Législatives 2022. La profession de foi d’Emilie Bechadergue, candidate sur la 6eme circonscription d’Ille-et-Vilaine.

Nous l’avons annoncé dans un article du 18 mai 2022, nous demandons à tous les candidats de nous adresser leurs profession de foi et texte de présentation en vue des élections législatives 2022 (sur [email protected]). Ci-dessous celle d’Emilie Bechadergue, candidate sur la 6eme circonscription d’Ille-et-Vilaine.

Pour voir la liste des candidats présents en Ille et Vilaine pour les législatives 2022 c’est ici.

Originaire des terres bretonnes, Je suis amoureuse de notre territoire qui entremêle terre et mer, pêche et agriculture. La Bretagne coule dans mes veines depuis mon plus jeune âge et je me suis éprise de sa culture régionale, de ses subtilités, de son art de vivre typiquement français. J’ai comme volonté de pérenniser cette qualité de vie difficilement égalée. De par cet amour pour notre pays, en particulier pour notre région regorgeant d’habitants avec un esprit local qui m’anime, j’ai suivi la force de mes convictions et j’ai décidé de m’engager à vos côtés pour être votre future députée.

Tout d’abord, je serai votre candidate pour que nous, habitants de territoires ruraux, retrouvions une vie digne.

Nos petites et moyennes communes sont trop souvent oubliées au profit des grandes villes. La ruralité est l’avenir du pays, c’est au travers de celle-ci que la tradition est perpétuée, le terroir promu, la reconquête engagée. Ainsi, je serai le fer de lance d’une politique locale, qui privilégiera l’utilisation de produits issus du territoire pour que les producteurs de proximité puissent récupérer une rémunération plus juste sur leurs productions.

Je serai également la candidate des Français qui veulent vivre convenablement de leur travail.

En effet, une fois les taxes prélevées, beaucoup de Français se retrouvent forts dépourvus à la fin du mois, j’en suis la première concernée. L’une des dépenses importantes : l’essence ! Dans un territoire rural comme le nôtre, nous avons tous besoin d’un véhicule pour nos trajets de première nécessité. Corrélés à tout ceci, nos chefs d’entreprise sont trop taxés, remettant en cause la rémunération des travailleurs. La différence entre le salaire brut et le salaire net est trop élevée depuis de nombreuses années, gangrenant ainsi le marché du travail. Arrêtons cette politique de vache à lait pour que nos chefs d’entreprise, nos artisans et nos commerçants puissent s’en sortir en rémunérerant dignement et équitablement leurs employés, permettant ainsi à ces salariés de vivre correctement du fruit de leurs efforts.

Je serai tout autant votre candidate pour que nos enfants retrouvent un niveau scolaire décent.

Il est nécessaire de réadapter notre mode d’apprentissage tout autant que le mode d’orientation. Si vous me faites confiance, je réinstaurerai, dès le plus jeune, l’instruction réelle des savoirs fondamentaux tels que, lire, écrire et compter correctement. Une réaction s’impose, car un pays ne reste fort et prospère que si sa descendance possède un apprentissage intellectuel ou manuel de pointe.

Et enfin, je serai votre candidate pour que nous retrouvions une réelle sécurité.

Depuis maintes années, la délinquance ne cesse d’augmenter dans notre pays et notamment au cœur de notre ruralité. Celle-ci est en lien avec l’immigration incessante et incontrôlée. D’après les chiffres de l’assemblée Nationale, 75% des délinquants sont issus de zones extra-européennes. Pour endiguer ce problème, nous devons redonner le moyen d’intervenir à nos forces de l’ordre trop souvent dénigrées par le pouvoir en place. J’ai la volonté que chaque Breton retrouve une vie sereine. Pour résumer, vous l’avez compris, je ne suis ni une politicienne, ni une idéologue, mais une citoyenne comme vous. J’ai la volonté d’être à votre écoute pour améliorer votre quotidien et défendre nos intérêts communs. Il n’est plus le temps de réformer la France, mais de la sauver. J’ai décidé d’agir et de m’engager à vos côtés, avec vous, pour vous. Les 12 et 19 juin 2022, choisissez la France. Je suis Émilie Béchadergue, je suis votre candidate dans la 6e circonscription de l’Ille-etVilaine.

À très bientôt.

Vive la Bretagne. Et surtout, Vive la France.

Réunion Publique le 10 Juin à Fougères dès 19h30

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Je souhaite le meilleur à Madame Béchadergue. Mais, qu’elle aime la Bretagne est bien le moins qu’on puisse demander à une personne qui aspire à représenter une circonscription bretonne. On voudrait quelque chose de plus net, de plus décisif.

    Il semble que la connaissance de l’histoire de la Bretagne chez notre candidate soit tout à fait lacunaire. En témoigne le fait qu’elle parle à ce propos d’une « région », révélant ainsi qu’elle ignore le long passé indépendant de ce pays, passé.. qui explique sa spécificité.

    Elle ne fait nulle mention de la langue bretonne qui, bien que non parlée en Ille-et-Vilaine, fait partie du patrimoine culturel de tous les Bretons et qui devrait être chère au moins aux Français de souche, dans la mesure où elle nous rattache aux Gaulois qui, jusqu’à nouvel ordre, constituent le vieux fond ethnique de ce que nous appelons l’Hexagone. Allons plus loin : c’est pratiquement toute l’Europe continentale qui peut revendiquer une origine partiellement celtique. C’est ainsi que j’ai pu lire dans un petit musée des bords de la Vistule, au monastère de Tinyec, près de Cracovie : »The Celts created the first paneuropéen cultural area ».

    Aucune mention non plus de la réunification de la Bretagne, réunification qui est une urgente
    et absolue nécessité pour tout Breton digne de ce nom.

    Rien enfin sur un pouvoir de décision en Bretagne. Madame Béchadergue ne voit pas qu’aucun des problèmes qu’elle évoque à juste titre ne pourra être durablement réglé sans qu’auparavant une organisation plus rationnelle des pouvoirs nationaux et « régionaux » (faisons une concession provisoire sur ce vocabulaire !) ne se substitue à un centralisme devenu fou.

    En conclusion : »bien, Madame Béchadergue, mais peut mieux faire ! »

  2. un système scolaire avec ce pap diaye, la rééducation nationale! la sécurité ? mais avc toutes les ramailles qui trainent et sont logés et nourris à nos frais, etc.
    bon courage mademoiselle

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !