Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’UE, fossoyeur de l’agriculture européenne ?

Au Néolithique, la naissance de l’agriculture a changé à jamais l’histoire de l’humanité, entraînant le passage du nomadisme à la sédentarité et favorisant l’émergence de populations stables, qui sont devenues à leur tour le grand accélérateur du développement social. L’évolution de l’histoire de l’agriculture a toujours été conditionnée par deux facteurs : la demande et l’évolution de la technologie, parfois boycottée par des politiciens voraces décidés à appliquer des taxes qui écrasent le développement. C’est le cas de l’Union européenne actuelle qui, avec la récente loi sur la restauration de la nature, entend renverser le mandat biblique selon lequel la nature doit être au service de l’homme. Les agriculteurs espagnols, italiens et français se sont plaints de la façon dont les politiciens de Bruxelles et le lobby vert, qui n’ont jamais mis les pieds à la campagne, sont en train de ruiner toute l’industrie agricole.

Le Pacte vert européen comprend la stratégie “De la ferme à la table”, par laquelle l’UE vise à “atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050″. Parmi ses objectifs figurent la réduction de moitié des “pesticides et engrais”, la promotion des “régimes alimentaires durables”, l’augmentation des surfaces consacrées à l’agriculture biologique et l’amélioration du bien-être des animaux.

La question de l’agriculture biologique, que l’on nous vend comme étant plus durable, plus saine et plus savoureuse, est assez illustrative. Il est vrai que l’agriculture biologique n’utilise pas de pesticides chimiques, mais cela ne signifie pas qu’elle n’utilise aucun pesticide ; en fait, elle utilise souvent des traitements naturels qui augmentent généralement le prix du produit. Par exemple, les pyréthrines pour lutter contre les pucerons : l’agriculture conventionnelle utilise des pyréthrines synthétisées chimiquement, alors que l’agriculture biologique les extrait des chrysanthèmes, ce qui est plus cher, bien que l’effet soit exactement le même.

D’autre part, l’agriculture biologique est nettement moins productive que l’agriculture conventionnelle, ce qui signifie qu’il faut souvent beaucoup plus d’eau pour obtenir la même quantité de produit. La durabilité pourrait donc également être mise entre guillemets.

En ce qui concerne la promotion d’une alimentation durable, on peut se demander s’il est raisonnable qu’un groupe de politiciens exaltés décide depuis Bruxelles ce qu’un individu doit manger à Tolède, à Venise ou à Copenhague.

La question de l’amélioration du bien-être des animaux est également controversée. Tout d’abord, utiliser des termes humains tels que “bien-être” en référence à des animaux, établissant ainsi une analogie avec les droits de l’homme, est quelque chose que seul un groupe de politiciens du Parlement européen peut faire sans jamais avoir vu un poulet de près. En tout état de cause, comme il est impossible de mesurer le bien-être des animaux (les experts n’ont pas encore trouvé le moyen de réaliser des sondages de satisfaction auprès des animaux), les règles se traduiront par des éléments très généraux : limitations d’espace, de production, de technologie ou d’environnement, ce qui entraînera à nouveau une augmentation des prix sans pour autant apporter une amélioration mesurable du bien-être des animaux, si tant est qu’une telle amélioration existe.

Un pacte vert et communiste

De tous les spécimens de la politique progressiste, le plus interventionniste est le programme “vert”. Il n’y a pas une mesure qu’il préconise qui n’inclue pas une intervention directe dans la propriété, la vie ou le travail des gens. Bruxelles a été pris en otage par un cartel de bureaucrates : des sociaux-démocrates, voire des communistes à part entière, qui combinent leur progressisme avec un penchant écologiste extrême.

Le consensus qui règne sur le réchauffement climatique fait des politiques “vertes” le moyen le plus facile de museler le capitalisme et d’engraisser l’État. La pandémie a été une bonne expérience : face à une situation d’urgence supposée et de terreur globale, les gens ont fidèlement obéi à n’importe quelle stupidité imposée par les politiciens. La menace climatique, une fois qu’ils ont réussi à gonfler suffisamment le ballon jusqu’à une explosion imminente, est également considérée comme une “urgence”, et les bureaucrates de Bruxelles en profitent pleinement pour mettre en œuvre des mesures et des interventions que le public n’accepterait jamais autrement.

Pendant ce temps, ceux qui vivent et travaillent à la campagne ne sont pas écoutés, jusqu’à ce qu’ils marchent sur une capitale avec des centaines de tracteurs et couvrent les marches du parlement de fumier (cela se produit cycliquement). Seuls les lobbies verts et, bien sûr, tous les hommes politiques qui font des affaires avec des entrepreneurs avisés dans le domaine des énergies renouvelables sont entendus par l’opinion publique.

Du Pacte vert européen aux politiques du plan “De la ferme à la fourchette” en passant par la ruineuse loi sur la restauration de la nature, il n’y a pas une seule grande bataille que le lobby vert n’ait pas remportée à Bruxelles. Pourtant, au-delà de l’indignation des conservateurs qui refusent d’accepter la ruine des travailleurs agricoles et la perte de la souveraineté nationale, il est éclairant de s’intéresser à ceux qui ont passé toute leur vie à travailler dans les fermes et dans les champs.

L’Espagne, la France et l’Italie sont les pays européens qui possèdent le plus de terres arables. Pourtant, à l’exception de l’Italie de Meloni, aucun de leurs gouvernements n’a levé le petit doigt pour mettre fin aux diverses réglementations européennes, aux fondements scientifiques douteux, qui ruinent le secteur agricole et obligent ces mêmes pays à recourir à des importations agricoles en provenance de pays tiers pour satisfaire la demande, comme l’Espagne l’a fait avec le Maroc. Les agriculteurs espagnols étant contraints par le gouvernement et l’UE de réduire leur production, les citoyens finissent par acheter des produits étrangers en raison de la pénurie de produits nationaux. Grâce à des réglementations de pacotille, les produits nationaux sont aujourd’hui beaucoup plus chers que ceux provenant de l’étranger, par exemple de n’importe quel pays africain où il n’y a pas la moitié des contrôles et des réglementations imposés à la campagne européenne. Et il en sera de même dans tous les secteurs. C’est cela le mondialisme.

Qui défend l’agriculteur européen ?

En juillet dernier, au milieu d’une sécheresse qui a causé des millions de pertes dans les campagnes, l’Union des petits agriculteurs et éleveurs d’Espagne a organisé une manifestation à Madrid contre le gouvernement espagnol et l’UE. Outre l’augmentation des coûts de production que les campagnes doivent supporter depuis 2021, les agriculteurs ont dénoncé la nouvelle politique agricole commune, qui impose des changements destinés à financer la loi sur la restauration de la nature. La ruine semble garantie avec des “exigences contraires à la productivité et difficilement réalisables”, affirme le syndicat. Parmi leurs griefs, ils citent également “l‘exigence des administrations de passer au numérique sans tenir compte de notre réalité et de nos besoins ; et l’enchevêtrement bureaucratique qui, loin de se réduire, s’accroît d’année en année.”

Avec les élections européennes de 2024 à l’horizon, la question agricole deviendra une priorité pour les conservateurs. Alors que Meloni s’oppose à l’agenda 2030 et promeut les produits “Made in Italy”, VOX ouvre la voie en Espagne, dénonçant le fait que “la concurrence déloyale des pays extérieurs à l’Union européenne ruine les campagnes.” La faction dirigée par Santiago Abascal se battra pour mettre fin à la concurrence inégale des producteurs extracommunautaires, qui ont des coûts de production moins élevés et la liberté d’utiliser des pesticides interdits en Europe, et peuvent donc parvenir à atteindre le marché avec des prix plus bas. Les producteurs locaux sont donc ruinés, trahis par l’UE qui est censée les protéger.

Seul un changement radical dans la composition du Parlement européen, avec des partis conservateurs peu enclins à s’agenouiller devant l’environnementalisme radical et le néo-communisme vert, peut sauver notre élevage, notre agriculture et notre pêche.

Itxu Díaz pour The European Conservative.

Itxu Díaz est un journaliste, satiriste politique et auteur espagnol. Il a écrit 10 livres sur des sujets aussi divers que la politique, la musique et les appareils électroménagers intelligents. Il collabore à The American Spectator, The Daily Beast, The Daily Caller, National Review, First Things, American Conservative, The Federalist et Diario Las Américas aux États-Unis, ainsi qu’à plusieurs magazines et journaux espagnols. Il a également été conseiller auprès du ministère de l’éducation, de la culture et des sports en Espagne.

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

3 réponses à “L’UE, fossoyeur de l’agriculture européenne ?”

  1. alienor dit :

    zelinsky a vendu un gros paquet de terres agricoles aux US et gates est le plus gros propriétaire de terres agricoles, y a t’il une relation ?

  2. Hadrien Lemur dit :

    Très bon article mais vous pouvez remplacer le point d’interrogation du titre par un simple point.

  3. patphil dit :

    plus de vaches dont les pets mettent en péril la planète (c’est ce qu’ils disent) et donc des végétariens heureux, moins d’obèses, plus de paysans donc moins de retraites à payer etc. un monde de fous, merci l’UE de nous suicider

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, Economie, Immigration, Social, Sociétal

Immigration économique. Gabriel Attal va « faciliter » l’embauche de travailleurs extra-européens dans le secteur agricole

Découvrir l'article

A La Une, Environnement

Vincent Kraus (FEVE) : « Le métier d’agriculteur est un métier très difficile sur beaucoup d’aspects et qui nécessite d’avoir de multiples compétences

Découvrir l'article

Economie

Il faut soutenir les paysans bretons

Découvrir l'article

International

L’UE approuve le pacte sur les migrations ; les pays d’Europe centrale dénoncent une “grave violation de la souveraineté”.

Découvrir l'article

Social

Une vingtaine de fermes menacées de disparition à reprendre avec Fermes en vie (FEVE) en 2024

Découvrir l'article

Environnement, Insolite

Humour. La Révolution agricole..Par Franjo

Découvrir l'article

Social

Jérôme Daniel, producteur de lait dans le Finistère : « Il faut absolument des prix »

Découvrir l'article

Environnement, Social

Colère des agriculteurs: ils sèment un hectare sur la RN165

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

Touche Pas à Mon Paysan. Le rappeur Millésime K prend le micro pour défendre les agriculteurs

Découvrir l'article

Histoire, International

Elections Européennes. Une brève histoire du Luxembourg

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍