherty, membre de l’IRA provisoire, en face des parents d’un soldat tué dans l’embuscade de Warrenpoint. Dans la dernière émission de la série Milltown Massacre, le tireur Michael Stone a rencontré les parents de Dermot Hackett, la victime du meurtre que Stone indique ne pas avoir commis mais avoué pour protéger un plus jeune militant que lui.

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas vivre sur le même sol...

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas...

Rennes. Un individu fonce en voiture sur un policier

Dans la nuit du 5 au 6 mai à Rennes, du côté de la Prévalaye, quatre policiers qui réalisaient...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Irlande du Nord. Le prix de la pinte de bière va augmenter !

C'est ce qu'on appelle se faire enfler plusieurs fois. Les consommateurs d'Irlande du Nord ont été avertis qu'ils devaient s'habituer à des prix plus...

Irlande du Nord. L’identité brittannique en déclin ?

Nous vous avons évoqué dans notre édition du 2 mai le centenaire de l'Irlande du Nord ainsi que la parution d'un sondage montrant les...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique séparée de la République d'Irlande...

Irlande du Nord. Arlène Foster démissionne de ses fonctions

MAJ : nous étions le premier média francophone à l'évoquer hier matin : Le Premier ministre d'Irlande du Nord Arlene Foster a annoncé sa...