14/04/2014 – 08H00 Saint-Nazaire (Breizh-info.com) – Enseignante au lycée expérimental de Saint-Nazaire, lycée dirigée par le frère de Daniel Cohn-Bendit, Nathalie Bruneau était également, jusqu’aux élections municipales de 2014, conseillère municipale de Saint-Nazaire, classée « divers gauche » mais en réalité membre du NPA d’extrême-gauche. Depuis des années, c’est elle qui pilote et organise une bonne partie des activités de l’extrême-gauche nazairienne, jusqu’à  à tenter de mobiliser de la jeunesse lycéenne, comme lors de « l’affaire Faycal », du nom de ce jeune lycéen algérien qui doit être être expulsé vers son pays d’origine.

Sur sa page facebook, la militante d’extrême gauche affiche tant son soutien aux individus incarcérés suite aux violences en marge de la manifestation nantaise contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes que des appels incessants à se mobiliser lorsqu’il s’agit d’arrestations de clandestins …

Alors que certains tentent de faire croire que la mobilisation pour le jeune Fayçal émane des lycéens, le pilotage est en réalité réalisé par Mme Bruneau et ses amis du mouvement « Halte à une immigration jetable » soutenus par des représentants de partis politiques comme Europe-Ecologie-les-Verts (comme l’indique la photo ci-dessous où elle converse via facebook avec Mathieu Orphelin, conseiller régional EELV)

bruneau1

bruneau2

Outre ce soutien sans-faille aux régularisations massives de clandestins (elle est marraine « solidaire » d’un enfant Tchetchène et d’une autre Azérie), Nathalie Bruneau est également très proche de la mouvance dite « antifasciste ». Partisane acharnée anti-FN, elle est à l »initiative de la création d’un comité « antifasciste » sur Saint-Nazaire. Lors d’une récente réunion avec des lycéens notamment, elle est même allée jusqu’à inciter des lycéens à envahir le premier conseil municipal de la ville pour s’opposer à l’élection de 3 élus municipaux de ce parti. Voilà ce qu’elle déclarait, alors qu’elle était conseillère municipale de Saint-Nazaire, afin de s’opposer à la tenue d’un meeting de Marine Le Pen – « «  Si elle vient, nous allons lui préparer un comité d’accueil dont elle se souviendra longtemps. J’ai encore en mémoire, l’un de mes premiers combats politiques lors de la dernière incursion de son père à Saint-Nazaire. Cela avait donné lieu à une manifestation populaire assez musclée. Le FN est un parti anti-démocratique que l’on ne peut traiter comme un parti traditionnel »

Pas étonnant de la retrouver proche d’un de leaders de l’action antifasciste nantaise, groupe violent d’extrême gauche, leader actuellement incarcéré (1 an de prison ferme) depuis les évènements de Nantes.

Pas étonnant non plus de la retrouver depuis le début en première ligne (seins nus façon FEMEN de temps à autre) au sein de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Nathalie Bruneau, à la fois investie pendant des années au sein du conseil municipal de Saint-Nazaire (une mairie dont les attributions de subventions ne sont étrangement pas disponibles sur Internet), proche de représentants de partis de gouvernement ou proches du gouvernement (EELV, PCF)  est l’exemple même de cette collusion entre l’extrême-gauche radicale parfois violente, et la gauche traditionnelle. Les derniers se cantonnant à la politique, laissant le soin (en subventionnant) aux activistes comme Mme Bruneau et sa troupe d’infiltrer et de dominer l’espace culturel, syndical, éducatif …une technique qui permet encore aujourd’hui à l’extrême-gauche d’avoir une forte pénétration et influence dans l’Education Nationale, c’est à dire dans le cerveau des futurs citoyens de demain …

Crédit photo : DR [cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

3 Commentaires

  1. Collègue de Nathalie Bruneau au Conseil Municipal de Saint Nazaire, ayant siégé 6 ans avec elle sous l’étiquette Divers Gauche, je m’insurge devant ce tissu de mensonges qui déshonore votre journal. Sans doute moins médiatisée qu’elle, je partage les positions qu’elle défend avec courage et intelligence. Mêler son activité professionnelle d’enseignante qu’elle exerce avec rigueur pour ouvrir l’esprit de lycéens et ses convictions politiques relève de la diffamation.

  2. Je tenais à vous demander s’il est autorisé de publier le nom des personnes concernées, sans accord préalable de la part de la personne concernée. Sachant que la plupart des publications de ce type sont gardées anonymes, et qu’il m’étonnerait fortement que la personne concernée approuve, non seulement vos orientations politiques, mais surtout que vous publiiez des images privées, je ne pense pas que vous êtes dans le droit de publier ces images.
    Je me définirai aujourd’hui comme apolitique, en recherche de justice.
    Je vous serais gré de vivre pleinement votre vie (i.e. pas celle des autres).
    Cordialement,
    Bonjour.

Comments are closed.