Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des lesbiennes racialement incorrectes ? Quand la filiation raciale est choisie sur catalogue

Certains choix, déclarations ou constats qui seraient allègrement taxés de racistes lorsqu’ils sont le fait de la majorité, sont permis pour les membres de quelques minorités, sans que cela ne déclenche les délires de consternation auxquels nous sommes désormais accoutumés. Un exemple ? La gestation pour autrui avec embryon ethniquement choisi sur catalogue. Si l’on prend les diktats des progressistes à la lettre, on est en droit de se demander si la manœuvre ne serait pas un tantinet racialement incorrecte.

Bonjour ! Nous avons donc opté pour un bambin d’origine hollandaise et allemande.” Racialement nordique, donc. La phrase n’a probablement pas été posée de la sorte, mais c’est bien ce qu’il ressort de l’affaire qui voit, au Royaume-Uni, deux femmes, Emily Patrick et Kerry Osborn, “entrer dans l’histoire” (nous dit-on) en devenant le premier couple homosexuel à mener deux grossesses en même temps, chacune étant inséminée par l’embryon fécondé de l’autre. Cet eugénisme qui ne dit pas son nom a un prix : 25.000 livres sterling par tête. L’opération aura naturellement nécessité l’aide de la science et d’un donneur de sperme, le grand absent de l’histoire… si ce n’est quand il s’agit de “savoir sa biologie” : les femmes disent avoir durement sélectionné un donneur de sperme avec “a good background“, d’origine hollandaise et allemande.

Court-circuit au sein de la frange anti-raciste, occupée depuis des décennies à imposer l’idée que les races n’existent pas ? Que nenni, elles, elles ont le droit. Dans ce cas-là, celui de l’appartenance à une minorité, il est licite d’exclure et de discriminer.

Passant sur l’aspect purement contractuel de cette conception, elle nous dit quelque chose d’intéressant : que la filiation, malgré les coups d’épée qui lui sont portés, a encore du sens. Ces femmes ont décidé qu’elles voulaient des enfants qui leur ressemblent. À l’heure où l’on a décrété que plus rien ne devait venir de quelque part, que les racines, c’est has been, qu’un chien pouvait accoucher d’une souris, ou qu’une vache née dans une écurie était un cheval, c’est pour le moins étonnant.

Si les déconstructeurs et autres militants LGBT ont décrété que l’on pouvait faire tout et n’importe quoi pour assouvir son désir d’avoir un enfant, parce que le sens et la nature sont fascisants et que l’amour et la science suffisent à tout, on dirait bien que la réalité soit tout autre.

Quant à la normalisation de l’absence du père, force est de constater, que malgré sa réduction au seul rôle de donneur de semence, il va falloir encore y travailler ! Puisque toutes celles qui y ont recours sont bien attentives à sélectionner, choisir et donc discriminer le patrimoine génétique qu’elles retiennent à la hauteur de leurs exigences.

Patrimoine, du latin patrimonium qui signifie littéralement « l’héritage du père ». Les mots aussi ont du sens.

Audrey D’Aguanno

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Des lesbiennes racialement incorrectes ? Quand la filiation raciale est choisie sur catalogue”

  1. Durandal dit :

    Bonjour,

    Jusqu’au jour où elles pourront s’auto-féconder en utilisant le patrimoine génétique de l’autre… Quand cela arrivera, le matrimonius de l’enfant ne risquera plus d’être relativisé par la présence d’un affreux mâle dominant blanc donneur de sperme, for heureusement, de moins de 50 ans.

    Cdt.

    M.D

  2. Totu dit :

    J’avais une collègue lesbienne qui a pu aller en Espagne se faire féconder pour contrevenir à la loi française. Elle a choisi un bébé blanc. Motif invoqué “on choisit ce qui ressemble le plus à la mère”

  3. patphil dit :

    certains vendent leur mains (ouvriers) d’autres leur cerveau (cadres, ingénieurs) leur sexe (prostitués) enfin d’autres leur utérus(gpa) et on trouve ça normal,voilà où on en est en occident!

  4. Henri dit :

    Il y a belle lurette que les blonds aux yeux bleus sont devenus très minoritaires en Allemagne et aux Pays-Bas. Il se pourrait fort que la lesbienne hérite d’un embryon issu de la “diversité”, et ça serait plutôt drôle ! (pas pour l’enfant, hélas)

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International, Société

Derrière les manifestations de soutien à la Palestine des campus américains, des financements chinois ?

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

Freedom of Movement Solidarity Network : le nouveau réseau des associations pro-migrants pour accélérer l’invasion

Découvrir l'article

International, Politique

Les tensions en Géorgie confirment le pouvoir subversif des ONG

Découvrir l'article

Culture, Sociétal, Société

Eurovision 2024. Doit-on encore être scandalisé ? Retour sur une entreprise idéologique

Découvrir l'article

A La Une, Immigration

Nouveau bateau ONG pro-migrants en Méditerranée : un nouvel affront à l’Italie

Découvrir l'article

Environnement

Cohabiter avec le loup, c’est possible : des éleveurs italiens témoignent d’un modèle qui fonctionne sur Radio France

Découvrir l'article

International

Les “fous de Dieu” au sein du gouvernement de Netanyahou bloquent tout espoir de paix

Découvrir l'article

Société

Appoline matin. Certaines ethnies plus stigmatisées que d’autres en France ?

Découvrir l'article

A La Une, Société

La GPA reconnue comme relevant de la traite des êtres humains par le Parlement européen ?

Découvrir l'article

Société

Sexualisation des enfants à l’école : la question est posée au Sénat après une accablante tribune du prof. Maurice Berger

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky