Autriche. La vaccination obligatoire définitivement abandonnée

Allemagne

Adoptée début février puis suspendue au mois de mars, la loi imposant l’obligation vaccinale en Autriche vient finalement d’être totalement abandonnée par le gouvernement. Retour sur un étrange virage politique.

En Autriche, la vaccination obligatoire définitivement abandonnée

Le feuilleton de la vaccination obligatoire en Autriche connaît un nouvel épisode. Au mois de mars dernier, le gouvernement avait déjà décidé de suspendre jusqu’au mois d’août la loi imposant l’obligation vaccinale dans le pays, principalement en raison de la propagation du variant Omicron et de sa moindre sévérité.

Jeudi 23 juin, le gouvernement fédéral autrichien a fait savoir qu’il avait purement et simplement supprimé cette loi sur la vaccination obligatoire. Lors d’une conférence de presse tenue à Vienne, le ministre autrichien de la Santé Johannes Rauch a déclaré qu’il fallait « désormais vivre avec le Covid, nous allons donc mettre en œuvre une série de mesures, ce qui signifie la fin de la vaccination obligatoire ».

Et le ministre membre des Verts autrichiens de rappeler que la stratégie initiale « avait été mise en place dans un contexte différent », avec des unités hospitalières surchargées.

Autriche
Johannes Rauch, ministre autrichien de la Santé. Source : time.news

Division de la société et refus d’une nouvelle dose

Tout comme au mois de mars dernier, « le variant Omicron a changé les règles », a ajouté Johannes Rauch. Toutefois, ce variants plus contagieux et moins virulent que les autres n’est pas le seul facteur expliquant le changement de cap de Vienne.

Aussi, le ministre autrichien de la Santé le concède, une certaine lassitude vaccinale s’est emparée du pays et « même ceux qui avaient accepté de se faire vacciner sont maintenant réticents à se faire administrer une nouvelle dose », a-t-il précisé. D’autant plus que face à ce variant Omicron, l’efficacité de la vaccination contre les infections s’est révélée être encore moindre, a poursuivi le ministre.

Par ailleurs, cette loi imposant la vaccination obligatoire a, toujours selon Johannes Rauch, créé « une profonde division au sein de la société autrichienne » tandis que le texte en question, entré en vigueur le 5 février dernier, n’est pas jugé par la commission d’experts comme étant « nécessaire que ce soit d’un point du vue médical ou constitutionnel ».

À l’époque, cette obligation vaccinale était apparue comme une mesure inédite au sein de l’Union européenne et devait s’imposer à l’ensemble des résidents dans le pays âgés de plus de 18 ans. Seules les femmes enceintes, les personnes ayant contracté le Covid-19 dans les 180 jours précédents et ceux exemptés pour raisons médicales n’étaient pas concernés par cette vaccination obligatoire.

Autriche : quand les non vaccinés risquaient des amendes à répétition

Quant aux sanctions appliquées pour les récalcitrants, des amendes pouvant atteindre les 3 600 € étaient encourues à partir du 15 mars 2022, date à laquelle devaient débuter les contrôles. Mais ce n’était pas tout : comme nous le rapportions en début d’année, d’autres amendes auraient pu être infligées par la suite en cas d’envoi de lettres de rappel aux Autrichiens refusant toujours la vaccination.

Entre-temps, autre aveu d’échec pour le gouvernement autrichien, la perspective de ces sanctions n’avait pas pour autant convaincu la partie de la population réticente face au vaccin contre le Covid-19. Actuellement dans le pays, environ 62 % de la population disposent d’un certificat de vaccination valide. Après son adoption par le Parlement, la loi controversée avait provoqué de nombreuses manifestations de rue dans toute l’Autriche.

Rappelons à ce titre que lors de l’approbation de cette obligation vaccinale par le Parlement autrichien le 20 janvier dernier, seul le FPÖ, le parti de droite patriote, s’était opposé à ce projet de loi. Le leader de la formation, Herbert Kickl, s’était dit « consterné et abasourdi », présentant cette loi comme « un énorme coup porté aux libertés des Autrichiens ». Lors des débats, il avait notamment fustigé « un projet ouvrant la voie au totalitarisme en Autriche ». Et d’ajouter  : « Nous n’avons pas la majorité aujourd’hui au Parlement, mais nous l’avons à l’extérieur ».

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

6 réponses

  1. Enfin des dirigeants intelligents ! y’a que nos couillons d’élus qui restent à la solde de l’O M S et qui vendu BIG PHARMA continuent le massacre !!! quand allons nous nous secouer !! l’Europe vient de voter à l’écrasante majorité la continuité de pass vaccinal !!

    Tout est complotisme aujourd’hui ! au moins, c’est toujours bon d’être informé.

    ( La grande leçon de la vie, c’est que parfois, ce sont les fous qui ont raison.)
    “ Winston CHURCHILL “

  2. Et pendant ce temps là le gouvernement français ou ce qui en tient lieu voudrait prolonger l’idiotie du pass sanitaire qui expire le 31 juillet. Basta cosi!

  3. Ceux qui gouvernent actuellement en France , sont ils capables et courageux pour prendre de telles décisions , j’en doute mais avec le RN en force d’opposition , on peut espérer .

  4. alors qu’en france les télés commencent à prévenir, le retour du covid, du masque et donc de la vaccination (obligatoire) bat son plein ! d’ailleurs l’UE a commandé dix doses par personne , il faudra bien les écouler, non?

  5. Les autrichiens n’ont pas Macron qui lui va continuer d’emmerder les français avec son pass et l’obligation vaccinale avec un faux vaccin mais un vrai poison

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !