Nantes. Le Thémis, la brasserie de quartier où on peut aller les yeux bandés…

A LA UNE

La déesse Thémis est souvent représentée avec une balance, un glaive et un bandeau, symboles respectivement du jugement, de l’aspect répressif de la justice et de l’impartialité. A Nantes, son souvenir est perpétué par le café Thémis, situé sur le côté de l’ancien palais de justice, face au square Faustin Hélie.

L’actuel café porte le même nom depuis des décennies – le Palais de Justice a déménagé dans un édifice sombre qui rappelle surtout le caractère répressif d’une justice qui ne l’est plus tellement, surtout à Nantes, capitale du laxisme judiciaire. Le nouveau palais de justice a été très vite surnommé par certains avocats « l’antichambre de la prison », à cause des grilles dans la salle des pas perdus, tandis que l’ancien, lumineux et monumental, est devenu un hôtel 4 étoiles, près de l’ancienne prison dont il ne reste que quelques pans de murs, et le bâtiment du greffe transformé en théâtre.

Au Thémis, la carte change tous les jours, et ce midi, c’était une salade de lieu colorée aux légumes d’été – mais pas d’avocats dedans, bien que divers cabinets sont restés dans le quartier plutôt que déménager dans l’aluminium, le métal et le béton de l’île Beaulieu ; plusieurs font face au restaurant, dans un immeuble qui donne aussi sur l’une des plus courtes rues de Nantes, la rue Alphonse Gautté, qui n’a qu’un seul immeuble. Puis suivent  un tout aussi coloré et savoureux porc au curry et à la semoule, et un flan aux œufs.

Bref, une petite brasserie de quartier, moins tapageuse et ambitieuse que d’autres voisines, aux nappes blanches et aux serveurs qui se prennent volontiers pour des parisiens, mais sur laquelle on peut compter – avec un service efficace, rapide, et une qualité au rendez-vous. Verdict : moins de 20 euros. Acquitté.

Louis Moulin

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

2 Commentaires

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés