Fusillades, braquage, course-poursuite : Saint-Nazaire est aussi une « grande ville »

A LA UNE

Pensée émue pour les Nantais qui ont quitté la capitale de Bretagne pour Saint-Nazaire, après avoir cédé aux sirènes de la gentrification et du bord de mer – quoi de plus logique. La dégradation continue de ladite qualité de vie et de la sécurité dans l’agglomération nazairienne laisse penser qu’ils n’ont que reculé de quelques dizaines de kilomètres pour retrouver l’insécurité nantaise. Florilège de faits divers récents.

Les shérifs de Villès-Martin canardent un bus

Ce lundi 17 mai vers 14h45, un conducteur de bus refuse que deux adolescents montent sans masque à l’arrêt Villès-Martin. Mal lui en prend : l’un d’eux sort une arme et tire sur la vitre arrière du bus ; cette dernière explose. Sur place la BAC interpelle un jeune âgé de 15 ans, très défavorablement connu des forces de l’ordre. Son comparse, confondu par la vidéosurveillance, est interpellé le jour même après 20 heures.

Le laxisme de la justice a encore frappé – ils avaient été interpellés la semaine précédente pour tentative de vol à main armée d’un scooter, mais remis en liberté. Ils n’ont pas manqué cette chance pour la France que la mansuétude de la justice leur offrait.

Course poursuite à Cran… Neuf

Le lendemain, 18 mai, une voiture allemande de grosse cylindrée est repérée vers 23h30 par une patrouille de BAC à la Bouletterie – un quartier « sensible » de l’ouest nazairien, avec plusieurs fusillades depuis deux ans et un trafic de drogue florissant. A 170 km/h par moments, le conducteur et ses trois passagers sèment à Cran Neuf les policiers qui les avaient pris en chasse.

Ces derniers retombent sur leur trace à 3h50, les reprennent en chasse et interrompent la poursuite en raison des risques et des mauvaises conditions climatiques. C’est sans compter sur le même rond-point de Cran Neuf, où le conducteur négocie mal un virage et termine en plein travers de la route – deux passagers et le conducteur, âgé de 19 ans ont été interpellés. Ses passagères ont été entendues en audition libre et lui a fini en garde à vue ; le quatrième larron est toujours recherché.

Sur la route, Nazairien ne va plus, la voiture finit dans la haie

Même hors de chez eux les délinquants nazairiens se font remarquer par leur style de conduite inimitable – le 21 mai la police municipale de Pornichet souhaite contrôler un véhicule avec quatre passagers. Le conducteur, un Nazairien défavorablement connu des forces de l’ordre, s’enfuit… et finit dans la haie d’un restaurant, le Bahia Tikka, allée du Zéphir. Pis que les conducteurs immatriculés 85.

Deux de ses passagers s’enfuient, tandis que le conducteur et deux des occupants de la voiture sont interpellés. Le conducteur sera jugé pour défaut de permis – c’est ce qui a motivé sa fuite et ce 100 mètres haies aussi impromptu que raté, refus d’obtempérer donc, destruction de biens et mise en danger de la vie d’autrui le 4 février 2022. D’ici là, il a été relâché – le temps pour lui d’améliorer sa conduite et pour Pornichet d’investir dans un fossé anti-char.

Braquage en Brière : un corsaire malouin interpellé

Le 23 mai, vers midi, une femme retirait de l’argent au distributeur du bourg de Saint-Joachim en Brière. Un homme l’a menacé d’une arme de poing et a tiré vers le sol pour lui prouver qu’elle n’était pas factice, avant de disparaître avec les billets.

Après d’importantes recherches avec l’aide du GIGN, c’est un Malouin… de Guersac qui a été interpellé chez lui le lundi. Les gendarmes ont retrouvé l’arme chargée de balles à blanc… et ont constaté que l’homme avait déjà été condamné en justice. Il a été jugé pour vol aggravé ce mercredi, espérons que le tribunal lui aura expliqué que les corsaires malouins attaquaient… les perfides angloys.

Violences volontaires : La Baule aussi 

Ce lundi 24 mai, un agent SNCF a été roué de coups devant la gare et laissé inconscient au sol vers midi et demie. Il a un traumatisme crânien, divers bleus et des ligaments touchés au bras gauche. Sa faute ? Avoir réprimandé une adolescente de 17 ans qui avait traversé le tunnel sous les voies avec son scooter, manquant d’écraser des voyageurs. Cette dernière l’a insultée, avec une amie, l’agent a préféré appeler la police, qui est intervenue.

En sortant du commissariat, l’agent a d’abord été attaqué par la mère d’une des jeunes filles avant d’être attaqué par derrière par le père de la jeune fille à scooter. Ce dernier a été interpellé – c’est un habitant de La Baule âgé de 43 ans, employé indépendant pour une société du secteur de l’énergie. Jugé ce 26 mai, il affirme avoir « pété les plombs » et ne « savai[t] pas que c’était un agent SNCF ».

Seulement il devait se douter qu’il avait fait une bêtise puisque juste après avoir tabassé l’agent, qu’il a laissé pour mort, il est allé chez un ami changer de vêtements et se raser la tete. Il a réussi à apitoyer le tribunal – un an de prison dont 8 mois avec sursis. Peut-être que la justice attend avant de le mettre à l’ombre qu’il finisse par tuer un agent SNCF ou toute autre personne portant un uniforme.

L’agent SNCF étant seul en gare ce lundi de Pentecôte, le trafic a du être arrêté. La CGT, présente au procès de l’agresseur, réclame l’installation d’un bouton anti-agression et de la vidéo-surveillance, la réalité de La Baule n’étant visiblement plus digne de la carte postale de la Belle Epoque soigneusement entretenue par les municipalités successives.

Au passage, l’on apprend que des incidents avec des deux-roues dans ledit tunnel arrivent plusieurs fois par jour, et sont aggravés par la fermeture du pont Chevrel – dans l’axe de l’avenue de Gaulle – qui oblige à d’importants détours pour relier la zone commerciale au centre de La Baule.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Météo. Attention gros coup de vent en Bretagne dès mercredi

L'automne s'installe. Les Miz Du arrivent. Et au préalable, les coups de tabac sur la Bretagne aussi. Une grosse...

Langue bretonne. Le réseau Diwan mobilisé de Quimper à Nantes pour le versement du forfait scolaire

Le réseau Diwan avait appelé à la mobilisation le weekend dernier afin de garantir le versement du forfait scolaire...

2 Commentaires

  1. il faut que les français sachent que c’est partout ua quotidien ce genre de delit les racailles savent qu’elles risquent rien sur le plan pénal mineurs …ou pas d’ailleurs bienvenue dans la france de macron et c’est pas fini le pire reste a venir !

  2. puisque dupont moretti dit que ce ne sont que des impressions !
    que des délits routiers finalement si on exclue le tabassage d’un agent par la mère d’un gars!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés