Irlande du Nord. La contestation unioniste reprend, quelques incidents lundi soir

A LA UNE

Une forte présence policière a été observée lundi soir dans toute l’Irlande du Nord à l’occasion d’une reprise des manifestations loyalistes contre la frontière en mer d’Irlande, après une semaine de deuil et de respect en hommage au Prince Philip et à la famille royale.

Des marches et défilés ont eu lieu à travers North Down et Antrim, après avoir été reportés en raison du décès du duc d’Édimbourg. À Newtownards, plusieurs centaines de personnes ont marché depuis le quartier de West Winds jusqu’au poste de police du secteur, où une lettre de protestation a été remise à un officier au nom d’un collectif de résidents locaux.

Il s’agissait d’une lettre contenant diverses plaintes concernant la police nord irlandaise, la collusion avec l’IRA lors des funérailles de Storey et la colère contre le protocole.

Des musiciens ont joué à l’extérieur du commissariat pendant environ 10 minutes, tandis que des banderoles appelant à la suppression du protocole du Brexit étaient portées aux côtés d’affiches appelant le chef de la police à démissionner. Le loyaliste Jamie Bryson s’est brièvement adressé à la foule, affirmant que les protestations allaient se poursuivre.

À Lanark Way, dans l’ouest de Belfast, un petit nombre de jeunes ont affronté la police et plusieurs bombes à essence ont été lancées. Des meubles ont été incendiés au milieu de la Shankill Road, près de l’endroit où un bus a été incendié au début du mois. Les barrières de sécurité à l’interface séparant la zone loyaliste de Shankill et la zone nationaliste de Springfield Road sont restées fermées.

Des travailleurs communautaires avaient appelé au calme plus tôt dans la journée et un certain nombre d’entre eux étaient présents des deux côtés du « mur de la paix » pour essayer d’empêcher les violences.

Plus tôt, une manifestation du Loyalist Communities Council (LCC) s’est déroulée devant les bureaux du Secrétariat irlandais à Belfast a eu lieu, en présence de deux membres seulement et d’aucun des principaux loyalistes qui siègent au sein du groupe de coordination représentant les paramilitaires. David Campbell, président du LCC, et l’ancien politicien David McNarry, l’un des membres fondateurs du groupe, ont organisé cette petite manifestation dans les bureaux du gouvernement irlandais, dans la rue Linenhall.

Les deux hommes tenaient une banderole sur laquelle figuraient le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, le Premier ministre Boris Johnson, l’ancien Tanaiste Simon Coveney et le président américain Joe Biden. Des banderoles similaires sont apparues à divers endroits pendant la nuit, en prévision d’autres manifestations prévues dans la semaine à venir.

L’événement a été perturbé par l’arrivée de Gareth McCord, frère de la victime Raymond McCord Jnr, qui a été tué par l’UVF en 1997 et qui milite en faveur des victimes des groupes paramilitaires.

M. McCord, tenant une photo encadrée de son frère, a chahuté les deux hommes tout au long de la manifestation, se plaçant devant eux et parlant fort au-dessus d’eux.

Les manifestations devraient continuer cette semaine, alors que les organisations qui appellent à se réunir appellent à le faire dans le calme, en mobilisant les communautés locales pour cela. La colère des loyalistes à l’égard du protocole est l’un des principaux facteurs à l’origine des violences qui ont éclaté au début du mois.

Un autre facteur a été la décision de ne pas poursuivre 24 membres du Sinn Fein pour des infractions à la loi Covid-19 après qu’ils aient assisté aux funérailles collectives de Bobby Storey, un des leaders historiques de l’IRA, pendant la pandémie. Certains loyalistes s’inquiètent également depuis longtemps de n’avoir pas profité des avantages du processus de paix dans des domaines tels que l’emploi, l’investissement et le logement.

Crédit photo : Cool FM News
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

La Cathédrale Saint Basile, icône de la Russie

La cathédrale Saint-Basile a déjà plus de 450 ans et est toujours d’une éblouissante beauté. Elle est le premier...

Tyrannie sanitaire en Loire-Atlantique : malgré le Pass sanitaire, le port du masque à nouveau obligatoire dans les bars et restaurants de 68 communes

Puisqu'on vous dit que le Pass sanitaire est avant tout un outil de contrôle des populations et qu'il ne...

Articles liés