Black Lives Matter : Viktor Orbán ne veut pas voir la Hongrie s’agenouiller… [Vidéo]

A LA UNE

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

« Les Hongrois ne s’agenouillent que devant Dieu, la Patrie et lorsqu’ils demandent en mariage leur dulcinée » : vous désiriez connaître l’avis du Premier ministre hongrois Viktor Orbán sur le mouvement Black Lives Matter en Europe : le voici !

Black Lives Matter : tous les Européens ne sont pas des joueurs de foot irlandais…

Relativement anecdotique au plan sportif à quelques encablures du début de l’Euro, le match de football amical entre les sélections nationales de Hongrie et d’Irlande qui a eu lieu à Budapest le 8 juin dernier a surtout permis de rappeler que, 30 ans après la chute de l’URSS, une autre fracture Est-Ouest divise l’Europe : celle de la soumission (ou non) au dogme de l’antiracisme, et, dans sa continuité, à l’ethnomasochisme.

En effet, juste avant le coup d’envoi de la rencontre, les joueurs de l’équipe d’Irlande de football avaient tous mis le genou à terre afin d’afficher leur soutien au mouvement afro-américain Black Lives Matter. Dans le même temps, les footballeurs hongrois étaient restés debout tandis que les 15 000 spectateurs présents dans le stade avaient copieusement sifflé le geste de soumission irlandais.

L’attitude du public hongrois a, comme on pouvait s’y attendre, suscité une vague d’indignation de la part de plusieurs titres de presse mainstream d’Europe de l’Ouest.

Une polémique à laquelle le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a décidé de lui aussi réagir, en des termes qui ont le mérite de la clarté : « Les Hongrois ne s’agenouillent que devant Dieu, la Patrie et lorsqu’ils demandent en mariage leur dulcinée », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse le 10 juin dernier. Et d’ajouter que, « en Hongrie, tout autre exemple d’agenouillement est un acte culturellement étranger ».

Viktor Orbán « d’accord avec les supporters » hongrois

À cette occasion, l’homme fort de Budapest a décrit l’attitude des joueurs irlandais comme étant « une provocation ». Viktor Orbán est même allé plus loin en prenant tout simplement la défense des supporters hongrois ayant sifflé l’équipe d’Irlande :

« Si vous êtes invités dans un pays, alors comprenez sa culture et ne le provoquez pas. De notre point de vue, ce geste est inintelligible, c’est une provocation. Les fans ne choisissent pas toujours la forme la plus élégante pour réagir à la provocation, mais on doit comprendre leurs raisons. Je suis d’accord avec les supporters ».

Aussi, le Premier ministre hongrois, qui n’a « aucune sympathie pour ce business de l’agenouillement », « ne pense pas que ces choses-là aient leur place sur le terrain. Le sport, c’est autre chose. Les athlètes se battent debout ».

Selon Viktor Orbán, si ce geste consistant à mettre le genou à terre se répand aussi rapidement, c’est en raison d’une culpabilité que certains pays occidentaux ressentent au sujet des descendants d’esclaves vivant sur leur sol. En ajoutant que la Hongrie n’a jamais connu l’esclavage. S’il a décrit ce phénomène comme « un lourd fardeau moral », le premier ministre hongrois estime que « chaque nation doit porter ce fardeau par elle-même » : « Ils doivent régler cela eux-mêmes », et ne pas importer ce sentiment de culpabilité sur un terrain de football de Hongrie.

À noter enfin que la Hongrie, qui va accueillir trois matchs de poule de l’Euro 2021, verra sa sélection nationale affronter l’équipe de France le 19 juin prochain à Budapest. Un match des contrastes…

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Océarium du Croisic : lâcher de raies et de roussettes dans l’océan

Ce n'est pas une première mais l'Océarium du Croisic a organisé un lâcher d'une cinquantaine de jeunes poissons en...

Nantes : jusqu’à 7 degrés de différence l’été entre les quartiers

La problématique des îlots de chaleur – ces quartiers plus urbanisés et moins « verts » où la chaleur...

3 Commentaires

  1. Idem hier soir lors du match de l’Euro 2021 entre l’Irlande et la Russie: les Irlandais à genoux, sifflés et hué par le public (le match se déroulait à Saint-Pétersbourg) alors que les Russes sont restés debout (match malheureusement perdu par la Russie). Ces Irlandais ont perdu toute la fierté celte de leurs ancêtres, pouah !

  2. Si seulement on avait un Orban chez nous ….maintenant j’espère que ces minables footeux irlandais ne représente qu’eux même…

  3. j’adore le commentaire d’orban ! n’en déplaise aux néoféministes
    masochisme, culpabilisation, autoflagellation imposée par la propagande bienpensante ! hongrois et russes regimbent, quelle audace !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

La Hongrie estime que les pays des Balkans ne pourront être admis dans l’UE sans l’adhésion préalable de la Serbie

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui a rencontré le président serbe Aleksandar Vučić à Belgrade jeudi, a déclaré à Bruxelles qu'elle devait savoir...

Vannes. Après Quimper, la ville devient elle aussi une « zone de liberté LGBT »…

Vannes, son port, ses remparts, et désormais… sa « zone de liberté LGBT ». En effet, la ville morbihannaise, sous l'impulsion du groupe LREM,...

« Reste debout ! ». Le Blocco Studentesco modifie une fresque pro-Black Lives Matter avant Belgique-Italie

« Reste debout ». C'est ainsi que le Blocco Studentesco, syndicat étudiant italien proche de Casapound, répond à l'artiste de rue Harry Greb qui, avec...

Irlande du Nord. Des loyalistes veulent manifester à Dublin dans quelques semaines

Des loyalistes d'Irlande du Nord prévoient de manifester à Dublin contre le Protocole en Irlande du Nord au mois de juillet prochain, créant quelques...