Ecologie et aviation. Nouvel accord pour apporter des technologies à l’hydrogène sur l’île de Jersey

L’autorité portuaire de Jersey et la compagnie aérienne Blue Islands ont annoncé un plan pour « transformer l’aviation dans les îles anglo-normandes » à l’aide de « l’hydrogène propre » dès 2025.

L’hydrogène est connu comme un « véritable carburant zéro carbone », car il est fabriqué à partir d’eau et sa seule émission est de l’eau lorsqu’il est utilisé comme carburant. Les ports de Jersey et Blue Islands ont signé une lettre d’intention avec Universal Hydrogen pour l’achat de cinq kits de conversion ATR-72 pour les flottes de la compagnie aérienne afin de lui permettre de fonctionner à l’hydrogène.

L’accord, qui reste soumis à des considérations techniques et commerciales, permettrait également à l’entreprise de fournir des services d’avitaillement à l’aide de capsules modulaires à l’aéroport.

Ports et Universal Hydrogen collaboreront sur l’approvisionnement en hydrogène, tandis que ce dernier travaillera sur la logistique d’approvisionnement et de livraison.

Les ports de Jersey ont déclaré qu’ils espéraient que la collaboration stimulerait la demande d’hydrogène au niveau local et garantirait que la nouvelle infrastructure d’hydrogène ne soit pas un obstacle à la décarbonation de l’aviation.

Le PDG de Blue Islands, Rob Veron, a déclaré que l’exploration de «l’énergie et de la propulsion de nouvelle génération» était une autre étape vers la réalisation de l’objectif de la compagnie aérienne d’atteindre des émissions nettes nulles. « Nous nous engageons à connecter nos îles de manière responsable et à nous assurer que nous restons concentrés et engagés dans un avenir durable. Les vols à hydrogène sont une possibilité. Il reste des étapes à franchir, mais nous voulons faire partie du voyage vers une aviation véritablement durable », a-t-il déclaré.

« La connectivité aérienne pour de nombreuses régions comme les îles anglo-normandes est essentielle pour ses communautés et son économie », a ajouté Paul Eremenko, co-fondateur et PDG d’Universal Hydrogen.

« Universal Hydrogen est en mesure de fournir une véritable solution zéro pour les services de Blue Islands dès 2025, et Jersey est déjà très bien positionné avec une grande partie de son réseau électrique alimenté par une énergie propre. »

« La vitesse de l’innovation nécessaire pour atteindre des vols à zéro émission est incroyable et elle s’accélère. Ce partenariat s’aligne parfaitement sur nos objectifs et notre engagement à faire en sorte que Jersey joue son rôle dans la décarbonisation de l’aviation », a déclaré le PDG de Ports of Jersey, Matt Thomas.

Ports of Jersey a déclaré son intention de faire de l’île un banc d’essai pour les technologies vertes lorsqu’il a lancé son «plan pour la planète et les gens» plus tôt cette année. L’entreprise publique a rejoint trois consortiums d’entreprises aéronautiques, y compris des sociétés d’ingénierie et des compagnies aériennes, qui se disputent une part pouvant atteindre 65 millions de livres sterling de financement du gouvernement britannique pour développer et démontrer les futurs systèmes d’aviation et les nouvelles technologies de véhicules. Il espère que la facilité d’accès à Jersey, le fait que les ports gèrent la plupart des services en interne, y compris le contrôle du trafic aérien, et l’avantage que l’île possède sa propre zone d’espace aérien et son propre régulateur de l’aviation civile, en feront un endroit attrayant pour tester la future technologie aéronautique.

Les autres objectifs spécifiques du plan des ports comprennent : réduire le carbone généré par les ports de Jersey à zéro net d’ici 2030 ; l’expansion des habitats marins, tels que les herbiers marins dans les zones gérées par les ports, de 30 % d’ici 2030 ; réduire l’utilisation de l’eau, y compris celle des clients et des partenaires, de 20 % d’ici 2030 ; aider les partenaires commerciaux à réduire leurs émissions de carbone liées aux ports de 30 % d’ici 2030 ; aider le personnel à effectuer au moins 1 000 heures de travail sur des projets communautaires par an.

Réagissant au nouvel accord avec Universal Hydrogen, la ministre du Développement économique, Kirsten Morel, a déclaré : « Je suis ravie que Jersey occupe une position de leader dans le transport aérien durable en Europe, grâce à ce partenariat entre le gouvernement, les ports de Jersey et la compagnie Blue Islands. Cela démontre notre capacité à collaborer et à innover au profit des insulaires et de la planète».

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. Cette crispation contre les émissions de CO² est d’un ridicule total, car ce gaz n’est pas nuisible, au contraire il est indispensable à la vie. J’aime bien l’hydrogène mais il est hors de prix avec les technologies actuelles (électrolyse, pile à combustible) qui ont des rendements déplorables. Il y a encore beaucoup de travail de recherche à faire pour améliorer les rendements mais il est possible que le deuxième principe de la thermodynamique ( l’entropie) s’y oppose.

    1. L’urgence écologique priorise la fin des énergies carbonées mortifères

      1-https://www.dailymotion.com/video/x8bxab8?fbclid=IwAR3R6wm37EsRGqo1OO_iJlji6sNQ73w63GWflotl4OdkAYsONcg0e8Fw3U8

      2-https://vimeo.com/359985616

      3-https://vimeo.com/462888711

      4-https://vimeo.com/724621144

      5-https://vimeo.com/735953840

      Nucléaire et hydrogène : l’urgence d’agir

      http://www.senat.fr/rap/r21-801/r21-801.html

      Avis aux futurs étudiants et étudiantes des 5 îles de l’océan indien ,
      iles bientôt pourvues de #SMRNuward pour produire de l’hydrogène (et de l’oxygène) en onshore et en offshore #GSeaES afin de se sevrer des énergies carbonées mortifères.
      Vous êtes étudiant(e) et vous envisagez de poursuivre vos études dans le domaine nucléaire ?
      Présentez votre candidature au programme de bourses Marie Skłodowska-Curie de l’International Atomic Energy Agency (IAEA) !
      L’appel à candidatures est ouvert !
      ⏳ Date limite de présentation des candidatures : 30 septembre 2022

      https://www.iaea.org/fr/newscenter/news/bourses-marie-sklodowska-curie-aiea-ouverture-des-candidatures?fbclid=IwAR1c2UPKms6WTWtVy7-TfuRoGrKf2ChiKurPPI3yGNfe54xHtNPu-FR5vvw

  2. C’est vrai que l’hydrogène, en se combinant à de l’oxygène, produit une énergie qui ne fait que de l’eau.
    MAIS :
    Pour produire de l’hydrogène, il faut consommer trois fois plus d’énergie électrique (hydrolyse de l’eau ou fragmentation du charbon) que la quantité produite n’en rendra. Quelle est la pollution produite par la production d’électricité nécessaire ?
    Pour stocker l’hydrogène à très haute pression (beaucoup plus dangereux que le kérosène) dans l’avion, il faut plusieurs petits réservoirs extrêmement solides, donc extrêmement lourds. Restera t’il de quoi charger du fret ou des passagers dans l’avion ?

  3. Pour produire 1 kg d’Hydrogène par hydrolyse de l’eau, il faut 55 KWh. 1kg d’H2 produident 4 fois plus d’énergie qu’1 kg de carburant type essence ou kerosène. Le pouvoir calorifique du carburant est d’environ 12 KWH/kg
    Certes, l’hydrogène demande un peu plus d’énergie pour l’obtenir, mais pas de 1 à 3. On passe de 48 à 55 soit un écart de 7KWH/kg. C’est pour cette raison de surcoût qu’il faut impérativement utiliser de l’électricité produite par le nucléaire.

  4. Sous la pression des écolos de tous pays, nos dirigeants appliquent la théorie de l’alpiniste qui se lâche des deux mains en espérant que ça vas marcher. Certes, l’hydrogène parait une solution sympa mais il est impossible, au stade actuel de nos connaissances, de l’injecter directement dans les réacteurs d’avions pour remplacer le kérozène (qui est en ce moment à moins de 50centimes du litre). Et puis, l’hydrogène étant extrêmement inflammable imaginez un Airbus 380 plein à raz bord, victime d’une fuite comme le Zeppelin Hindenburg. Il n’y aurait pas 35 victimes à déplorer mais plus de 500. Le Co² n’est pas du tout notre ennemi, il est incolore, inodore, n’agit que très peux en tant qu’effet de serre et sans lui la photosynthèse n’existe pas. N’en déplaise à sainte Greta qui le voit sortir des cheminées à l’oeil nu.

    1. Oui, la catastrophe du Zeppelin était spectaculaire, mais l’hydrogène était enfermé dans des ballons à l’intérieur de la structure du dirigeable. L’incendie a donc été progressif, même s’il fut rapide en apparence. L’hydrogène n’était pas en contact direct avec l’oxygène de l’air, sauf dans la zone des flammes, en bordure de la poche d’hydrogène. C’était une combustion, pas une explosion.
      Cela n’a rien à voir avec l’explosion d’un mélange résultant d’une fuite dans un endroit fermé, comme l’aile ou la carlingue d’un avion, ou comme un garage ou un parking. Si localement, l’inflammation survient alors que le mélange atteint la condition stœchiométrique (2 vol. H / 1 vol Oxygène), l’explosion sera violente, avec une onde de choc, comme un explosif brisant. Mais si la proportion d’hydrogène est plus forte, l’onde de choc atteint une vitesse de l’ordre de Mach 3 à 4. Je vous laisse imaginer les dégâts provoqués par le front de flamme.

  5. Certes, à masses égales. MAIS, l’hydrogène liquide ( à -253° , excusez du peu…) ou même solide (à – 265°, c’est encore mieux) , ne pèse que 70 grammes par litre, c’est à dire 13 fois moins que le même volume d’essence, qui elle, se contente d’un simple réservoir à pression atmosphérique. Donc, à VOLUMES ÉGAUX, c’est déjà plus de 4 fois MOINS d’énergie que l’essence, ou que le kérosène. Sans parler de la masse du réservoir, car conserver un gaz liquéfié à une température proche du zéro absolu, c’est pas gagné. Et sous pression (700 bars !!!), c’est encore bien pire, même prohibitif pour une voiture.
    L’autre solution, ce sont les hydrures métalliques, mais là, c’est la masse du métal qui absorbe l’hydrogène comme une éponge, et le volume énorme de l’ensemble qui sont prohibitifs.
    Et ne parlons pas de l’aspect sécurité de la chose. H2, c’est la plus petite molécule possible. Donc, la moindre imperfection, c’est la fuite. Les heureux possesseurs de voitures à gaz naturel, pourtant beaucoup moins problématique, apprécieront les avantages des carburants gazeux, après quelques refus au contrôle technique.
    Dans des conditions de concentration un peu supérieures au mélange stœchiométrique, avec la faible densité de l’hydrogène, l’onde de choc est hypersonique…
    En dépit du battage publicitaire qui semble viser surtout les crédits publics et privés dans des opérations dignes des « avions renifleurs » des années 70, ces histoires évoquent surtout des miroirs à gogos.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS