Apartheid Sanitaire et discrimination. De Rosa Parks…à Stéphane Ravier [L’Agora]

A LA UNE

Stéphane Ravier, sénateur RN, a été victime d’un Apartheid sanitaire, le 5 janvier, sur le plateau de Ruth Elkrief, chargée de communication du Gouvernement sur LCI.

Stéphane Ravier et l’Apartheid du 21e siècle

Alors qu’il détenait un test Covid-19 négatif, ce dernier, non vacciné, a été prié de s’assoir sur un plateau différent que celui autour duquel se trouvaient d’autres invités à venir commenter le débat sur le pass vaccinal.

Une forme d’Apartheid et de discrimination autorisés, en toute décontraction, et même légitimés par Ruth Elkrief.

On en est là. Comme le dit parfaitement Xavier Eman, en quelques mots sur twitter, toutes ces années à nous casser les couilles avec la lutte contre les discriminations pour en arriver à une société d’apartheid excluant plusieurs millions de Français de la vie sociale….

Le tout avec des médecins qui oublient le serment d’Hippocrate et qui réclament la chasse aux non-vaccinés, qui se félicitent qu’un Président de la République s’affirme publiquement « emmerdé » par des personnes qui, dans leur très large majorité, ne sont pas malades, et sont en pleine forme (alors que des centaines de milliers de Français, majoritairement en bonne santé également, sont déclarés positifs au Covid-19 bien que double ou triple vaccinés…). On vous rétorque à vous, les salauds, vaccinés ou pas qui dénoncez la tyrannie sanitaire, que le variant Omicron est là, qu’il contamine quand même les non-vaccinés. Alors, pourquoi donc continuer à inoculer un vaccin qui n’empêche pas les contaminations ? Le principe originel d’un vaccin n’est-il pas d’empêcher de contracter une maladie ?

Et pourquoi n’y a-t-il pas de traitement médicamenteux encouragé par les autorités, pourquoi cette obsession unique, pour quelques vaccins validés par les autorités alors que d’autres sont utilisés, en Chine, en Russie, sans que ces pays ne connaissent l’hécatombe prédite par nos vendeurs de malheurs ?

Pourquoi est-ce que la Suède ne rencontre pas non plus d’hécatombe, elle qui est allée à rebours de tous les autres pays de l’Ouest ayant instauré la tyrannie sanitaire ?

Pourquoi est-ce que des infirmiers ne sont pas formés dans l’urgence depuis deux ans, et des lits ouverts dans tous les hôpitaux de France ? Pourquoi partout, des services ferment ? Pourquoi est-ce qu’on a mis à pied des centaines de soignants – qui manquent aujourd’hui – – pour non vaccination ?

Pourquoi est-ce que plutôt que d’avoir un débat apaisé sur la question, on en vient sans arrêt à vouloir se confronter uniquement à des épouvantails, jouer avec des chiffres, ou tout simplement, mentir toute honte bue ?

Le journalisme mainstream ne pose plus de question

On pourrait parler aussi de ces journalistes mainstream qui n’ont plus rien de journaliste, ne se posant aucune question, sur l’origine du virus, sur sa diffusion, sur les sociétés qui annoncent avoir des médicaments comme Xanothéra, à Nantes, et qui voient les autorités faire barrage. Sur l’argent engrangé par les firmes qui diffusent les vaccins. Sur les conflits d’intérêt de ceux qui parcourent les plateaux TV en se plaignant des non-vaccinés dans des hôpitaux qu’ils ont désertés eux-mêmes pour devenir des stars médiatiques. Mais également sur les décisions, contradictoires, brouillonnes, mensongères même, prises depuis deux ans déjà, alors que petit à petit, l’instauration d’un état d’urgence sanitaire est en train de devenir la règle, infinie — Jean Castex a encore rappelé hier qu’il n’était pas question de date de fin — comme d’autres avant ont fait de l’état d’urgence sécuritaire notre quotidien depuis tant d’années.

On pourrait s’interroger, sur ces personnes qui, depuis des décennies, ont imposé aux Européens de nouveaux héros, comme Rosa Parks, cette femme noire qui refusa, en 1955, de céder sa place à un blanc dans le bus pour protester contre les discriminations et contre l’interdiction faite aux Noirs de côtoyer les Blancs. Ceux-là mêmes qui applaudissent à la ségrégation de Stéphane Ravier sur un plateau TV, et qui, il y a 30 ans encore, appelaient à la fin de l’Apartheid en Afrique du sud.

On pourrait légitimement se questionner sur ces militants « altruistes » qui n’auraient jamais accepté, dans les années 90, que certains publics ayant des pratiques sexuelles plus à risque en matière de SIDA et de VIH, se voient refuser l’entrée à des bars, à des boîtes de nuit, à des restaurants, s’ils ne montraient pas un test VIH négatif. Ce sont les mêmes qui aujourd’hui se réjouissent d’imposer le code-barre partout dans notre société. Qui jouissent presque parce qu’on colle sur le visage d’un gamin un masque, quand il va à l’école ou dans une bibliothèque.

De Rosa Parks la militante noire des droits civiques, à Stéphane Ravier, sénateur non vacciné de France, que de chemin parcouru…D’un côté, une idole, une égérie de toute la bien-pensance qui dirige nos pays depuis trop d’années. De l’autre un pestiféré, un homme que certains commentateurs, certains politiques, certains médecins douteux aussi aimeraient sans doute voir crever un jour, en réanimation, pour pouvoir dire « Vous voyez, il était non vacciné ce salaud. Il est mort, bien fait pour lui. Envoyons la facture de son hospitalisation à la famille ! ».

Des dizaines de millions de résistants

Il reste encore néanmoins de l’espoir. Car ce ne sont pas 6 millions de Français qui ne supportent plus ces injonctions, ces brimades, ces stigmatisations permanentes. Ce sont des dizaines de millions d’entre eux, qui se sont vaccinés le couteau sous la gorge, pour sauver leurs emploi (et donc pour nourrir leurs familles), pour ne pas vivre sous la terreur permanente de forces de l’ordre dont le zèle à contrôler les faibles est proportionnel avec la réticence, la trouille, à mettre hors d’état de nuire les voyous, les dealers, les gros délinquants dans certains quartiers.

Des dizaines de millions d’individus qui n’accepteront plus longtemps de vivre sous le joug de tyrans qui ont en plus l’audace, le culot monstre, le cynisme, de vouloir se faire passer pour les sauveurs de l’humanité.

Les Hongrois, les Polonais, les peuples d’Europe de l’Est ont attendu, au 20e siècle, plusieurs décennies, dans la souffrance, dans le silence, dans la répression, ce jour de 1989 où le mur de Berlin est tombé. La justice du peuple a ensuite été rendue – il faut se souvenir de Ceaucescu . Avant ces peuples, dans notre longue Histoire, d’autres ont fait de même, unis dans l’adversité, les yeux remplis d’espoir, pour leurs enfants, pour leurs descendants. 

N’ayez pas peur, disait Jean-Paul II. Effectivement, nous n’avons pas peur. Nous ne sommes pas de ces zombies qui acceptent depuis deux ans de cesser de vivre pour ne pas mourir. Nous ne sommes pas de ceux qui capitulent pour espérer demain, que le tortionnaire qui les terrorise et les brime, devienne leur ami. Nous ne sommes pas de ceux qui renoncent parce que se multiplient menaces, exactions, et demain, privations, arrestations, mort sociale, économique…avant la mort physique ?

Stéphane Ravier a raison de résister. Nous avons raison de résister. Et aucun sondage, aucune Assemblée (y compris si elle était majoritaire dans l’opinion, ce qui n’est pas le cas) aucune dictature de la majorité, ne nous enlèvera cela. Nous avons raison, y compris peut être aujourd’hui envers et contre tous les décideurs. Envers et contre tous ceux qui se soumettent, par confort, par peur, par conviction aussi. Nous avons raison. Le vent finit toujours par tourner, aucun régime n’est éternel, et les vérités d’aujourd’hui ne seront sûrement plus celles de demain.

Où et quand, nous verrons bien. En attendons, accrochons-nous, gardons l’espoir dans nos têtes et dans nos coeurs, hissons haut le drapeau de la résistance. Serrons les rangs. Et affrontons avec amour et détermination la vague des tyrans et des fous, la tête haute, et le coeur vaillant.

Julien Dir.

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Brest. Un nouveau commandant pour le chasseur de mines Tripartite Andromède

Le vendredi 14 janvier 2022 le vice-amiral Arnaud Provost-Fleury, adjoint organique à Brest de l’amiral commandant la Force d’action...

Eric Zemmour : « Je suis l’objet d’une justice politique qui veut m’interdire de lier l’immigration à l’insécurité »

Eric Zemmour condamné à 10.000€ d’amende : “Je suis l’objet d’une justice politique qui veut m’interdire de lier l’immigration...

6 Commentaires

  1. B R A V O !!!! heureusement il y a des Stéphane RAVIER, qui défendent les citoyens qui ne peuvent pas se faire entendre, rien à dire de plus sauf, MERCI M. RAVIER

  2. Ruth Elkrief devrait se mettre en maladie pour faire soigner son imbécilité.
    elle met un représentant du peuple à l’écart comme un mauvais élève alors qu’elle ne se prive pas de faire la bomba dans les ministères.
    je lui souhaite de disparaitre du PAF et de vivre sa plus mauvaise année 2022.

  3. Merci pour ce bel article ! Effectivement RESISTONS ! Même la résistance de l’ombre a fait de grandes choses par le passé. Alors suivons leurs exemples… Ils sont si nombreux et surtout ils veillent sur nous.

  4. Les médicaments qui auraient soigné le Covid (azythromicine et chloroquine) ont été INTERDITS d’utilisation.
    Pour forcer les Français à se faire vacciner (E Macron a travaillé pour Pfizer)
    Aux Antilles, ils ont été même été raflés et stockés dans la Pharmacie centrale de l’hôpital, pour forcer la population à se faire vacciner0
    Perso, j’ai eu une grosse bronchite en septembre 2018. Mon médecin m’a prescrit Zythromax (azythromicine) pendant 7 jours. L’après-midi du 5e jour, j’ai arrêté de cracher mes poumons et j’ai recommencé à respirer normalement et le 7e jour, j’étais guérie.
    Mais azithromycine ne coûte pas assez cher !!
    Et, actuellement, il reste encore beaucoup de doses de vaccins qui vont se périmer, d’où : 3e dose, 4e dose, etc, vacciner les enfants, etc..

  5. apartheid ! quand cela concernait les sudafricain, c’était honteux, aujourd’hui que ça concerne des gaulois, la bienpensance est aux abonnés absents!

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés