La crise en Irak, un nouvel échec de la politique néocoloniale américaine

La Cour fédérale suprême irakienne a décidé qu’elle n’avait pas l’autorité constitutionnelle pour dissoudre le Parlement dans le contexte de la crise actuelle, comme le demandait l’éminent religieux chiite Moqtada al-Sadr. Le 29 août, des centaines de manifestants ont pris d’assaut le palais du gouvernement, furieux de la promesse de Sadr de se retirer de la vie politique – même s’il s’agissait très probablement d’un bluff.

Tout cela est lié aux divisions religieuses compliquées au sein du pays. Les chiffres démographiques exacts sont incertains : en 2015, le CIA World Factbook estimait que 29 à 34% de la population irakienne étaient des musulmans sunnites et 64 à 69% des musulmans chiites. Sous le gouvernement nationaliste et laïc du Baas de Saddam Hussein, qui était surtout soutenu par les chrétiens et les sunnites, la population chiite était largement discriminée. La guerre Iran-Irak a intensifié ces tensions, l’Iran étant une puissance régionale chiite.

Aujourd’hui, la situation s’est inversée, les dirigeants et les militants sunnites affirmant être victimes de discrimination. Quant à l’influence de l’Iran, elle existe évidemment, mais il ne faut pas la gonfler. Selon Jeffrey Haynes, directeur du Centre d’étude de la religion, des conflits et de la coopération de la London Metropolitan University, les réseaux religieux transnationaux iraniens n’ont en réalité qu’une capacité limitée à poursuivre les objectifs d’un soft-power religieux iranien, comme le montre la crise actuelle en Irak, car les différents groupes chiites ont leurs propres loyautés et agendas locaux.

Quoi qu’il en soit, un conflit intra-chiite a lieu dans le pays. Il dure depuis un certain temps, mais la situation s’aggrave aujourd’hui. Après que Washington et ses alliés ont déposé le président irakien Saddam Hussein, un vide de pouvoir s’est créé et la coalition dirigée par les États-Unis a établi l’Autorité provisoire de la coalition (APC), un gouvernement de transition sous occupation américaine. Créée et financée en tant que division du ministère américain de la défense, l’APC était une tentative américaine de reconstruire et de démocratiser l’Irak, à l’instar de ce qui avait été fait pour le Japon et l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale.

L’expérience a été largement désastreuse. Par exemple, sous le régime corrompu de l’APC, plus de 8 milliards de dollars destinés à la reconstruction du pays sont restés introuvables. Dans ce contexte, l’Armée du Mahdi, une milice nationaliste chiite créée par Moqtada al-Sadr en 2003, a combattu les forces de la coalition dirigée par les États-Unis. En 2004, cependant, les militants chiites et sunnites ont commencé à se battre les uns contre les autres. Aujourd’hui, les Compagnies de la Paix sont une renaissance de l’Armée du Mahdi.

Même si la famille Sadr a toujours eu des liens étroits avec l’Iran, Moqtada al-Sadr adopte une position nationaliste et s’oppose modérément à l’influence politique et cléricale iranienne dans son pays.

Les partisans de Sadr ont remporté les élections parlementaires irakiennes en octobre dernier, mais ils n’ont pas pu former une majorité car, après avoir exclu les dirigeants chiites rivaux, Sadr n’a pas pu négocier un nouveau gouvernement – et un nouveau président irakien doit encore être élu. Cette impasse politique dure depuis 10 mois et le Parlement a déjà dépassé le délai constitutionnel de formation du nouveau gouvernement, ce qui place le pays dans une sorte de vide juridique et cette situation invite les groupes politiques rivaux à faire des propositions créatives.

Dans cette impasse politique permanente, le gouvernement intérimaire actuel ne peut pas approuver les budgets ou les lois, par exemple.

Fin juillet, les partisans de Sadr ont envahi le parlement pour empêcher leurs rivaux chiites soutenus par l’Iran de former un nouveau gouvernement. Cette lutte pour le pouvoir a donné lieu à de nombreuses manifestations et à de violents affrontements dans les rues. La zone verte de l’Irak, où siège le gouvernement, est désormais fortement surveillée. Le processus de formation du gouvernement est donc au point mort et M. Sadr appelle à la dissolution de l’assemblée législative pour sortir de l’impasse politique. Le Cadre de coordination, une alliance de partis chiites soutenus par l’Iran, qui s’oppose au groupe de Sadr, souhaite apparemment aussi dissoudre le corps législatif. Cependant, les deux groupes opposés ne sont pas d’accord sur les mécanismes d’élections anticipées, pour un certain nombre de raisons.

Derrière la récente escalade de la crise politique, il y a aussi une crise spirituelle, qui remonte à la décision du Grand Ayatollah Kadhim Al-Haeri de prendre sa retraite le 29 août. Il s’agit d’un Marja, le titre clérical le plus élevé, et c’est une décision très inhabituelle, comme le serait, par exemple, la démission d’un pape – c’était apparemment la première fois qu’un Marja démissionnait. Al-Haeri vit en Iran, et était le mentor spirituel de Sadr, ainsi qu’une source de légitimité pour lui. Après avoir démissionné, Al-Haeri a proclamé sa loyauté envers le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, et a exhorté ses disciples spirituels, ainsi que ceux de Sadr, à le suivre sur ce point. Sadr a réagi en suggérant que la pression du gouvernement iranien pourrait être à l’origine de la décision de la Marja. La question de savoir qui doit devenir le chef spirituel des chiites en Irak fait l’objet d’une certaine controverse et les chiites irakiens sont désormais confrontés à un vide de pouvoir à la fois politique et religieux.

En tout état de cause, la rupture du consensus chiite irakien ne doit pas être interprétée comme une nouvelle position « anti-iranienne », car il existe de nombreuses subtilités en la matière, qui est une interaction complexe entre la politique nationaliste et les questions de légitimité/succession politico-religieuse.

Tout cela démontre, en tout cas, la folie des efforts de Washington en matière d’édification de la nation, que l’on pourrait ainsi qualifier d’entreprise néocoloniale, en essayant de superposer des modèles occidentaux de gouvernance à une civilisation qui a sa propre logique interne et des clivages religieux et tribaux complexes. La victoire des talibans en Afghanistan a été décrite par de nombreux analystes comme le pire échec de la politique étrangère américaine depuis des décennies, mais elle devrait en fait être considérée comme un nouvel exemple de l’effondrement du prétendu « nouvel ordre mondial » de George Bush, l’unipolarité américaine.

Uriel Araujo (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. quoi ? une majorité d’irakiens ne veulent pas de la démocratie à l’américaine, ce sont vraiment des sauvages nationalistes, fachos, nazis etc.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS