Arles. Yvan Colonna serait entre la vie et la mort après son agression par un djihadiste [MAJ : Femu a Corsica dénonce la responsabilité de l’Etat français]

MAJ 2 mars 18h00 : le mouvement nationaliste corse Femu A corsica dénonce la responsabilité de l’Etat français dans un communiqué et appelle à un rassemblement pacifique ce mercredi soir à 18h30


Selon un journaliste, Yvan Colonna serait plongé dans un coma post-anoxique et a été transféré à l’hôpital de Marseille.
Son état est très grave, son pronostic vital est engagé. Pour l’instant, il est en réanimation, il n’est pas mort​. Son état est très préoccupant

MAJ 18h00 (2 mars) :
https://twitter.com/AntoineCasalta/status/1499071182129225730?s=20&t=AbdTaicSDp6Eyn4PFTjqjg

Détenu à Arles pour l’assassinat, en 1998, du préfet Erignac, Yvan Colonna serait, selon France 3, décédé ce mercredi 2 mars 2022, suite à l’agression dont il a été victime de la part d’un islamiste dangereux (déjà violent plusieurs fois en prison) incarcéré lui aussi dans la même prison et qui serait son co-détenu.


D’autres sources indiquent qu’il est dans un état grave, en réanimation, mais pas décédé.

Colonna avait été hospitalisé dans un état grave ce mercredi après avoir été passé à tabac par cet autre détenu en cour de promenade ou en salle de sport (différentes sources)

Un autre détenu qui, selon BFMTV, «avait été condamné à 9 années de prison pour association de malfaiteurs terroristes et était un ancien djihadiste en Afghanistan».

Celui qui était considéré comme l’un des prisonniers les plus surveillés de France ne l’a visiblement pas été par les autorités….puisqu’il serait mort en prison, loin de sa terre corse, sur laquelle de nombreux militants corses, et surtout sa famille, souhaitaient qu’il purge sa peine de prison à perpétuité.

Une demande systématiquement refusée par la Justice française, tout comme cette demande est refusée pour les prisonniers politiques corses qui sont en prison sur le territoire métropolitain, obligeant les familles à des déplacements longs et coûteux pour venir voir les leurs incarcérés.

https://twitter.com/ellensalvi/status/1499016429689098242?s=20&t=c-W54ZcDUuZVTy3BuTgqGg
Vingt ans après les faits, Alain Ferrandi et Pierre Alessandri sont eux aussi placés depuis leur emprisonnement sous le statut administratif de « détenu particulièrement signalé » (DPS).

Yvan Colonna avait été reconnu coupable de l’assassinat du préfet de Corse-du-Sud, Claude Erignac, perpétré le 6 février 1998. Le berger de Cargèse avait échappé aux recherches des autorités pendant plusieurs années, avant d’être cueilli par la police le 4 juillet 2003 à Porto-Pollo, près de Propriano.

il a toujours clamé son innocence durant ses 19 ans de détention et il faut rappeler qu’il a été condamné à l’époque au mépris de la présomption d’innocence par le pouvoir politique.

En prison, il faisait de nombreuses peintures, visibles ici. Il avait également donné une interview au mensuel Bretons, depuis sa prison (la seule donnée durant sa détention), en 2011.

Si le décès d’Yvan Colonna était confirmé dans les prochaines heures, voici qui pourrait mettre le feu aux poudres en Corse. Affaire à suivre

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

0 réponse

  1. étonnant quand même que deux prisonniers « dangereux » à surveiller puissent être laissé seuls pendant au moins dix minutes

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !