Irlande du Nord. Quand les enfants perdus d’Ulster sombrent dans la violence

A LA UNE

Nous vous proposons ci-dessous la traduction d’un article en langue anglaise signé JENNY MCCARTNEY au sujet des tensions et des violences en Irlande du Nord à l’heure actuelle. Une analyse pertinente (sans doute la meilleure à l’heure actuelle qui ait été publiée par une journaliste au fait de la situation) qui résume parfaitement la situation de ces derniers jours, à découvrir ci-dessous.

Ça vole à nouveau dans les airs. Maçonnerie, tiges métalliques, cocktails molotovs, les détritus de la rage, ceux que le poète Ciaran Carson a un jour surnommés « confettis de Belfast« . Les émeutes dans les zones loyalistes d’Irlande du Nord ont commencé avec le week-end de Pâques et se sont poursuivies depuis, blessant 55 policiers. Des dizaines de jeunes protestants, dont certains n’ont que 13 ans et sont masqués pour de mauvaises raisons, ont lancé des objets sur des fourgons de police, bombardé d’essence et détourné un bus urbain, et se sont battus avec des jeunes catholiques à travers une brèche dans le « mur de la paix » de Belfast Ouest.

De quoi s’agit-il ? Comme toujours, lorsque l’Irlande du Nord s’enflamme, l’allumette n’explique pas entièrement le feu, bien que les deux soient étroitement liés. Dans le cas présent, il s’agit de la décision du ministère public de ne pas inculper les politiciens du Sinn Féin pour avoir enfreint les restrictions du Covid lors des funérailles de Bobby Storey, ancien directeur des services de renseignement de l’IRA, en juin dernier.

Le Sinn Féin a fait de celles de Storey un événement notable. Michelle O’Neill, vice-première ministre du Sinn Féin en Irlande du Nord, était en tête du cortège, aux côtés de Mary Lou Macdonald, chef du parti, et de Gerry Adams, ancien chef du parti. Plus de 2 000 personnes ont suivi le cortège le long de la route, et un cliché a montré O’Neill entourée du bras d’une compagne de deuil, affichant un mépris cavalier pour la distanciation sociale.

Après un tollé public et politique, une enquête indépendante menée par le Cumbria Constabulary a établi un dossier concernant 24 représentants du Sinn Féin. Mais le procureur général a récemment refusé de poursuivre l’enquête, au motif que les services de police d’Irlande du Nord avaient été largement impliqués dans l’organisation des funérailles de Storey. Les Unionistes et certains Nationalistes ont eu l’impression que les politiciens du Sinn Féin agissaient largement en dehors des règles et que la direction de la police nord irlandaise les aidait à le faire. Arlene Foster, leader du DUP et premier ministre, a demandé la démission de Simon Byrne, le chef de la police du PSNI. Tous les autres partis unionistes ont fait de même. Il a jusqu’à présent refusé de démissionner.

Dans ce contexte extraordinaire d’autorité dans le chaos, des policiers ordinaires affrontent chaque nuit des foules de jeunes brandissant des cocktails Molotov.

Les scènes dans les rues sont déprimantes et rappellent les jours sombres des Troubles. Les jeunes émeutiers eux-mêmes sont, bien sûr, directement responsables de leurs actions violentes. Mais derrière eux, en particulier dans le sud-est d’Antrim, on peut sentir la main directrice de paramilitaires loyalistes plus âgés. Ce n’est peut-être pas une coïncidence si le Loyalist Communities Council – un « groupe de coordination » pour l’UDA, l’UVF et le Red Hand Commando – a annoncé début mars qu’il retirait son soutien à l’accord du Vendredi Saint de 1998. La raison en était sa colère contre le protocole post-Brexit pour l’Irlande du Nord, qui crée une frontière maritime entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni en maintenant la première dans le marché économique de l’UE.

Tant les loyalistes que la population unioniste au sens large sont convaincus que le protocole mine fondamentalement la position de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni, une analyse que la plupart des observateurs extérieurs auraient sûrement du mal à contrer. La question est maintenant de savoir ce que l’on va faire à ce sujet. Bien que le LCC ait pris soin de dire que l’opposition au protocole devait rester « pacifique et démocratique », la déclaration sonnait – et avait bien l’intention de sonner – comme un avertissement. Et ce Vendredi saint de 2021, en termes de paix, a été une catastrophe.

J’ai fais des reportages sur les émeutes en Irlande du Nord, et la triste vérité est que pour les jeunes impliqués, ce sont souvent des occasions follement excitantes. La permission tacite conférée par la « colère politique » permet aux jeunes de sortir dans les rues, de boire de la bière et de mettre le feu à des objets dans une sorte de carnaval de la rage : les cris et les rires se mêlent inévitablement aux hurlements.

Il y aura bien sûr des coûts sérieux et parfois irréparables : blessures aux policiers et aux émeutiers eux-mêmes, dommages aux véhicules et aux biens et possibilité de se retrouver avec un casier judiciaire. La semaine dernière, un émeutier loyaliste a mis le feu à ses propres vêtements. C’est lors d’une émeute républicaine à Derry que la jeune journaliste Lyra McKee a été abattue en 2019. De telles considérations pourraient certainement peser lourd auprès des parents locaux les plus responsables. Mais elles feront peu d’impression sur un adolescent serrant une bombe incendiaire, plein d’adrénaline et de frustration refoulée, en particulier après une année où les restrictions du Covid ont rendu la vie quotidienne plus fade et plus restreinte que d’habitude.

Pour la plupart de ces émeutiers, la violence ou la menace de violence est loin d’être anormale, malgré la « paix » officielle qui règne en Irlande du Nord depuis 1998. Ils ont grandi dans des quartiers ouvriers largement protestants, dominés par la présence d’anciens ou d’actuels paramilitaires loyalistes, dont beaucoup ont été libérés prématurément de prison en vertu de l’accord du Vendredi Saint.

Certains de ces ex-prisonniers sont aujourd’hui des « travailleurs communautaires » salariés. Dans leurs rangs, certains sont sans doute sincères et veulent aider les jeunes à éviter la brutalité sectaire vicieuse qui a déformé et défini leur propre vie. Mais de nombreux autres ont énergiquement exploité la « paix » pour célébrer le sectarisme et développer des empires criminels impliquant la drogue et l’extorsion. Ils consolident leurs fiefs en frappant et en tirant, parfois mortellement, sur tout collègue protestant qui croise leur chemin.

Dans les années qui ont suivi 1998, peu de choses ont été faites pour les neutraliser. L’accord officiel tacite avec les paramilitaires loyalistes et républicains est que, tant que ces organisations ne commettent pas de meurtres explicitement sectaires, elles ne seront pas inquiétées par les autorités. Les efforts de la police pour tenir ces criminels pour responsables ont souvent été entravés par l’absence d’une volonté politique plus large et la réticence des témoins à témoigner. Le gouvernement britannique s’imaginait peut-être qu’avec le temps et le flux régulier de subventions gouvernementales agissant comme une sorte d’opium, les paramilitaires loyalistes finiraient par devenir dociles. Si c’est le cas, c’était un mauvais calcul.

Depuis 1998, le Sinn Féin – dont de nombreux membres éminents faisaient partie de l’IRA – a gagné en influence politique, réalisant des gains électoraux frappants dans le nord et plus récemment dans le sud. Mais les partis représentant les paramilitaires loyalistes ont été freinés dans leurs ambitions politiques par le fait que la majeure partie de la communauté protestante a tout simplement refusé de voter pour eux. Cela a créé une disparité d’influence dont les loyalistes sont à la fois conscients et mécontents. Les peintures murales paramilitaires dans les zones loyalistes sont devenues plus explicitement menaçantes, évoquant délibérément l’apogée meurtrière des Troubles.

Un groupe en particulier, la brigade d’Antrim du Sud-Est de l’Association de défense de l’Ulster (UDA) – dont on pense qu’il est le plus impliqué dans le trafic de drogue – a récemment fait monter les enchères, en proférant des menaces de mort ouvertes contre les journalistes et les hommes politiques qui l’ont dénoncé ou critiqué. L’arrestation récente de quatre de ses membres par la police pour trafic de drogue l’a rendue encore plus furieuse. Il n’est peut-être pas surprenant que les noms des zones dans lesquelles cette brigade domine – y compris Newtownabbey, Carrickfergus et Ballymena – figurent tous dans les récents rapports d’émeutes.

Les jeunes émeutiers protestants que nous voyons maintenant aux informations du soir sont les enfants de l’Irlande du Nord de l’après cessez-le-feu. Ils sont à bien des égards ses garçons perdus. Dans leurs rues – contrairement aux quartiers plus bourgeois – la menace paramilitaire n’a jamais disparu. Il y a quelques années, je me souviens avoir assisté à un événement communautaire pour les écoliers de la rue protestante Shankill Road à Belfast Ouest, au cours duquel une troupe de théâtre itinérante a présenté une pièce animée destinée à illustrer les dangers de se laisser entraîner dans l’orbite criminelle des paramilitaires. Ensuite, il y a eu une séance de questions-réponses à laquelle a participé une policière locale. Les adolescents derrière moi – vifs d’esprit, à la fois arrogants et vulnérables – avaient regardé la pièce attentivement, et plus tard, l’un d’eux a pris la parole pour demander : « Les flics ont-ils peur des paramilitaires ? » La policière, de manière assez prévisible, lui a assuré que non.

Après coup, je lui ai demandé pourquoi il avait posé cette question. Il est apparu que son père avait pris une balle dans les jambes par des paramilitaires pour un prétendu comportement « antisocial » des années auparavant. Lorsqu’il s’était lui-même disputé avec un autre garçon à l’école, dont le père était « lié », sa famille avait été avertie qu’elle devait quitter sa maison immédiatement ou en subir les conséquences. Un service de « médiation » local avait réussi à faire lever la menace, mais j’imagine que son retour potentiel n’a jamais semblé très éloigné. Toute son enfance avait été marquée par une menace dont le reste de la société ne semblait guère se soucier. Lorsque ces jeunes grandissent, les hommes durs locaux peuvent apparaître comme leurs bourreaux, leurs modèles ou, paradoxalement, les deux à la fois.

Les garçons protestants de la classe ouvrière ont les résultats scolaires les plus faibles d’Irlande du Nord. Les chantiers navals et les usines qui donnaient du travail à leurs ancêtres ont fondu. Une richesse de talents potentiels reste souvent inexploitée, comme me le rappelle chaque année les feux de joie du 12 juillet, que tant de gens s’échinent à construire, miracles d’ingénierie vacillants – qui étonnent les étrangers – qui ne feront rien d’autre que de brûler férocement et brièvement, en émettant des nuages de fumée nocive. Sur le plan politique, on a le sentiment d’être sur la défensive, d’appartenir à une communauté qui s’éloigne inexorablement d’un Royaume-Uni qui les méprise de plus en plus et qui se dirige vers une République d’Irlande qui le fait encore plus.

La majorité des Unionistes – y compris de nombreux membres des communautés de la classe ouvrière – considèrent les émeutes avec une profonde désapprobation et veulent qu’elles cessent. Mais cela n’effacera pas leur aversion constante pour le protocole et l’effet qu’il a sur les entreprises, le commerce et leur sentiment d’appartenance à la Grande-Bretagne. Ils ont été laissés à la dérive par la vision du Brexit de Boris Johnson, d’une manière que même les Unionistes qui ont soutenu le Brexit n’avaient pas prévue, et que Johnson lui-même avait explicitement promis qu’elle ne se produirait pas. Peut-être auraient-ils dû prévoir ce que Johnson ferait réellement, et ne pas écouter ce qu’il disait, mais c’est une tendance récurrente des Unionistes d’accorder une confiance excessive à la parole d’un Premier ministre britannique.

En lançant un appel à la paix dans les rues d’Irlande du Nord, le gouvernement britannique se heurte toutefois à un obstacle de taille : la perception largement répandue à Belfast que la violence – ou la menace de violence – permet d’atteindre des objectifs politiques. Cette perception découle en partie du processus de paix, et non sans raison. Seamus Mallon, politicien du SDLP, s’est un jour souvenu avoir demandé à Tony Blair pourquoi il passait autant de temps à discuter en privé avec le Sinn Féin, alors que le SDLP modéré était à l’époque le parti le plus important. Blair a répondu, de manière mémorable : « Le problème avec vous, Seamus, c’est que vous n’avez pas d’armes. »

Une phrase souvent répétée dans le processus de paix était « la parité d’estime ». Selon les Unionistes, celle-ci s’érode rapidement. Ce que les paramilitaires loyalistes semblent maintenant rechercher, c’est la « parité de la menace ». Lors de l’examen de l’emplacement d’une frontière douanière dans l’éventualité d’un Brexit dur, il a été souligné à plusieurs reprises – avec beaucoup de passion par le Premier ministre de la République d’Irlande Leo Varadkar – qu’une frontière terrestre était inadmissible, car elle risquait de raviver la violence républicaine. Cet argument a été pris très au sérieux par les États-Unis et l’UE, et aucune frontière douanière terrestre n’a été mise en place.

En revanche, la possibilité inverse, à savoir qu’une frontière maritime pourrait avoir le même effet sur la violence loyaliste, ne semblait guère figurer sur le radar international. Le gouvernement de Johnson a fait preuve d’un mépris flagrant pour ce danger, bien que Theresa May ait précédemment pris des mesures pour l’éviter. Mais en montrant que les préoccupations des Unionistes seront revues à la baisse plutôt que de courir le moindre risque de violence républicaine, le gouvernement britannique et l’UE ont maintenant créé une terrible incitation pour les paramilitaires loyalistes à démontrer un niveau de menace équivalent.

Cette incitation n’est pas seulement implicite, elle est inscrite dans l’article 16 du protocole lui-même. Il y est stipulé que le Royaume-Uni ou l’UE peuvent unilatéralement suspendre certains aspects de l’application du protocole s’ils causent « de graves difficultés économiques, sociétales ou environnementales susceptibles de persister ». C’est l’équivalent politique d’un professeur disant à un élève délinquant qu’il ne peut sortir d’une classe fermée qu’en y mettant le feu. Les paramilitaires loyalistes – que ce soit par instinct ou de manière consciente – vont maintenant se charger de créer de « graves difficultés sociétales » qui sont « susceptibles de persister« . C’est un scénario terrible. Et à moins que la Grande-Bretagne et l’UE ne parviennent à le réécrire rapidement, l’été sera très long et très chaud.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Cyclisme. Le britannique Leo Hayter remporte la deuxième étape du Tour de Bretagne entre Corlay et Rosporden

Seconde étape du Tour de Bretagne ce mardi, et quelle étape ! Une deuxième étape remportée par le britannique...

Jugée pour avoir abandonné ses 68 animaux dans une ferme près de Carhaix

L'association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » a porté plainte contre une femme qui...

1 COMMENTAIRE

  1. apparemment , on a des sacrés pointures ….pour rédiger des textes qui sont une incitation à la violence.
    inquiétant pour les Britanniques qui n’ont guère tiré de leçon de leur passé avec l’Irlande
    inquiétant pour nous , car la machine européenne ne fait pas mieux….malgré la pléthore de personnel politique et administratif ….
    en tous cas , article très intéressant qui nous renseigne mieux que ne le font les médias mainstream…mais bon , c’est presque un pléonasme….

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés