Culture racaille. Quand le site de paris en ligne Betclic parle arabe pour séduire certains « jeunes » [Vidéo]

A LA UNE

Victor Aubert (Acadamie Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Fête de la musique 2019 à Nantes : vers une mise en examen de Johanna Rolland

« Le jeune homme est bien tombé dans la Loire pendant l’intervention policière » : depuis hier soir, des titres de ce...

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Rap, football, publicité : les codes de la culture racaille se diffusent toujours plus dans la société française. Dernier exemple en date, le hashtag en arabe « Khalass » popularisé sur Twitter par le site de paris sportif Betclic. Un cas d’école à étudier.

« #Khalass » : le hashtag en arabe de Betclic arrive en tendances Twitter

La progression de la culture racaille en France n’est pas qu’une vue de l’esprit. Cette diffusion intervient par plusieurs canaux. Via le rap tout d’abord : nous l’avons souvent répété sur Breizh-info, ce genre musical est monté en puissance ces dernières années pour devenir le plus écouté de l’Hexagone, notamment au sein des plus jeunes générations où sa domination est sans partage.

Cette culture racaille, on la retrouve également autour de certains sports et principalement du football, comme l’ont démontré il y a quelques jours les épisodes du retour de Karim Benzema en équipe de France et de « l’hymne des bleus » avec le rappeur Youssoupha.

Mais la publicité n’est pas en reste, en témoigne un tweet de la société de paris sportifs BetClic relevé par le site Fdesouche.com. Le message, posté le 27 mai, contient en effet un hashtag qui n’est pas anodin : « #Betclickhalass »

Pour les non-initiés, « Khalass » est un mot arabe signifiant « payer ». BetClic, leader des paris en ligne en France, n’utilise pas le terme de manière anodine puisqu’il s’agit de s’adresser et de séduire une clientèle bien identifiée, c’est-à-dire plutôt jeune, en partie d’origine extra-européenne et globalement sensible aux codes de la culture racaille véhiculée à travers le rap et le monde du football professionnel. Mais ne vous y trompez pas : une partie de la jeunesse autochtone française (en d’autres termes « les petits Blancs ») s’est déjà approprié ce genre de code et les utilise bien volontiers.

Un ciblage manifestement efficace puisque le hashtag #Betclickhalass a figuré parmi les tendances Twitter durant l’après-midi du 27 mai :

Betclic

Le concurrent Winamax et la culture racaille assumée

Toutefois, le tweet de BetClic n’a rien d’une opération isolée. Pour s’en rendre compte, il suffit de s’intéresser à la politique de communication de Winamax, son principal concurrent sur le marché français.

À commencer par le spot publicitaire ci-dessous qui se passe de commentaires (à regarder et écouter jusqu’à la fin) :

Winamax, c’est aussi une campagne d’affichage publicitaire très particulière puisque ressemblant à s’y méprendre aux graffitis recouvrant les murs des zones urbaines :

Par ailleurs, suite aux polémiques ayant eu lieu après cette campagne d’affichage à l’automne 2019, Mathieu Porri, directeur de la communication de Winamax, ne cachait alors pas la stratégie de la société : « Toutes les marques ont ce positionnement, nous ciblons des jeunes de moins de 30 ans et il est vrai qu’aujourd’hui, tous les jeunes écoutent du rap, c’est l’essentiel de la hype, et mettent un survêtement ». Les choses ont le mérite d’être claires…

Crédit photo : Capture Twitter Betclic (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Hellfest 2022. Metallica, Guns n’roses, et 7 jours de concerts

La direction du Hellfest ne fait pas les choses à moitié. Elle vient d'annoncer une édition 2022 qui s'annonce...

Non à la peste éolienne ! Par Patrice Cahart

Ancien inspecteur général des Finances et ancien président du conseil d'administration de la Bibliothèque nationale, Patrice Cahart est avant...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Flandre. Des racailles francophones de Bruxelles sèment la terreur sur une plage de Gand [Vidéo]

Lors de la réouverture d'un domaine de loisirs à Gand, en Flandre, des « jeunes » francophones venus notamment de Bruxelles ont semé le...

Finistère. Encore des voitures incendiées à Brest, encore un trafic d’héroïne démantelé à Douarnenez…

Plusieurs véhicules ont fait l'objet d'incendies volontaires à Brest tandis que du côté de Douarnenez, c'est un nouveau trafic d'héroïne qui a été démantelé....

Bataille culturelle. Booba, France Culture et le « Grand Remplacement » par le rap…

La radio France Culture déplore une chute drastique de son audience depuis quelques mois. La faute au Covid-19 selon certains, la faute à l'absence...

Corse. Lynchage à Bastia : des nationalistes dénoncent la « banlieurisation » venue des villes françaises [Vidéo]

Après la colère suscitée en Corse suite à la diffusion d'une vidéo montrant le lynchage d'un adolescent par six mineurs à Bastia, les nationalistes...