Gwenaël, 41 ans, chauffeur chez Triskalia, mort au travail

A LA UNE

Bernard Kron : « Il y a trop de personnel technico-administratif dans les hôpitaux en France » [Interview]

Les éditions Max Milo publient demain mardi 9 mars un livre qui devrait faire du bruit : « Blouses...

Yann Le Bohec : « L’armée romaine a fonctionné, depuis sa naissance jusqu’au début du IVe siècle, sur un principe simple : la qualité...

Les éditions Tallandier viennent de publier dans la collection Texto « Les guerres romaines », livre signé Yann Le...

Dominique Lormier : « Il est important de rendre hommage aux 290 000 soldats français tués ou blessés en mai-juin 1940 » [Interview]

Les éditions La Mécanique Générale (Ring) publient « Comme des Lions », livre de l'historien et écrivain Dominique Lormier,...

Yves Mervin (Saint-Marcel, 1944) : « La Résistance en Bretagne raconte l’histoire qui lui convient » [Interview]

Nous avons évoqué il y a quelques semaines la sortie d'un livre remarqué, signé Yves Mervin, véritable empêcheur de...

Dissolution de Génération Identitaire. Le décret démoli point par point par un avocat

La dissolution de Génération Identitaire a été validée en conseil des ministres cette semaine. Les services juridiques de l'ONG...

Le 21 mars 2014, Gwenaël Le Goffic, chauffeur-livreur de 41 ans, met fin à ses jours sur son lieu de travail, dans les bâtiments de l’usine d’aliments pour bétail de Nutréa-Triskalia, à Plouisy (Côtes-d’Armor).

Il était marié, père de deux enfants. Avant de partir, il laisse une lettre à ses proches, rédigée sur une notice de produits manipulés dans l’entreprise. Ce geste interpelle ses proches, qui connaissent sa souffrance au travail. Commence alors une longue contre-enquête menée par sa femme Edith, accompagnée d’anciens salariés également intoxiqués dans la même usine et du syndicat Solidaires. Malgré le déni de la direction, elle se bat pour la qualification du suicide en accident du travail puis pour la reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur.

La coopérative Triskalia, véritable géant de l’agroalimentaire, est extrêmement puissante dans la région – et la difficulté de mener à bien les procédures révèle un climat de grande tension dans le secteur agricole breton. « Au départ, je me sentais toute petite face à eux, je me demandais comment j’allais pouvoir me battre » confie Edith Le Goffic. Mais à force de persévérance, la mère de famille et ses soutiens démontrent une réalité sans appel. Pas d’aération dans les entrepôts, pas de protection pour manipuler des produits hautement chimiques, horaires à rallonge, normes de sécurité non respectées : les conditions de travail sur le site de Plouisy étaient désastreuses. Le 6 janvier 2021, la Cour d’Appel de Rennes tranche et reconnaît la faute inexcusable de l’entreprise dans la mort de Gwenaël Le Goffic.

Un reportage signé Le Média.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Larmor-Plage : Seabird invente un filet de pêche biodégradable et compostable

Un filet de pêche biodégradable en mer et compostable, voilà une une innovation technologique qui fait beaucoup parler d'elle. La...

Des scènes de liesse à Belfast et à Glasgow pour célébrer le titre des Rangers

Des milliers de fans des Glasgow Rangers se sont rassemblés, bravant les mesures de tyrannie sanitaire, dans les rues...
- Publicité -