Vigil. Une série de propagande brittanique anti russe ?

A LA UNE

La scène est la suivante : : un sous-marin nucléaire britannique. Une détective a été envoyée pour enquêter sur la mort d’un marin. Lorsqu’elle demande au commandant de la marine pourquoi il faut tant de secret, puisque la Grande-Bretagne n’est pas en guerre, il répond : « C’est une illusion. Nous avons toujours été en guerre ».

La série, intitulée « Vigil« , est le feuilleton le plus regardé de l’année par la BBC (diffusé en France sur Arte) et a bénéficié d’une bonne publicité, attirant un public de 10,2 millions de personnes au cours de sa première semaine. Elle dépeint un combat contre un adversaire illusoire et impitoyable qui réussit à s’infiltrer dans un sous-marin britannique pour « mettre hors d’état de nuire la dissuasion nucléaire de la Grande-Bretagne« , tuant au passage des citoyens britanniques.

L’arme du crime choisie est un agent neurotoxique ; et devinez qui est l’ennemi ?

Bien sûr, c’est la Russie. Des sous-marins nucléaires, un agent neurotoxique, un adversaire perfide ; dès la séquence d’ouverture avec des images vidéo de Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev projetées sur un sous-marin, le public ne se fait aucune illusion sur l’identité de cet adversaire…

Depuis des années maintenant, la population britannique est instruite sur la « méchante Russie » à travers toutes les plateformes médiatiques – des informations aux séries télévisées en passant par les films – la frontière entre fiction et réalité devenant de plus en plus floue. L’une des questions les plus souvent posées sur Google à propos de la série télévisée « Vigil » est « est-ce réel ? Cela n’a rien de surprenant compte tenu du volume considérable de contenus anti-russes, le cinéma dramatisant souvent des événements réels et vice-versa.

Prenez l’affaire Skripal, par exemple. L’empoisonnement apparent au « Novichok » de l’ancien espion Sergei Skripal et de sa fille a eu lieu quelques mois seulement après la sortie de la série télévisée américano-britannique « Strike Back », dans laquelle un « biochimiste russe véreux » travaillait sur une substance du même nom. C’était probablement la première fois que le public occidental entendait le mot « Novichok » et pourtant, par une extraordinaire coïncidence, il devait apparaître sur nos écrans de télévision quelques mois plus tard, dans les actualités. Le doigt accusateur a immédiatement été pointé vers Moscou, au moment même où l’on préparait la Russie à accueillir la coupe du monde 2018. Le timing n’aurait pas pu être pire pour le Kremlin, et pourtant cela a considérablement aidé la Grande-Bretagne dans sa tentative de discréditer la Russie dans l’organisation de l’événement sportif.

L’utilisation de la télévision et du cinéma par les gouvernements comme instruments pour influencer et encourager l’opinion publique n’a rien de nouveau. Dans son livre « Propaganda and empire : the manipulation of British public opinion, 1880-1960 », John M MacKenzie explore les multiples façons dont le gouvernement britannique a promu l’impérialisme tout au long de l’existence de l’empire, non seulement par le biais du cinéma, mais aussi en utilisant tout, des paquets de cigarettes aux manuels scolaires. Pendant la guerre, le ministère britannique de l’information a également produit des films contenant des messages gouvernementaux d’influence sous la direction de Humphrey Jennings. Ces documentaires portaient davantage sur ce qu’il fallait faire et ne pas faire, et mettaient en avant des slogans tels que « Grow Your Own » et « Make Make Make And Mend » pour soutenir l’effort de guerre sur le front intérieur.

Les nazis, sous la direction de Joseph Goebbels, étaient encore plus experts en matière de propagande. Avant le début de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands ont cherché à rendre une future offensive militaire plus acceptable pour le public en commandant la production de plusieurs longs métrages destinés à attiser le sentiment anti-britannique. Le film « Traître » de 1936, qui décrit l’infiltration d’agents étrangers dans une usine d’armement allemande, en est un exemple particulier. De tels films anti-britanniques ont continué à être produits tout au long de la guerre, avec « Germanin » sorti en 1943, montrant la Grande-Bretagne comme une puissance coloniale sans cœur et opportuniste.

De manière inquiétante, plus on analyse la campagne de propagande anti-russe actuelle dans les médias occidentaux, plus on trouve de parallèles avec les efforts allemands à l’approche de la Seconde Guerre mondiale. L’idée que « le Russe est un ennemi » est fermement ancrée dans la conscience du public britannique et américain depuis des années, et plus particulièrement au cours de la dernière décennie, lorsque les relations entre la Russie et l’Occident ont commencé à se détériorer. La campagne est implacable, comme une obsession, et a probablement même dépassé les niveaux de la propagande antisoviétique que nous avons connue au cours du 20e siècle.

Comme l’a récemment tweeté Dmitry Polyanskiy, député russe à l’ONU :

« C’est une maladie grave… Russophobius Vulgaris. Traitée par l’isolement des médias occidentaux au moins pendant une semaine. Mais peut être récurrente car les dommages au cerveau sont déjà considérables ! #KeepCalmAndBlameRussia » (Restez calme et accusez la Russie)

On pourrait arguer que le gouvernement britannique n’a aucun lien avec la production de fictions télévisées. Mais n’oublions pas que la BBC est un radiodiffuseur d’État, avec une ligne éditoriale, qui suit la ligne du gouvernement en matière de politique étrangère. Nous savons, grâce à certains dénonciateurs qui se sont exprimés, que les émissions sont approuvées par des personnes au sommet, et que la direction a le pouvoir d’approuver ou de « tuer » les programmes. L’ancien journaliste de la BBC John Sweeney – bien qu’il ait lui-même adopté une position anti-russe ferme – a écrit sur la façon dont « l’intervention directe » de la direction a empêché la diffusion de certains de ses documentaires, et dans une lettre adressée à l’Ofcom, il a indiqué qu’il y avait une politisation des programmes. Il a suggéré que la direction de la BBC de l’époque, sous Tony Hall, n’était pas intéressée par les programmes anti-russes. Il est clair que la position a changé depuis que Hall a quitté son poste en août de l’année dernière.

La série « Vigil » a évidemment bénéficié d’un budget considérable. Et sa fonction politique est double : elle met en avant la « menace » russe et la question de l’avenir du Trident dans une Ecosse indépendante. En jouant sur l’idée d’un danger réel et imminent de la part de la Russie, il persuade le spectateur de l’importance de conserver la dissuasion nucléaire britannique. Au fur et à mesure que les tensions s’accroissent entre l’Est et l’Ouest, et que Boris Johnson poursuit sa stratégie de « Grande-Bretagne globale », nous verrons sans doute davantage de programmes mettant l’accent sur la force militaire de la Grande-Bretagne face à la Russie et, ne l’oublions pas, à la Chine. Malheureusement, une telle manipulation de la population n’encourage pas la compréhension entre les peuples et favorise au contraire la division. Au mieux, la Grande-Bretagne utilise la Russie comme bouc émissaire pour renforcer son sentiment de fierté nationale ; au pire, elle prépare le terrain pour un futur conflit avec la Russie.

Johanna Ross (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tyrannie sanitaire. En Italie, la colère gronde avec l’instauration du pass sanitaire obligatoire

L'Italie vers une révolte populaire ? C'est possible, puisque depuis ce 15 octobre, les autorités ont décidé de rendre...

Affaire Steve à Nantes : l’ancien préfet mis en examen, un éventuel procès encore lointain

Et de huit ! Dans « l’affaire Steve », la noyade d'un jeune homme au cours de la Nuit...

1 COMMENTAIRE

  1. ce feuilleton n’est pas politiquement correct, il n’y a pas d’acteur aux yeux bridés ! et la diversité alors !!!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés