Les « forces de gauche » peuvent compter sur Christian Troadec

A LA UNE

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger...

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...
L’ancien chef d’entreprise qu’est Christian Troadec sait que, dans les affaires, il faut savoir négocier. En politique, c’est la même chose. Il discute donc avec les « forces de gauche » pour les élections départementales et régionales.

En ce moment, on n’entend pas Christian Troadec parler des élections régionales. Pourtant, en décembre 2015, il avait présenté une liste intitulée « Oui à la Bretagne » (en association avec l’UDB) ; mais l’attelage n’avait pas fait de miracles : seulement 6,71% des suffrages exprimés au premier tour. Ne pouvant de ce fait se présenter au second, il n’avait obtenu aucun élu. Pourtant, dans la foulée des Bonnets rouges, Troadec pouvait espérer bénéficier de « la colère bretonne née du mouvement anti-écotaxe et du repli économique ». Mais «  » la voix régionaliste du maire de Carhaix est devenue moins audible dans la ferveur nationale de la fin de campagne » provoquée par les attentas islamistes (13 novembre 2015). « Du rouge vif, la couleur de la protestation est passée au bleu marine » (Le télégramme, 7 décembre 2015). Deux consolations cependant : ayant obtenu plus de 5% des voix, Troadec était remboursé de ses frais de campagne, ce qui est très important. Puis il avait obtenu 44,83% des suffrages dans son fief de Carhaix, devançant Jean-Yves Le Drian (21,95%). Tout n’est pas perdu pour Troadec puisque les électeurs l’on fait conseiller départemental en mars 2015 et maire depuis 2001. Deux mandats qui suffisent à occuper un homme d’action comme Troadec.

Sauver son siège de conseiller départemental 

N’étant pas homme à renoncer, dès septembre 2019, il avait tenté de relancer la machine en vue des régionales de 2021 en organisant un forum à Carhaix. Il était même question de « discuter avec EELV » afin de « bâtir un regroupement politique résolument écologiste, fédéraliste et solidaire en Bretagne » (Ouest-France, Bretagne, jeudi 21 mai 2020). Sans succès. Une explication possible : les écolos n’aiment pas les personnalités fortes comme Troadec. Seuls les malins de l’UDB ont su tirer leur épingle du jeu en s’alliant avec les écolos ; ils ont même hérité de la tête de liste dans le Morbihan au profit de Gaël Briand, conseiller municipal à Lorient et rédacteur en chef du Peuple breton. Troadec reste donc provisoirement sur la touche. Mais il se doit de sauver son siège de conseiller départemental : « Je suis sur les rangs, même si les discussions avec les forces de gauche se poursuivent, sachant que nous évoquons tout autant les départementales que les régionales ». Pour les départementales, Troadec rappelle que l’existence des binômes « donne la possibilité de mixer les sensibilités mais la volonté est de conserver le canton à la gauche »  (Le Télégramme, Bretagne, samedi 3 avril 2021).

Candidat unique de la gauche dans son canton ?

Si on comprend bien, il n’est plus question de militer pour la Bretagne mais de sauver la « gauche ». Dans le Finistère qui dit « forces de gauche » dit PS. Par conséquent, ce qui arrangerait bien les oignons de Troadec c’est de devenir le candidat unique de la gauche dans son canton ; ce qui lui assurerait d’être réélu dans la facilité, sans effort. Que craint-il ? Une poussée de la droite, une percée du RN… Et si, en prime, on lui trouvait une place en position éligible sur la liste Chesnais-Girard, ce serait parfait. Il faut noter que les deux obstacles qui empêchaient dans le passé Troadec d’envisager un arrangement avec les « forces de gauche » ont disparu. Richard Ferrand président de l’Assemblée nationale et Jean-Yves Le Drian ministre des Affaires étrangères, tous deux convertis au macronisme, se trouvent dans l’impossibilité de barrer la route à Troadec, ce qu’ils faisaient quand ils étaient au PS puisqu’ils détestaient le maire de Carhaix.

« Les circonstances ne sont plus les mêmes. On exclut aucune hypothèse », affirmait Troadec l’an passé (Ouest-France, Bretagne, 8-9 aout 2020). On devrait donc le voir réapparaître dans le circuit…

Bernard Morvan

Crédit photo : Flickr (https://www.flickr.com/photos/plaidcymru/21077838363/)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Elections en Ecosse : La majorité pour le SNP ne tient qu’à un fil

Lors des élections en Ecosse, le SNP (parti nationaliste écossais, de gauche) a remporté trois sièges clés, mais ses...

Sondages régionales 2021 en Bretagne. Vers un second tour à 5 listes ?

Se dirige-t-on vers un deuxième tour des régionales à 5 listes ? À moins de deux mois des élections...

4 Commentaires

  1. quelle langue de vipère votre éditorialiste ! je n’avais pas fini de lire le titre que je savais que c’était lui !
    laissez moi deviner, lundi il se refera pour la 10e fois ses têtes de turc du Crédit mutuel Arkéa ?
    il n’y a rien de plus désagréable que de présenter une opinion relative pour la vérité absolue … quand médire devient un réflexe il faut se poser des questions. Allez prendre l’air ce week-end il fera très beau.

  2. On peut se monter une réputation en faisant croire que ……et rejoindre sans vergogne tous les coupables qui nous ont mis dans la situation qui nous a valu ,nos bonnets rouges …il y a comme qui dirait un défaut !! sauf qu’ils sont légion et que la soupe est bonne …ras le bol ! lui comme les autres peuvent pactiser avec le diable qu’ils dénonçaient !! une époque formidable, plus que jamais,..

  3. Mais quel est le programme économique de Troadec ? On n’en sait rien. Simplement des arrangements avec différents Partis. Il veux un poste rapportant de l’argent, c’est tout. Et dire que certains vont voter pour lui !!

  4. Troadec est une locomotive Bretonne,il a du potentiel sincére et militant charismatique,capable de mobiliser pour la cause Bretonne,a la limite s’il va sur la liste Girard,il est capable d’obtenir des avancées,mieux que certains arrivistes pantouflares UDB ! Je ne pense pas que « l’argent »soit sa motivation principale …Bevet Breizh !

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Christian Troadec retrouve ses « amis » du PS

On raconte que Christian Troadec est en train de se rabibocher avec le PS en vue des élections régionales de mars 2021. En 2015,...

Carhaix. « Pas facile de discuter avec Jean-Luc Martin ». Christian Troadec tacle le président des Vieilles Charrues

Il y a toujours autant d'eau dans le gaz entre Jean-Luc Martin, président du festival des Vieilles Charrues, et Christian Troadec, maire de Carhaix....

On retrouvera Christian Troadec aux régionales de 2021

Infatigable, Christian Troadec présentera une liste aux élections régionales de 2021. S’il parvenait à franchir la barre des 10 %, il aurait des élus. En...

Municipales. À Carhaix, Christian Troadec se réconcilierait bien avec le PS

Nédélec s’allierait bien avec Troadec pour les prochaines élections municipales, mais pas Cotty. Voilà, en résumé, la situation du PS à Carhaix. De son...