Devenir partenaire
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les sanctions américaines contre l’Iran ont permis à la Chine d’être plus influente en Asie centrale

Les sanctions sont devenues une arme redoutable utilisée par Washington pour maintenir la pression sur la Chine et étouffer l’Iran. Les États-Unis, qui détestent aussi bien l’Iran que la Chine, mènent une guerre sur deux fronts en utilisant les sanctions et la pression économique. Bien que cela puisse sembler être deux questions distinctes, les sanctions qui ont frappé Téhéran ne manquent pas d’affecter Pékin, son principal partenaire économique.

Cependant, il existe également une contradiction majeure dans la politique de sanctions de Washington contre l’Iran, notamment en ce qui concerne l’Asie centrale.

Téhéran est soumis à un régime de sanctions américaines qui n’a cessé de s’alourdir depuis le succès de la Révolution iranienne en 1979. L’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche en 2016 a marqué une nette intensification des sanctions contre l’Iran et une nouvelle guerre commerciale contre la Chine. Avec la sortie de Washington de l’accord nucléaire iranien en 2018, les États-Unis ont voulu réduire à zéro les exportations de la République islamique. Plus important encore, Washington voulait interdire à d’autres pays d’importer de l’énergie iranienne. Bien que les sanctions visent évidemment la République islamique, elles font également partie d’une guerre économique plus large contre la Chine, le plus grand adversaire économique des États-Unis.

Sous l’ancien président Barack Obama, les sanctions étaient considérées comme une excellente solution pour forcer un pays ennemi à négocier ou à écarter ses dirigeants du pouvoir sans avoir recours à la force militaire – mais comme cela a été prouvé, cela a complètement échoué si l’on considère les exemples syrien, russe et vénézuélien. Dans le cas de l’Iran, on espérait que les sanctions frapperaient deux ennemis à la fois, Téhéran et Pékin. On espérait que les sanctions pousseraient l’Iran à la table des négociations tout en entravant l’approvisionnement du pays en hydrocarbures pour la Chine.

Par conséquent, ce n’est pas seulement l’enrichissement de l’uranium par l’Iran qui se trouve dans le collimateur de Washington. La Chine est devenue le principal partenaire économique de l’Iran, ce qui frustre beaucoup Washington car cela entrave leurs efforts pour renverser les mollahs du pouvoir.

En juillet 2020, l’Iran et la Chine ont signé un accord de coopération stratégique pour une période de 25 ans. En retour, la Chine reçoit de l’Iran du gaz et du pétrole à prix réduit – en fait, elle le reçoit 30 % moins cher que le taux du marché. On estime que la Chine a accepté d’injecter entre 280 et 400 milliards de dollars d’investissements étrangers directs dans les industries pétrolières, gazières et pétrochimiques iraniennes dans le cadre du programme de coopération de 25 ans. Pékin et Téhéran, malgré leurs différences politiques (la Chine est dirigée par un gouvernement communiste et l’Iran est une théocratie islamique), ont pour objectif commun de résister à l’unilatéralisme américain.

La Chine utilise l’Iran comme un levier d’influence dans la région, et l’Iran utilise la Chine pour atténuer ses difficultés économiques. Toutefois, le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire a encouragé et consolidé ce rapprochement, ce que M. Trump et ses responsables politiques n’avaient pas prévu. Le programme de coopération de 25 ans est une collaboration à tous les niveaux et constitue une réorientation politique. Cette collaboration permet à Téhéran de contourner quelque peu les sanctions américaines.

Grâce à ce programme de coopération de 25 ans, l’Iran est devenu un passage stratégique pour l’initiative “Belt and Road”, qui vise à relier la Chine occidentale et l’Asie centrale à la Turquie et aux marchés européens. Cependant, la collaboration sino-iranienne est ralentie par les sanctions, car les transactions sont bloquées. Au vu des ambitions de Pékin, les sanctions américaines contre l’Iran espèrent également freiner l’expansionnisme économique chinois.

En Iran, seul le port de Chabahar est exempt de sanctions américaines. En effet, la reconstruction de l’Afghanistan est un objectif pour Washington et le port de Chabahar, investi par l’Inde, joue un rôle important dans cette entreprise. Le port de Chabahar est plus important pour la politique américaine en Afghanistan car il est investi par les Indiens, contrairement au port de Gwadar au Pakistan qui est investi par les Chinois. Les ports de Chabahar et de Gwadar, distants de moins de 200 km l’un de l’autre, sont en concurrence pour devenir le principal port desservant l’Asie centrale.

Et voici la contradiction.

Le véritable objectif de la non-application des sanctions sur le port de Chabahar est de permettre à l’Inde d’accéder à l’Afghanistan et donc à l’Asie centrale pour empêcher la Chine, et peut-être même la Russie, d’avoir une plus grande influence dans cette région enclavée. C’est une preuve supplémentaire de l’hypocrisie américaine lorsqu’il s’agit de défier la Chine, car elle est prête à ignorer les sanctions et les pressions exercées depuis des décennies contre l’Iran dans le but d’affaiblir Pékin. Et ce, même si les sanctions renforcées contre l’Iran visent également la Chine.

En sanctionnant et en tentant d’isoler l’Iran, Washington a en fait permis à la Chine de pénétrer dans le pays et d’avoir ainsi un poids et une influence encore plus importants en Asie centrale. En effet, l’Iran a des frontières avec l’Afghanistan et le Turkménistan, des pays qui vont ensuite jusqu’au Tadjikistan et à l’Ouzbékistan, et enfin au Kazakhstan. Les responsables politiques américains n’ont pas tenu compte de ce fait ou ont fait de grossières erreurs de calcul. Bien que l’Inde puisse avoir accès à l’Asie centrale par le port de Chabahar, elle ne pourra pas concurrencer la domination économique chinoise en Iran, ce qui s’est produit en partie à cause des sanctions américaines.

Paul Antonopoulos (Via Infrobrics, traduction de Breizh-info)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

Ce sujet vous intéresse ?

Créez un compte ou connectez-vous sur Breizh Info et sélectionnez vos catégories favorites pour ne pas rater l'information qui VOUS intéresse.

Publicité

Soutenez Breizh-info

LES DERNIERS ARTICLES

Brest

Loudéac

Trafic de drogue en Centre Bretagne : prison ferme pour les trafiquants

NANTES

Deux migrants multirécidivistes narguent la justice…et écopent d’une peine avec sursis à Nantes

LORIENT

Lorient : 4 ans de prison pour Moussa K, un multirécidiviste auteur de vols avec violences

frelon_asiatique

Environnement

Côtes d’Armor. Plus de 100 000 reines de frelons asiatiques capturées en 2023

Ensauvagement, Local, PONTIVY, Société

Vols, dégradations, sale temps pour les automobilistes du pays de Pontivy !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Economie

Commerce USA – Chine : Où en est-on?

Découvrir l'article

International

Le sort de l’Ukraine est-il scellé ?

Découvrir l'article

International

USA. Seattle, une ville aux mains de l’extrême gauche, une ville qui s’effondre

Découvrir l'article

Sociétal

USA. Surdéliquance afro-américain et mensonges des Blacks Lives Matter

Découvrir l'article

International

USA. L’état-major de l’armée est “déconcerté” par la forte baisse du nombre de recrues blanches au cours des cinq dernières années

Découvrir l'article

Insolite

USA. Un homme obèse de 200kg porte plainte pour discrimination après avoir été recalé comme professeur d’Education civique

Découvrir l'article

International

Taïwan, la peur de l’invasion

Découvrir l'article

International

L’Inde et la Russie signent un accord pour de nouvelles unités de production d’énergie nucléaire

Découvrir l'article

A La Une

Terrorisme intellectuel aux USA. 3362 références de livres ont été interdites et retirées des établissements publics

Découvrir l'article

International, Religion

Chine. Des centaines de mosquées fermées ou détruites pour restreindre la pratique de l’islam

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍