Australie. Hausse inquiétante des admissions de jeunes enfants non immunisés en soins intensifs pour des maladies respiratoires

australie

En Australie, les hôpitaux voient de plus en plus de cas de très jeunes patients admis dans les services, ces enfants en bas âge non immunisés se retrouvant en soins intensifs pour des maladies respiratoires, notamment le virus respiratoire syncytial et la grippe. Auxquels ils avaient été moins exposés ces deux dernières années.

Australie : des enfants non immunisés face aux virus respiratoires

Un curieux phénomène observé en Australie a été signalé depuis quelques jours, notamment dans la presse britannique. Il s’avère en effet qu’un nombre inquiétant de nourrissons et d’enfants en bas âge nés depuis le début de la pandémie de Covid-19, non immunisés contre les virus respiratoires, ont été gravement malades et se sont retrouvés placés en soins intensifs récemment.

De l’avis de certains médecins australiens, ces enfants nés durant la crise sanitaire ont contracté des formes graves « parce qu’ils ont été confrontés à des virus qu’ils n’avaient jamais rencontrés auparavant », comme la grippe, le VRS (virus respiratoire syncytial) et, dans une moindre mesure, le Covid-19. En effet, ces enfants ont vu le jour et ont grandi alors qu’il n’y avait pratiquement aucun autre virus en circulation en Australie, à part le SARS-CoV-2.

Cité par le Daily Telegrapph, le Dr Philip Britton, pédiatre spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital pour enfants de Westmead, dans la périphérie de Sydney, a déclaré par ailleurs qu’une analyse des admissions dans les unités de soins intensifs montre que les bébés sont testés pour la grippe et le Covid-19 en même temps.

Ainsi, les services de l’hôpital en question ont recensé quatre fois plus d’admissions pour la grippe chez les enfants que pour le Covid-19 au cours du mois dernier.

Une situation jugée « très préoccupante »

Mais, avec environ 5 % des enfants présentant des co-infections admis en soins intensifs, la situation a été jugée « très préoccupante » par le Dr Philip Britton et ses collègues.

Par ailleurs, il faut relever que près de la moitié des enfants n’avait pas de problèmes de santé préexistants, et le nombre élevé d’admissions exerce une pression sur le système hospitalier australien. Certains des « bébés de la pandémie » présentent une inflammation de la poitrine, mais aussi du cerveau et du cœur causée par la grippe, le Covid-19 et le VRS.

Ce dernier est une cause majeure d’infections pulmonaires chez les enfants et peut entraîner une pneumonie ou une bronchiolite, particulièrement dangereuse chez les nourrissons. Les cas graves peuvent tuer les bébés et les enfants en bas âge, dont les minuscules voies respiratoires ne sont pas encore complètement formées et ont du mal à faire face à l’infection.

australie
Source : lapresse.ca

Une explosion des cas de VRS en Nouvelle-Galles du Sud

Il y a trois semaines, une mise en garde contre le VRS a été lancée alors qu’il n’y avait que 355 cas par semaine en Nouvelle-Galles du Sud, mais trois semaines plus tard, ce chiffre est passé à 3 775 en une semaine.

Environ un cinquième de ces enfants a développé une bronchiolite potentiellement mortelle, et 40 % d’entre eux ont été hospitalisés.

Au Daily Mail Australia, le Dr John-Sebastian Eden, chercheur en maladies infectieuses, a déclaré que la triple menace du VRS, de la grippe et du Covid-19 remplissait le service des urgences de l’hôpital pour enfants Westmead de Sydney, qualifiant la situation de « triple épidémie généralisée ».

En Australie, la réouverture des frontières après la levée des restrictions de voyage a coïncidé avec le retour de la grippe dans le pays et la diffusion de nouvelles souches de VRS.

Un virus respiratoire syncytial touchant particulièrement les nourrissons

Contrairement au Covid-19, les jeunes enfants sont particulièrement touchés par ce virus respiratoire syncytial. Alors qu’il s’agit normalement d’une maladie hivernale, dans une Australie ayant connu plusieurs confinements en raison de la crise sanitaire, une forte poussée inattendue de cas de VRS avait déjà été observée à l’été 2021.

Les symptômes comprennent un écoulement nasal, une toux, une diminution de l’alimentation et de la fièvre. Les complications comprennent une respiration sifflante et des difficultés respiratoires, qui peuvent évoluer vers une pneumonie.

Il s’agit de la principale cause d’infections pulmonaires chez les enfants, provoquant généralement une bronchiolite.

Les cas graves peuvent parfois entraîner la mort, principalement chez les très jeunes enfants. Presque tous les enfants ont déjà eu une infection par le VRS à l’âge de deux ans, mais les nourrissons dans leur première année de vie sont plus susceptibles de souffrir d’infections graves nécessitant une hospitalisation, car leurs voies respiratoires sont plus petites. Les bébés n’ont pas non plus acquis d’immunité contre le VRS au cours des années précédentes.

Crédit photo : Flickr (CC BY NC 2.0/ Colleen Proppe) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

4 réponses

  1. Ce n’est pas clair. Les enfants australiens n’étaient ils plus en contact avec d’autres virus du fait du confinement ou parce que ces virus auraient momentanément disparu contrairement au Covid-19 ?

  2. « Alors qu’il s’agit normalement d’une maladie hivernale… »
    Heu, vous êtes au courant que lorsque c’est l’été chez nous dans l’ hémisphère nord, c’est l’hiver chez eux dans l’hémisphère sud ?

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !