Afrique-du-Sud : l’afrikaans, le khoi et le san reconnus comme « langues indigènes »

La polémique faisait rage depuis des semaines : l’afrikaans, le khoi et le san étaient des langues menacées d’être considérées comme des langues « étrangères » en Afrique-du-Sud.

Pour calmer le jeu, Blade Nzimande, ministre de l’enseignement supérieur, vient de publier un rapport qui déclare que les langues afrikaans, khoi et san sont belle et bien « indigènes à l’Afrique du Sud ».

Cette reconnaissance symbolique (l’afrikaans fait de toute façon partie des 11 langues officielles) est une victoire historique pour la protection et la promotion de la diversité culturelle et linguistique de l’Afrique du Sud en général, et pour les locuteurs de l’afrikaans ainsi que des langues khoi et san en particulier.

La bataille avait été mené par les défenseurs de l’afrikaans mais également par l’Alliance Démocratique, à travers son député Leon Schreiber. Une pétition avait d’ailleurs été lancée par ce dernier.

Leon Schreiber a déclaré qu’une fois les changements issus de ce rapport apportés au cadre politique, l’afrikaans, le khoi et le san ne pourront être légalement privés des ressources allouées au développement et à la promotion des langues autochtones de l’Afrique du Sud, y compris dans les universités de l’Afrique du Sud. Et la question des universités n’est pas anodine puisque celles-ci « s’anglicisent » de plus en plus au détriment de l’afrikaans. Les langues noires (xhosa, zoulou, sotho, venda, ….) ne bénéficient pas plus du soutien de l’ANC qui promeut l’utilisation unique de l’anglais à tous les niveaux de l’Etat et de la société. Cette priorité donnée à l’anglais est un choix politique d’unification des Noirs autour d’une même langue afin de dépasser les traditionnels clivages ethniques ainsi que le fort particularisme zoulou.

L’afrikaans est la langue historique des afrikaners ou boers d’Afrique-du-Sud mais également la langue maternelle de millions de « coloured », notamment dans la région du Cap et jusqu’en Namibie.

Crédit photo :

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Unification des Noirs pour ne plus être africains, pour être anglicisés ? Pas très enthousiasmant. Pendant qu’on y est, pourquoi pas redevenir un dominion ?

    1. idem en afrique francophone, lusophone, du à la multiplicité des langues locales . même en france, l’anglicisation semble avoir le vent en poupe chez nos zélites, écoutez les journaux télévisés, les débats…

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS