Afrique-du-Sud : Orania investit 1 million de rands pour s’affranchir du fournisseur d’électricité ESKOM

ESKOM, l’EDF Sud-Africain, n’en finit plus de couler ! Cette semaine la compagnie publique a annoncé de prochaines nouvelles coupures de courant suite aux pannes qui ont affecté plusieurs de ses unités de production.

La société, qui souffre d’une crise de longue date, a perdu 15.228 MW à la suite de pannes récentes, tandis que 6.307 MW de capacité supplémentaires sont toujours en maintenance planifiée.

Pire encore : la ville du Cap a reçu dernièrement une aide des États-Unis pour mettre fin à sa dépendance du réseau d’Eskom. Telle un vulgaire état africain en faillite, la direction de l’énergie du Cap a accepté une offre d’assistance technique du Programme énergétique sud-africain (SAEP) qui a été mis en place par l’Agence américaine pour le développement international (USAID).

Face à cette gabegie généralisée et à l’incapacité pour l’ANC de gérer correctement des installations léguées par l’ancien pouvoir blanc, la ville afrikaner d’Orania a décidé de passer à la vitesse supérieure dans la production de sa propre électricité. Les résistants afrikaners comptent, en effet, investir 1 million de Rands (environs 60 000€) pour construire ORASOL, une ferme solaire qui pourra alimenter les quelques 1700 habitants de l’embryon de Volkstaat.

Afrique-du-Sud : Orania sous le contrôle du raciste noir Malema ?

Loin des clichés racistes de l’Apartheid, Orania trace tranquillement son propre sillon ethno-différencialiste et autonome dans une Afrique-du-Sud « post-raciale » en plein délitement.

Crédit photo :

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

0 réponse

  1. Gérer un réseau électrique demande des compétences très poussées en électrotechnique. ESKOM était jadis un opérateur reconnu au niveau mondial, à la pointe de la technique mais quand les compétences quittent le navire, celui -ci part en errance et coule…
    La France avec EDF est sur le même chemin qu’a pris ESKOM. La perte de compétence dues au démantèlement de EDF depuis les années 2000 nous promet des jours difficiles. l’EPR de Flamanville n’est que la partie émergée de l’iceberg… Il devient urgent de renationaliser l’ensemble des sociétés qui étaient avant des services de EDF et de la faire travailler en synergie. Il en va de la sureté et sécurité des installations et du prix de l’électricité.

  2. salopards de blancs qui se prémunissent alors que les noirs continuent à subir la corruption de leurs zélites

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS