Francesco Giubilei (Nazione Futura) : « Nos modes de vie, notre civilisation sont attaqués et c’est aux conservateurs de les défendre » [Interview]

Entretien avec Francesco Giubilei, éditeur de Historica et Giubilei Regnani, professeur à l’université Giustino Fortunato de Bénévent et président de la Fondation Tatarella.

Il est l’auteur de huit livres, dont « Giorgia Meloni. La mujer al frente del partido revelación de Italia », publié en Espagne par Homo Legens. En 2017, il a fondé l’association Nazione Futura, il est membre du comité scientifique de certaines fondations et des Aspen Junior Fellows. Il a été désigné par « Forbes » parmi les 100 jeunes de moins de 30 ans les plus influents en Italie.

Propos recueillis par notre collègue et partenaire (Médias Européens) Álvaro Peñas

Qu’est-ce que Nazione Futura et quels sont ses objectifs ?

Francesco Giubilei : Nazione Futura est un think tank né en 2017, qui est devenu dans les années suivantes le principal think tank conservateur italien. L’activité de Nazione Futura se matérialise par la publication d’un magazine papier trimestriel, d’un journal en ligne, par l’organisation de conférences et de réunions, et par les activités de plus de 70 clubs locaux dans toute l’Italie.

Notre objectif est de mener une série de batailles politico-culturelles et de diffuser les valeurs du conservatisme tant en Italie qu’en Europe. Nous avons obtenu des résultats importants en matière de légitimation du terme conservateur dans le débat politique italien et nous avons mené une bataille importante sur la question du conservatisme vert, en expliquant comment l’environnement n’est pas seulement une question chère à la gauche, et en nous concentrant sur la relation entre le monde de la politique et les think tanks et les fondations.

En octobre, vous étiez à Budapest pour la formation de l’Alliance pour le bien commun (ACG) avec des organisations des pays de Visegrad. Pensez-vous que la Hongrie et la Pologne sont le modèle à suivre pour les conservateurs européens ?

Francesco Giubilei : Nous avons signé un partenariat avec certaines des principales fondations d’Europe centrale dans le but de mener des initiatives sur des questions communes qui incluent les réalités hongroises et polonaises. Il faut suivre de près ce qui se passe en Hongrie et en Pologne. Il est nécessaire de partir du principe que chaque nation a sa propre histoire et du respect de la volonté du peuple. Si les Hongrois et les Polonais ont voté pour des gouvernements de droite, il est nécessaire de respecter leur volonté ; si ce respect fait défaut, cela signifie que le concept même de démocratie est remis en question.

Vous entretenez également de bonnes relations avec des organisations hors d’Europe et vous vous prononcez en faveur d’une Internationale conservatrice. Une réponse globale à la culture de l’annulation et du politiquement correct est-elle possible ?

Francesco Giubilei : Une réponse à la cancel culture et au politiquement correct n’est pas seulement possible, elle est nécessaire, et la seule façon d’y parvenir est une grande alliance entre les conservateurs occidentaux qui traverse le monde culturel et politique, et qui est basée avant tout sur le respect du bon sens. Il est étonnant de constater qu’un concept aussi fondamental que le bon sens s’est aujourd’hui complètement perdu et que des choses que nous considérions comme acquises il y a encore quelques années sont soudainement devenues inacceptables. Les habitudes séculaires, les modes de vie qui ont toujours caractérisé notre civilisation sont attaqués et il appartient aux conservateurs de les défendre. Nous sommes confrontés à une bataille qui ne touche pas un seul État, mais l’ensemble de la communauté internationale et qui exige donc des réponses communes de la part des conservateurs du monde entier.

Vous avez révélé le tristement célèbre document de la Commission européenne recommandant de ne pas envoyer de vœux de Noël pour ne pas offenser. Face au scandale, la Commission a fait marche arrière.

Francesco Giubilei : C’était une réussite majeure. Après le scoop, que nous avons fait avec le journal « Il Giornale », il y a eu un positionnement du monde politique, non seulement en Italie mais dans toute l’Europe, et il y a eu un résultat important et évident : la Commission européenne a retiré le document. Il s’agissait d’un texte destiné à la consommation interne, avec des « lignes directrices pour une communication inclusive » et une série d’indications incroyables, dont l’interdiction d’utiliser le mot Noël ou les noms Marie et Jean parce qu’ils sont chrétiens. En principe, il s’agissait d’un document contenant une série d’indications sur la communication, mais en réalité, il s’agissait de quelque chose de plus profond et représentait une tentative de refonte de notre société en discutant des coutumes et des habitudes et en menant une véritable attaque contre les racines chrétiennes de l’Europe.

La dérive idéologique de la Commission européenne s’accentue, l’UE peut-elle survivre à cette idéologie mondialiste ?

Francesco Giubilei : Nous devons repenser l’Union européenne actuelle en construisant une Europe différente, une Europe des peuples et des nations qui se soucie réellement des intérêts des citoyens, évite la dérive idéologique et n’a pas honte de sa propre histoire et de son identité. L’UE d’aujourd’hui est régie par un système qui non seulement ne tient pas compte de nos traditions mais veut les effacer par un principe que Roger Scruton définit comme « oikophobie », la haine de sa propre patrie et donc de sa propre histoire. Il semble parfois que nous assistions à une sorte de culture de l’annulation institutionnalisée.

En ce qui concerne l’Italie, comment voyez-vous la corrélation des forces entre la Lega et le FdI, et qui, selon vous, va diriger la droite italienne ?

Francesco Giubilei : Le centre-droit italien a toujours eu un accord selon lequel le parti de la coalition ayant obtenu le plus de voix serait le leader de la coalition (ou en cas de victoire le premier ministre), c’était comme ça pendant un an avec Silvio Berlusconi et ensuite avec Matteo Salvini, et ce sera comme ça au moment du vote. Aujourd’hui, la Lega et le FdI se disputent la direction de la coalition, Meloni et Salvini dirigent deux grands partis qui ont des points communs mais aussi plusieurs différences, et ce sont les Italiens qui décideront qui sera le prochain leader du centre-droit.

Compte tenu de ce qui se passe en Italie avec l’imposition du passeport Covid, pensez-vous qu’il y aura bientôt des élections ou que le gouvernement Draghi restera en place pendant un certain temps ?

Francesco Giubilei : En février, un nouveau président de la République sera élu pour succéder à Mattarella, et il y a plusieurs scénarios possibles, dont l’élection de Mario Draghi. Dans ce cas, il serait possible de revoter en 2022, sinon il faudrait attendre 2023. La victoire du centre-droit n’est pas certaine car il existe plusieurs scénarios où il y a la possibilité de la naissance d’une nouvelle coalition de centre, tandis que le Parti démocrate et le Mouvement 5 étoiles resteront unis lors des élections.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

Une réponse

  1. Si la France est une république laïque, quel est le positionnement de l’Union Européenne, vis-à-vis des religions ?

Les commentaires sont fermés.

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !