Vaincre par les mots. Au sujet du livre de Thomas Clavel, Un traître mot

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Je ne saurais me prévaloir en l’occurrence d’aucun mérite personnel, mais voici un ouvrage essentiel qui constitue un remarquable complément à mon article du 7 avril intitulé : Fiers d’être Blancs (Breizh-Info). 

L’histoire est celle d’un professeur de littérature en faculté, accomplissant avec rigueur et un sens profond du devoir ce pourquoi il est fait : transmettre. Que transmet-il ? Ce que tout enseignant de littérature devrait transmettre : le sens de la langue et de sa beauté, la grandeur et la profondeur des textes du panthéon littéraire, l’ampleur et la dignité du patrimoine culturel, le sentiment de fierté que tout citoyen devrait éprouver en se disant qu’il en est l’héritier, et par là chargé de le préserver. Aujourd’hui, toutefois, le professeur de littérature – les professeurs en général, par ailleurs – n’agissent plus dans un contexte sain, mais dans celui que le Mondialisme a perverti. 

Piégé par une démarcheuse téléphonique sournoise, le professeur en question prononce, agacé, un syntagme malheureux : « On se plaint des Roms qui nous font les poches dans le métro à l’heure de pointe – mais alors vous, c’est encore pire ! » La tempête soulevée l’entraînera dans un maelström kafkaïen : convocation à la police, enquête sur ses antécédents, constitution d’un dossier à charge dans lequel il lui sera reproché d’avoir lu Renaud Camus (et donc de croire assurément au Grand Remplacement), d’avoir discriminé les Roms, d’avoir mal noté une de ses étudiantes parce qu’elle était de couleur. Par ce dernier forfait, il se rendait coupable de « comportement oppressif de type sexiste et négrophobe », ainsi que d’ « abus de pouvoir enseignant ». Que l’étudiante en question eût mérité sa mauvaise note n’était d’aucun poids. 

« UNE ÈRE PUTRÉFIÉE »

Condamné à deux ans de prison et à subir une rééducation que l’on croyait réservée aux seules dictatures communistes, le professeur trouvera la parade, le moyen de se défaire de la « camisole idéologique » dans laquelle nous sommes d’ores et déjà enfermés. Je proposais, dans mon article, de vaincre nos adversaires par le rire. Le procédé conseillé par Thomas Clavel inclut ce dernier. Assemblant autour de lui un nombre de plus en plus élevé de compagnons de cellule, il se lance dans un « petit cours d’impiété verbale », dans « une séance de désintoxication » sémantique. Il s’agit d’enrayer la dynamique dénoncée par Nietzsche : « Encore un siècle de journalisme et tous les mots pueront ». La puanteur, déjà, nous assaille ; il est temps de la faire régresser en faisant pièce à « la grande comédie de la contrition linguistique ».    

Choisissant sept mots, le professeur leur rend, avec son groupe, leur sens originel, étranger à celui que la dictature mondialiste privilégie afin de lui jeter l’anathème : « vivre ensemble, race, minorité, stigmate, amalgame, nauséabond ». Que fait-il de ces mots ? De quelle manière servent-ils à contrer les manœuvres imbéciles des nouveaux puritains qui nous dirigent, adeptes de bûchers et d’autodafés ? Je laisse aux lecteurs le plaisir de le découvrir.

JUBILATION

Citant à juste titre Malraux, Clavel rappelle au lecteur que : « une minorité comporte encore une majorité d’imbéciles ». De ces minorités-là, nous sommes les victimes, ici, en Europe, dans notre civilisation multimillénaire, avec la complicité de la majorité d’imbéciles parmi la minorité européenne qui soutient la majorité minoritaire venue d’ailleurs. Puisons alors dans notre patrimoine et redonnons à ce qui nous a faits grands de quoi nous grandir une fois encore. Ainsi en finirons-nous avec ceux qui veulent nous tuer par les mots. Ainsi parviendrons-nous à éradiquer l’infantilisation qui nous accable par la condamnation des « stéréotypes » et des « clichés » auxquels nous croyons et qui sont en fait ces vérités que des siècles d’expérience populaire ont consacrées. Ainsi sortirons-nous vainqueurs de la « guerre totale » contre nous dont la première étape est la « guerre contre les mots ».

Il faut lire Un traître mot : médicament topique, antidote au politiquement correct, purge anti-média, préservatif anti-imbécilité, insufflation d’intelligence, parade idéale contre les orviétans idéologiques.

Dr Michel Bugnon-Mordant

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Edwin Poots (DUP) : « Je ne me reposerai pas tant que le protocole en Irlande du Nord ne sera pas supprimé »

Edwin Poots, ministre de l'Agriculture, de l'Environnement et des Affaires rurales d'Irlande du Nord depuis le 11 janvier 2020, a été élu...

Oui, il faut soutenir Eric Zemmour pour 2022 !

Comme beaucoup, j’ai pris connaissance de la possibilité d’une candidature qui viendrait troubler le match rejeté par les Français,...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Chronique littéraire. Hôtel Beauregard, signé Thomas Clavel

Thomas Clavel est un jeune et talentueux auteur qui lutte contre les nouvelles oppressions qui étouffent la société française. Après avoir écrit un premier...

Avec « Un traître mot », Thomas Clavel s’impose comme étant le George Orwell français

Notre époque est abominable pour les hommes libres. Flicage généralisé, mots interdits, lynchages médiatiques et politiques, hystéries féministes et racialistes, il devient quasiment impossible...

Un traître mot, la face cachée de l’argent, Rues Barbares, les esclaves psychiques d’Internet, Churchill : la sélection littéraire de la semaine

Un traître mot, la face cachée de l'argent, Rues Barbares, les esclaves psychiques d'Internet, Churchill : voici la sélection littéraire de la semaine. Churchill De Churchill,...