Géopolitique. 2021 : Une année de désunion de l’OTAN comme aucune autre

L’année 2021 est sans doute celle où les tensions et les rivalités au sein de l’OTAN se sont accentuées comme jamais depuis la création de l’alliance en 1949. Bien que l’OTAN ait récemment élargi sa composition pour inclure le Monténégro en 2017 et la Macédoine du Nord en 2020, le fossé causé par des intérêts concurrents et la montée d’idéologies comme le néo-ottomanisme ou l’anglo-chauvinisme parmi les membres du bloc n’a fait que s’élargir ces dernières années, mais aucune autre comme 2021.

L’intense désunion de l’OTAN s’est manifestée pour la première fois pendant la guerre de Syrie. La Turquie continue d’être furieuse que les États-Unis, la France et d’autres États membres forment, financent et arment les Unités de protection du peuple (YPG), la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qu’Ankara reconnaît comme une organisation terroriste. Pendant ce temps, Washington est furieux que la Turquie ait défié les avertissements de ne pas acheter le système de défense antimissile S-400 de fabrication russe, et a donc imposé en décembre 2020 des sanctions à son collègue membre de l’OTAN, une action sans précédent. L’ancien président américain Donald Trump n’étant pas disposé à affronter la Turquie de manière sérieuse pour ne pas mettre en péril ses intérêts commerciaux personnels dans le pays, son successeur Joe Biden a plus volontiers affronté son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan.

Le jour de la commémoration du génocide arménien (24 avril 2021), Joe Biden a reconnu le génocide arménien perpétré par la Turquie, ce que les présidents successifs ont refusé de faire par crainte de s’aliéner une Turquie qui était autrefois considérée comme un rempart contre l’Union soviétique/Fédération de Russie. Étant donné que la non-reconnaissance du génocide était motivée par des raisons politiques et géopolitiques, la reconnaissance signifie un changement majeur dans l’attitude de Washington envers Ankara.

Bien que Washington reproche à Ankara d’être révisionniste, son propre révisionnisme contradictoire a en fait provoqué une désunion plus profonde parmi les membres de l’OTAN en 2021 après l’annonce d’AUKUS, un pacte trilatéral de sécurité anglophone entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis. En vertu de ce pacte, les États-Unis partageront la technologie de propulsion nucléaire avec l’Australie. Cette situation a culminé avec l’annulation sans préavis par Canberra de l’accord franco-australien sur les sous-marins, d’une valeur de 56 milliards d’euros, mettant fin aux efforts des deux pays pour développer un partenariat stratégique plus profond.

L’annulation soudaine d’un contrat lucratif et d’une stratégie de défense avec l’Australie a été une humiliation pour Paris, dont les ambitions d’influence mondiale ont été frappées. Les ambassadeurs français à Washington et à Canberra ont été rappelés à Paris, et le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré : « Avec la Grande-Bretagne, ce n’est pas nécessaire. Nous connaissons leur opportunisme permanent ».

Washington a plaidé auprès de Paris qu’il n’avait pas connaissance que Canberra était sur le point de « poignarder dans le dos », comme l’a qualifié Le Drian, leur alliance stratégique prévue. L’idéologie anglo-chauvine post-Brexit du Royaume-Uni, à laquelle Canberra s’aligne naturellement, a motivé la manière humiliante dont la France a été mise à l’écart pour faire place à AUKUS. Ce mépris total de l’industrie et des intérêts stratégiques français a fait perdre à Paris sa confiance dans l’OTAN.

Ce « coup de poignard » a incité Paris à rechercher des alliances stratégiques plus importantes au niveau bilatéral, ce qui a conduit à un pacte de défense mutuelle qui remplace l’OTAN avec la Grèce. La Grèce est également frustrée par l’OTAN, car les violations quotidiennes de son espace aérien par la Turquie, les menaces turques d’un casus belli si elle étend sa zone maritime dans la mer Égée à 12 milles marins de ses six frontières (comme le permet le droit international), et les tentatives turques d’exploiter les gisements énergétiques dans l’espace maritime de la Grèce, sont accueillies avec indifférence. Athènes a ainsi perdu la confiance dans l’OTAN en tant que garant de la paix, ce qui a fait de son pacte avec la France une nécessité sécuritaire.

L’administration Biden a fait l’éloge de ce que le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a appelé « l’autonomie stratégique » par rapport à Washington, une concession mineure probablement destinée à tenter d’apaiser Paris qui a perdu son accord plus lucratif avec l’Australie. Cependant, Ankara ne cesse de critiquer le pacte franco-grec, le ministre turc de la défense Hulusi Akar déclarant que l’alliance de la Grèce avec la France provoquera des fissures dans l’OTAN. À une autre occasion, il a déclaré que « [la Grèce] essaie de dominer la Turquie avec des armements et des défis, en coopération avec d’autres pays« , une référence indirecte à la France. Akar a ajouté : « [La Grèce] a différentes ambitions qu’elle cherche à réaliser par le biais d’autres alliances. »

Il y a clairement une rupture majeure dans l’unité de l’OTAN, car des accusations sont portées entre les États membres pour savoir qui est responsable des fissures. Cela se produit alors que les États-Unis continuent d’attendre de tous les États membres qu’ils se conforment, que le Royaume-Uni se replie sur l’anglo-chauvinisme sous le couvert de la « Global Britain », que la France tente d’avoir une plus grande influence internationale et que la Turquie poursuit de manière plus agressive une politique néo-ottomane.

En 2021, la Grèce et la France ont perdu leur confiance dans l’OTAN, la Turquie a accusé la Grèce d’être à l’origine de la désunion, les États-Unis sont en colère lorsque la Turquie annonce qu’elle veut acheter une autre unité S-400 à la Russie, et la formation d’un bloc anglophone qui semble supplanter l’OTAN et les intérêts français. Ajoutez à ce bourbier l’énorme disparité d’intérêt entre les membres de l’OTAN pour soutenir l’Ukraine contre la Russie, et il apparaît que le bloc est désuni comme jamais auparavant.

Ces événements suggèrent que 2021 est une année où la fragilité et la désunion de l’OTAN sont plus apparentes que n’importe quelle autre année, en particulier dans la période de l’après-guerre froide. Compte tenu de ces tensions, et notamment du fait que le bloc anglophone et la Turquie poursuivent des politiques et des idéologies révisionnistes, la désunion au sein de l’OTAN va non seulement se poursuivre en 2022, mais s’intensifier.

Paul Antonopoulos (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

Une réponse

Les commentaires sont fermés.

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !