Le Pays de Galles est confronté à des pénuries « à cause du Brexit », selon le vice-premier ministre irlandais

A LA UNE

Le Pays de Galles est confronté à des pénuries à cause du Brexit, selon le vice-premier ministre irlandais, Leo Varadkar. Ce dernier a fait ces commentaires en réponse aux plaintes du gouvernement britannique concernant l’accord de Brexit avec l’UE qui a été signé il y a deux ans.

Dans le cadre de cet accord, les deux parties ont signé le protocole sur l’Irlande du Nord, qui visait à mettre fin aux contrôles le long de la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande.

Mais selon M. Varadkar, le protocole signifie que l’Irlande du Nord est confrontée à beaucoup moins de problèmes en termes de pénuries que le reste du Royaume-Uni. Il a souligné les pénuries de marchandises sur les étagères au Pays de Galles ainsi que la fermeture de stations-service.

Il a déclaré : « Une chose que je voudrais dire alors que les gens soulignent certaines des difficultés que le protocole peut avoir en termes d’acheminement des marchandises de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord. Regardez les difficultés que la Grande-Bretagne a rencontrées pour faire entrer des marchandises en Grande-Bretagne, vous savez qu’il y a eu de véritables pénuries en Angleterre, maintenant en Ecosse et au Pays de Galles, allant de la fermeture de stations-service à l’absence de marchandises dans les rayons à cause du Brexit, et en fait le protocole a protégé l’Irlande du Nord de cela. Elle a moins de problèmes d’approvisionnement que le reste du Royaume-Uni.»

Le protocole maintient l’Irlande du Nord dans le marché unique des biens de l’Union Européenne, ce qui a créé une nouvelle frontière commerciale avec la Grande-Bretagne. Le gouvernement britannique, qui a défendu l’accord à l’époque, affirme que l’arrangement actuel impose trop d’obstacles au commerce.

Il demande de modifier fondamentalement le protocole en retirant à la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) son rôle de surveillance. L’UE refuse de céder sur ce point, mais elle a proposé des amendements au protocole qui réduiraient les contrôles des marchandises et les formalités administratives.

M. Varadkar a également déclaré : « Je pense que la chose la plus importante que nous devrions tous garder à l’esprit est que le protocole a été conçu pour faire trois choses – empêcher une frontière dure entre le nord et le sud – il l’a fait. Il a également été conçu pour permettre à l’Irlande du Nord de commercer librement avec la Grande-Bretagne et le marché unique européen, et c’est là que certains problèmes sont apparus, notamment les difficultés d’acheminement des marchandises de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord, et nous sommes désireux de résoudre ce problème du mieux que nous pouvons et d’apporter des modifications pour libérer le flux de marchandises de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord. Mais en fin de compte, le rôle de la Cour de justice européenne est de statuer sur les règles du marché unique, et je ne pense pas que nous pourrions jamais avoir une situation où une autre cour déciderait des règles du marché unique européen, et je pense que c’est pourquoi les demandes, les demandes les plus récentes du gouvernement britannique sont très difficiles à accepter, car le rôle de la CJE est de statuer sur les lois et les normes européennes. Je ne vois pas comment cela pourrait être confié à un tribunal britannique ou à un autre tribunal »

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Immigration. Les élus de la majorité à la Région Bretagne prennent 30 000€ dans la poche des Bretons pour financer SOS Méditerranée

Les élus de la majorité à la Région Bretagne viennent de décider de prendre 30 000€ dans la poche...

PSIG, interpellation à haut risque

Au petit matin, cette unité spéciale de la gendarmerie est sur le pied de guerre... Le PSIG s'apprête à...

2 Commentaires

  1. nous n’avons pas quitté l’ue et pourtant on nous promet des pénuries de carburants, de bois, de plastic et finalement une augmentation générale d’au moins 15% des prix (mais pas des salaires et retraites

  2. Les pénuries de personnel en GB démontre qu’il était grand temps de sortir de l’UE. Le pays était en train de devenir dépendant des étrangers.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés