21% des Français opposés à l’obligation de l’instruction à l’école dès 3 ans

A LA UNE

Bernard Kron : « Il y a trop de personnel technico-administratif dans les hôpitaux en France » [Interview]

Les éditions Max Milo publient demain mardi 9 mars un livre qui devrait faire du bruit : « Blouses...

Yann Le Bohec : « L’armée romaine a fonctionné, depuis sa naissance jusqu’au début du IVe siècle, sur un principe simple : la qualité...

Les éditions Tallandier viennent de publier dans la collection Texto « Les guerres romaines », livre signé Yann Le...

Dominique Lormier : « Il est important de rendre hommage aux 290 000 soldats français tués ou blessés en mai-juin 1940 » [Interview]

Les éditions La Mécanique Générale (Ring) publient « Comme des Lions », livre de l'historien et écrivain Dominique Lormier,...

Yves Mervin (Saint-Marcel, 1944) : « La Résistance en Bretagne raconte l’histoire qui lui convient » [Interview]

Nous avons évoqué il y a quelques semaines la sortie d'un livre remarqué, signé Yves Mervin, véritable empêcheur de...

Dissolution de Génération Identitaire. Le décret démoli point par point par un avocat

La dissolution de Génération Identitaire a été validée en conseil des ministres cette semaine. Les services juridiques de l'ONG...

21% des Français opposés à l’obligation de l’instruction à l’école dès 3 ans (mais 79% y sont favorables ou plutôt favorables) selon un sondage réalisée par l’IFOP pour SOS Éducation, auprès d’un échantillon national de 1 026 personnes représentatives de la population française (téléchargez ici le sondage)

Cette enquête vise à connaître l’opinion des Français sur l’obligation de scolarisation des enfants, en cette période où les parlementaires s’apprêtent, sous prétexte de « lutte contre l’islamisme » à restreindre drastiquement les possibilités d’instruction à domicile par les familles.

Jusqu’ici, l’obligation d’instruction de 3 ans à 16 ans n’implique pas obligatoirement une scolarisation dans un établissement.

Pourquoi cette étude, maintenant ?

Le volet Éducation du projet de loi confortant le respect des principes de la République, actuellement en discussion à l’Assemblée nationale, prévoit de restreindre drastiquement la liberté des parents de choisir le mode d’instruction qui convient le mieux à leurs enfants.

Ce projet de loi augmente fortement la pression et les contraintes administratives des écoles privées hors contrat et interdit l’instruction en famille sauf rares dérogations administratives. Ce serait la fin d’une liberté constitutionnelle, sans que le gouvernement soit en mesure de démontrer le lien et la proportionnalité avec le risque de dérives séparatistes contre lesquelles le projet de loi a pour objectif de lutter. Le Conseil d’État a déjà souligné dans son avis du 7 décembre 2020 le manque d’éléments probants justifiant une telle restriction de la liberté d’instruction.

« Cette stigmatisation des écoles privées hors contrat et de l’instruction en famille cache une volonté politique plus ancienne, dont la loi contre les séparatismes se trouve être le véhicule législatif. Pour SOS Éducation, cela revient à priver les citoyens d’un débat démocratique essentiel sur la place de l’instruction aujourd’hui en France, et sur les réussites mais aussi les dysfonctionnements de notre système éducatif. Bien que l’intention soit louable de lutter contre les dangers du séparatisme, les vrais sujets de fond et les risques réels sont éludés » indique SOS Education qui a voulu mener cette étude avec l’IFOP : sonder l’opinion des Français sur le principe même de l’obligation de scolarisation, l’âge qui leur semble adapté et la force des arguments pour ou contre.

En voici les principaux résultats.

1 français sur 5 est CONTRE la scolarisation obligatoire à 3 ans, mais 4 français sur 5 sont pour. 21% des citoyens (22 % des parents ayant un enfant scolarisé en primaire) sont opposés à l’obligation de scolarisation dès 3 ans. Alors que plus de 97 % des enfants de 3 ans vont à l’école. (chiffres de la rentrée 2019)

Fort clivage générationnel, avec 30 % des moins de 35 ans (souvent parents de jeunes enfants) qui y sont opposés contre 16 % des plus de 65 ans, ce qui pose la question de savoir si ce sont les « anciens » qui doivent décider de l’avenir de la jeunesse, ou pas.

24% des répondants vivant dans des communes rurales y sont opposés, contre 17 % pour ceux de l’agglomération parisienne.

Les arguments reconnus les plus convaincants par les sondés opposés à l’obligation de scolarisation sont : 

Pour 88 %, « la liberté du choix du mode d’instruction (à l’école ou à la maison) est un droit constitutionnel fondamental des parents, cette liberté doit être protégée ». Ce taux atteint 93 % pour les répondants ayant un enfant scolarisé en primaire.

Pour 86 %, « les parents doivent rester libres de décider du mode d’instruction qui convient le mieux a?? leurs enfants ». Ce taux est de 78 % auprès des hommes, et atteint 92 % auprès des femmes.

L’étude s’est également intéressée à la perception des parents sur l’âge de l’inscription obligatoire à l’école

1 Français sur 4 de moins de 35 ans pense que les enfants devraient aller à l’école à partir de 6 ans (entrée à l’école primaire en CP). Ce taux est de 29 % auprès des répondants résidant dans des communes rurales, alors qu’il est de 17 % pour ceux des communes urbaines (hors région parisienne). 4 % des Français soit 1 sur 25, s’opposent catégoriquement au principe même d’une scolarisation obligatoire.

Néanmoins, il ressort de cette étude que 78% des sondés jugent que l’Education nationale est la mieux placée pour instruire les enfants. 76% estiment que cette loi à venir ne remet pas en cause la liberté des parents de choisir ce qui est bon pour leurs enfants. 74% jugent que c’est le meilleur moyen de lutter contre les risques de séparatismes et 49% que cette liberté fondamentale n’est pas prioritaire devant le danger du radicalisme islamiste .

La conclusion est que si une large majorité de Français semblent faire le choix d’une instruction classique au sein de l’Education nationale, une partie significative (1 personne sur 5 et plus chez lez moins de 35 ans) s’oppose à l’interdiction de l’instruction à domicile et à la scolarisation obligatoire dès l’âge de 3 ans.

Les parlementaires doivent-ils prendre le risque de se mettre une partie des parents à dos, pour satisfaire les illusions des boomers sur la lutte contre l’islamisme ? La question est posée…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Larmor-Plage : Seabird invente un filet de pêche biodégradable et compostable

Un filet de pêche biodégradable en mer et compostable, voilà une une innovation technologique qui fait beaucoup parler d'elle. La...

Des scènes de liesse à Belfast et à Glasgow pour célébrer le titre des Rangers

Des milliers de fans des Glasgow Rangers se sont rassemblés, bravant les mesures de tyrannie sanitaire, dans les rues...
- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. Les gens qui se disent favorables ont ils bien fait la différence entre « obligation » et « possibilité » ?
    Si oui, je me demande s’ils ne seraient pas maso et assoiffés d’obligations et d’interdictions.

Comments are closed.