Ethnomasochisme. Le groupe rock anglais British Sea Power supprime « British » de son nom car trop « nationaliste » [Vidéo]

A LA UNE

Signe des temps dans un empire britannique qui n’est plus, le groupe de rock anglais British Sea Power, après 20 ans d’existence, s’est renommé « Sea Power », ne voulant pas être assimilé à une possible connotation « nationaliste » du terme « British ».

British Sea Power : ni puissant, ni britannique

Précurseurs en matière de mode et de musique, nos cousins britanniques le sont aussi lorsqu’il s’agit de briller dans le registre de l’ethnomasochisme. « Britons never, never, never shall be slaves ! », disait l’air bien connu… Mais les temps du Rule, Britannia ! sont révolus.

L’annonce faite par les membres du groupe de rock indépendant British Sea Power [NDLR : signifiant « puissance maritime britannique »] à travers un communiqué de presse publié le 9 août dernier en dit long sur l’état de soumission dans lequel nage désormais une partie de la scène rock anglaise. Ainsi, le groupe a décidé de changer de nom… en supprimant le terme « British » : « Au revoir British Sea Power. Hello See Power ! », pouvait-on lire dans le texte en question.

Un changement qui intervient après 20 ans d’existence. « Notre nom était une forme d’ironie. L’idée du pouvoir maritime britannique dans son sens historique avait un côté obsolète. Et c’est juste devenu le nom d’un groupe de rock… Aujourd’hui, 20 ans plus tard, nous changeons de nom. Ces derniers temps, on a vu une montée d’un certain nationalisme isolationniste et belliqueux, et nous ne voulons pas prendre le risque d’y être assimilés. (…) Nous avons toujours été internationalistes dans notre façon de penser, clairement exprimé dans des chansons comme « Waving Flags », un hymne à l’idéalisme pan-européen. », expliquent les six musiciens dans leur communiqué.

Face aux critiques, le groupe de rock s’explique… et s’enfonce

Fondée au début des années 2000 du côté de Brighton, British Sea Power aura donc fini par se soumettre aux injonctions de l’époque dans un Royaume-Uni que les différentes propagandes progressistes, notamment celle accompagnant le mouvement Black Lives Matter, n’auront pas épargné. Quand le rock british n’accepte d’être british que par autodérision…

Loin d’être plébiscité par le public, ce changement d’appellation du groupe a suscité de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux. Les musiciens ont tenté d’expliquer leur choix auprès du Guardian le 13 août. En précisant le caractère ironique du nom :  « Il y avait au moins deux idées derrière ce nom. Il y avait, littéralement, le pouvoir de la mer – le pouvoir élémentaire des océans. En parallèle, il y avait l’idée historique de la  »puissance maritime britannique » – Britannia régnant sur les mers ; la puissance navale qui a permis à la Grande-Bretagne de dominer le monde. Lorsque nous avons trouvé le nom original du groupe, la Grande-Bretagne ne régnait plus sur les mers. Le nom a été conçu avec une sorte d’humour ironique ».

Les membres de British Sea Power poursuivent : « Rétrospectivement, notre nom original a été conçu dans l’esprit du situationnisme des années 1950 – retourner un slogan sur lui-même, en cherchant à lui donner un nouveau sens. Récemment, nous avons réfléchi au nom en relation avec l’histoire. L’idée de la puissance maritime britannique est presque synonyme de l’empire britannique – de nombreuses nations colonisées par une seule nation. »

British Sea Power : attaque gratuite contre la Hongrie

Déplorant au passage que certains de ses fans aient « exprimé leur tristesse face à la modification d’un nom qui leur est cher », British Sea Power tente de les convaincre de ce changement avec une argumentation digne d’un tract LREM : « C’est la combinaison de  »British » et  »Power » qui ne fonctionnait plus pour nous. Nous avons imaginé un jeune dans un festival européen au 21ème siècle regardant le programme et voyant un nom de groupe incluant le mot  »hongrois » ou  »russe » à côté de  »Power ». Cela aurait probablement orienté son esprit dans une certaine direction – probablement vers le nationalisme isolationniste et belliqueux qui s’est récemment installé dans le monde. Nous avons toujours voulu être un groupe internationaliste ».

La formation désormais nommée Sea Power a annoncé en parallèle la sortie d’un huitième et nouvel album durant l’hiver 2022, intitulé « Everything was Forever », « tout était éternel ». Il n’est pas certain que le très conformiste groupe, britannique malgré lui, passe à la postérité…

Un single est par ailleurs déjà disponible à l’écoute :

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Simon Fernandez) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

2 Commentaires

  1. Il faut bien qu’ils avancent justification au fait qu’ils aient plié l’échine (après les genoux) devant les ordres des groupuscules de Soros.
    Aucun courage !
    Ils auraient dû choisir comme nouveau nom Carpet Sea power. ou encore Les poules mouillées.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés