page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Blanche-Neige, La petite sirène : pourquoi les wokes détruisent les classiques au lieu d’inventer

Nombreux sont ceux qui se posent la question : ” pourquoi diable, les wokistes reprennent-ils des classiques pour en changer le sens au lieu d’inventer leurs propres œuvres ? “

C’est pathétique de voir les choses de cette façon-là (…) Disney ne devrait pas s’emparer d’un classique pour le réécrire. Prenez autre chose. Inventez de nouveaux personnages. Si vous souhaitez le faire, ok, mais ne détruisez pas un classique ou une œuvre d’art ! ” exclamait David Hand, fils du réalisateur original du dessin animé Blanche-Neige de 1937 à propos de la nouvelle production, où, entre autres, le prince est effacé au profit d’une Blanche-Neige militante féministe et les nains sont renvoyés pour ne pas heurter la sensibilité des personnes de petite taille. 

Dans un élan un peu superficiel, on pourrait arguer qu’ils ne produisent pas leurs propres monuments…. car ils en sont incapables. C’est une possibilité, que les fiascos des dernières sorties trop radicales ont déjà confirmé. Ce à quoi les marxistes culturels que sont les wokes répondent que c’est le public, ou le peuple à n’avoir pas compris, qu’il faut donc changer… non la doctrine mais le peuple. Ils nous l’ont déjà fait.

Mais il y a plus : rien ne doit plus rester du passé européen ou occidental sans avoir préalablement été revisité par cette nouvelle politique de la pensée. L’anachronisme, l’ignorance et le mensonge sont érigés en valeur, puisque pour ces fanatiques la fin justifie les moyens. Ils ne s’en cachent plus, fidèles au syllogisme déconstructiviste propagé par l’école de Francfort : l’homme européen est responsable des horreurs de deux guerres mondiales, l’homme européen est par essence mauvais, il faut donc en finir avec l’homme européen… et donc s’en prendre à tout ce qui fait de lui un être spécifique. Dont son histoire et son imaginaire. Il faut endoctriner les enfants et leur inculquer le politiquement correct dès le plus jeune âge. On a déjà vu ça aussi.

Mais si l’attaque aux classiques Disney est la plus manifeste – car il faut bien avouer que nous sommes américano-centrés et que tout notre imaginaire collectif est peuplé de représentations yankees – elle est aussi la plus infondée. Car il n’y a pas un bon vieux Disney contre un nouveau.

Si la propagande idéologique du géant de l’entertainment est montée en grade, le bon vieux Disney n’était pas exempt de toute critique. Les contes européens y avaient déjà été massacrés. L’esthétique était certes, somptueuse, mais les histoires en avaient déjà pris un coup. Un coup qui dépasse de seul divertissement puisque ces récits, qui parlent à l’inconscient des bambins, ont une fonction immense sur leur formation. S’ils les transportent dans un monde fantaisiste empreint de magie, ils sont en réalité des transpositions de mythes provenant du fond des âges.

Leur valeur psychanalytique et pédagogique n’a pas été décidée par quelque auteur en particulier tels Perrault ou les frères Grimm – que nous ne remercierons jamais assez pour le grandiose travail de récolte qu’ils ont réalisé – mais ont été transmis oralement pendant des centaines, voire des milliers d’années. Plongeant dans les parties les plus primitives de la psyché, leur valeur a été octroyée par le temps et le passage de génération en génération. Ainsi, un conte qui « fonctionne » sera parvenu jusqu’à nous tel quel parce que sa fonction avait été reconnue par la Tradition. La Belle et la Bête a survécu à bien cinq mille ans de passation ! (1) 

Or, chez l’Américain, les récits, de Raiponse à La belle et la bête en passant par La petite sirène, ont été simplifiés, ce qui induit un appauvrissement intellectuel. Une lecture des originaux tels que nous les ont transmis les frères Grimm et Perrault rend compte des dégâts en la matière. Le recours systématique au happy ending, n’est absolument pas un détail puisque les contes, à travers l’imaginaire et le merveilleux, interprètent la réalité et surtout préparent à la vie. La vraie, faite de joies et de bonheur mais aussi de peines et de malheur.

Un petit exemple concret dans La Petite Sirène. Dans l’adaptation cinématographique de Disney, radicalement différente du récit d’Andersen ô combien plus riche et poétique, la sirène veut le prince, elle l’a. Belle, aimable, elle atteint obligatoirement l’objet de son désir. Pas de place pour le refus, le rejet, le déplaisir. On ne forme pas les enfants à la frustration, une condition pourtant nécessaire au développement.

L’épisode du choix qu’elle doit accomplir entre tuer le prince pour se sauver ou se sacrifier pour l’épargner est effacé. La palette des sentiments est réduite au minimum, l’enfant n’affronte plus ses peurs, n’est plus amené à établir de choix ni de discrimination – tabou suprême pour une génération d’adultes qui n’en comprend pas la signification -, il n’approche plus l’injustice et la cruauté du monde.

Une surprotection qui n’a rien de bénéfique, parce que le monde n’est ni juste, ni pacifique. Même quand on est bon. 

Audrey D’Aguanno

(1) Bruno Bettelheim Psychanalyse des contes de fées (1976).

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Blanche-Neige, La petite sirène : pourquoi les wokes détruisent les classiques au lieu d’inventer”

  1. domper catalan français dit :

    C’est fatigant cette propension à analyser au microscope tout ce qui est dit, écrit ou filmé…aucune oeuvre, si géniale soit-elle ne peut être exempte de critiques. Pas assez ceci, trop cela, des manques, des excès et alors ? C’est quoi le bien pensant correct exempt de toute critique ? On sacrifie à la mode du moment, on invente rien, on revisite les classiques et on tombe dans un ridicule affligeant ! La création est en panne au profit de la déconstruction, de la contrefaçon voire de l’eradication .

  2. bannockh dit :

    David Hand, fils du réalisateur original du dessin animé Blanche-Neige de 1937
    Réalisateur qui s’est pourtant lui même ” emparé d’un classique pour le réécrire. ” puisque blanche neige est quand même pas un film a la base …

  3. Rico dit :

    le mouvement “woke” est une forme de dégénérescence du socialisme, qui, lui même n’est déjà pas exempt de tare comme “l’inversion des valeurs”, l’immigration “une chance pour la France” etc.
    Le point d’orge étant l’effondrement de la civilisation occidentale.
    Le “wokisme” lui veut tout simplement balayer notre civilisation et la remplacer par une société rêvée basée sur la tyrannie des minorités, et quelles minorités…
    Le wokisme est une émanation de l’extrême gauche mêlée d’écologie radicale, en fait, ces personnes ne représentent pas grand chose (4 à 5%) mais font basculer une élection présidentielle en France, en Allemagne et aux USA..
    D’où les élection controversées de Merkel, Macron et Bident qui représentent environ 1/4 des électeurs…
    Si nous n’y prenons pas garde, si nous ne l’éradiquons pas, le wokisme détruira notre Civilisation qui sera, fatalement, remplacée par l’islam, et là, les homos etc, je ne leur donne pas de grandes chances de pouvoir s’exprimer…
    En ont ils conscience? Non!
    Ce n’est pas juste une réécriture des œuvres passées, c’est une véritable volonté de nous remplacer!
    Voilà la véritable raison de ne surtout pas inventer de nouvelles histoires.
    Avec une machine de propagande nommée Netflix!
    Les gens “woke” sont des tares dégénérées et totalement décérébrés : en chef de file, en France, un certain macron… Pour des raisons bassement électorales ou par conviction : plus grave encore!
    La destruction du Blanc par des blancs ou l’absurdité à son paroxysme!

  4. patphil dit :

    plutot que d’inventer, trop dur, ils détruisent l’existant, du passé ils veulent faire table rase! pendant ce temps le reste du monde s’active

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International, Politique, Sociétal

Macron en campagne électorale en Italie, ou l’art de se faire haïr à l’étranger

Découvrir l'article

Immigration, International

La Finlande a fermé sa frontière orientale pour stopper les flux migratoires. Fin de la rhétorique pro-migrant ?

Découvrir l'article

Société, Vidéo

Un passant aide deux femmes policiers incapables de procéder à une arrestation : quand l’idéologie nous met en danger [Vidéo]

Découvrir l'article

International

Migrants business : le transfert des migrants de l’Italie à l’Albanie sera dévolu à des navires privés

Découvrir l'article

Immigration

Migrants business : la mafia derrière les entrées légales de travailleurs étrangers

Découvrir l'article

Local, RENNES, Sociétal, Société

A Rennes, une association subventionnée par la mairie organise des réunions pour personnes grosses… interdites aux hommes hétérosexuel

Découvrir l'article

Santé, Société

Dictature sanitaire en Italie : certificat de vaccination HPV et 4ème dose anti-covid obligatoires pour étudier ?

Découvrir l'article

Santé, Sociétal

Nouveau scandale pour la principale association pour la santé des personnes transgenres : WPATH bloque les résultats de sa propre recherche

Découvrir l'article

Sociétal

Masculinisme contre féminisme, ou la baisse de QI généralisée

Découvrir l'article

Immigration, Vidéo, Vu ailleurs

Manifestation historique contre l’immigration et l’insécurité à Vérone [vidéo]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky