République d’Irlande. Une attaque loyaliste avortée au dernier moment – la situation de plus en plus tendue?

L’intervention du bureau pour l’Irlande du Nord (NIO, rattaché directement au Gouvernement britannique et au ministère de la justice) a « empêché une attaque loyaliste contre la République d’Irlande ».

Des sources loyalistes affirment que l’attaque prévue était sur le point d’être mise à exécution, mais qu’elle a été interrompue après que les chefs paramilitaires ont retiré l’unité en réponse à la déclaration du NIO indiquant qu’une attaque entrainerait l’impossibilité à l’avenir de négocier tout accord politique en Irlande du Nord. L’avenir des cessez-le-feu loyalistes suscite toutefois de sérieuses inquiétudes.

Les anciens dirigeants de l’UVF ont adopté une position plus militante au cours des 12 derniers mois, tandis que des factions de l’UDA envisageraient également la rupture du cessez le feu.

Le Belfast Telegraph indique que la semaine dernière, une importante réunion de loyalistes a eu lieu dans la région de Co Antrim, à laquelle ont participé les dirigeants de toutes les principales organisations loyalistes.

Une source présente à la réunion a déclaré que l’ambiance était tendue et que les personnes présentes, y compris celles qui ont contribué à obtenir les cessez-le-feu paramilitaires de 1994, étaient « en colère » et « vindicatives ».

« Les principaux groupes paramilitaires loyalistes sont complètement unis, une unité que l’on n’avait pas vue depuis avant les cessez-le-feu loyalistes ».

La Gardai (police de la République d’Irlande) a été contactée au sujet de l’affirmation selon laquelle des loyalistes préparaient une attaque en République d’Irlande. Un porte-parole a déclaré : « An Garda Síochána ne commente pas les spéculations ou les commentaires non vérifiés. De manière générale, An Garda Síochána considère toute suggestion concernant la menace d’utiliser la violence et/ou la perpétration d’actes de violence ou d’intimidation à l’encontre d’un individu ou d’une organisation comme un sujet de grave préoccupation. »

La semaine dernière, le Loyalist Communities Council a envoyé une lettre aux dirigeants de tous les principaux partis unionistes, indiquant que le soutien aux cessez-le-feu loyalistes de 1994 s’amenuisait. La lettre indiquait également que les représentants du gouvernement irlandais ne devaient pas se rendre en Irlande du Nord tant que le protocole était en vigueur.

Le leader de l’UUP, Doug Beattie, s’est élevé contre cette lettre, déclarant : « L’époque où des hommes et des femmes étaient envoyés dans des cellules de prison ou dans des tombes précoces dans ce pays devrait être révolue. La paix et le processus politique sont le seul moyen de faire avancer notre cause, n’ayez aucun doute à ce sujet. »

Le leader du PUP, Billy Hutchinson, a déclaré : « Nous ne pouvons pas faire l’autruche en prétendant que la tension et la colère palpables dans la communauté à l’heure actuelle n’existent pas ou blâmer les messagers pour l’avoir mise en évidence. Continuer à agir ainsi, c’est manquer à nos responsabilités de représenter ces communautés et de formuler des solutions politiques aux problèmes politiques. »

Une source loyaliste haut placée a déclaré au Belfast Telegraph que « le loyalisme est au bord du gouffre ».

« La lettre exposant la position en termes clairs est un signal de la part des dirigeants et de la base, qui sont fermement unis sur cette question, que la patience est à bout. Je doute qu’il y ait d’autres signaux d’alarme. »

Le Sunday Life rapporte que le président du LCC, David Campbell, a contacté les dirigeants loyalistes au début de la semaine dernière, puis s’est rendu à Londres pour intervenir auprès de personnes influentes au sein du gouvernement.L’inquiétude face à l’escalade de la situation était telle que la NIO a publié une déclaration jeudi soir, rejetant les spéculations sur l’existence d’une autorité conjointe.

Le NIO et les gouvernements britannique et irlandais sont conscients de la détérioration de la situation en matière de sécurité et de la nécessité d’apaiser les tensions croissantes.

Au début de l’année, le ministre irlandais des affaires étrangères, Simon Coveney, a dû fuir un événement de construction de la paix dans le nord de Belfast après que l’UVF a laissé une fausse bombe dans une camionnette détournée sur le parking du centre Houben.

Les loyalistes affirment que loin d’une condamnation publique au sein de leur propre communauté face à cet acte d’agression contre le gouvernement irlandais, cela n’a fait que « durcir sa position » contre le protocole.

« L’establishment politique est déconnecté de ce qui se passe dans les zones loyalistes de la classe ouvrière« , a déclaré une source loyaliste.

L’année dernière, le LCC a publié une déclaration retirant son soutien à l’accord de Belfast.

Entre-temps, le Parti socialiste républicain irlandais (IRSP), l’aile politique de l’INLA, a déclaré qu’il suivrait « attentivement l’évolution de la situation ».

Il a déclaré : « Nous avons accepté en 1998 que le peuple irlandais soit fatigué du conflit et nous avons, en tant que mouvement, adhéré aux préoccupations de nos communautés et fait la transition pour poursuivre nos objectifs par des moyens pacifiques et politiques. En tant que mouvement, nous continuons à défendre cette position en accord avec les sentiments de nos communautés et nous avons le devoir de nous assurer en leur nom qu’un retour à toute forme de conflit armé est évité. Il y a de plus en plus d’inquiétudes quant au langage adopté par les sections du loyalisme armé en ce qui concerne les cessez-le-feu et les conflits armés, et le mouvement au sens large continue de surveiller attentivement ces développements. »

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS