Le rôle des ministres bretons dans la réforme territoriale [tribune libre]

A LA UNE

17/06/2014 – 08H00 Paris (Breiz-info.com) – Parler avec précaution s’impose souvent. Surtout lorsqu’on est un homme politique. C’est ce qu’a oublié Marc Le Fur (UMP), député de Loudéac. C’est ainsi que la tribune de François Hollande et la carte du redécoupage régional  publiées dans la presse régionale provoquent une réaction sans nuances de M. Le Fur :  » A quoi sert-il d’avoir des ministres bretons, Jean-Yves le Drian et Marylise Lebranchu, si c’est pour ne rien obtenir de cette réforme ? » (3 juin 2014, Ouest France).
Bien sûr, on n’obtient pas la réunification alors que le démantèlement des Pays de Loire était à l’ordre du jour lorsque la réforme territoriale a montré le bout de son nez.
Mais l’essentiel est sauvé puisque la fusion Bretagne – Pays de Loire est écartée. Donc la Bretagne conservera sa spécificité culturelle, humaine et géographique. Pourtant, Jean-Marc Ayrault avait fait le forcing pour obtenir cette fusion qui aurait permis à leur chère métropole – Nantes – de devenir la capitale de cet « Ouest » dont ils rêvent.

Mais là, la Bretagne doit une fière chandelle à Jean-Yves le Drian. Sans lui, la Bretagne disparaissait. Le Canard Enchaîné (4 juin 2014) raconte l’histoire. « Difficile de mieux démontrer à quel point la nouvelle carte des régions a été établie dans la précipitation. Témoin, entre autres, la bagarre entre les deux poids lourds de l’Ouest, l’ex Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian.
Jusqu’à la dernière minute, Ayrault a tenté de faire plier le très élastique Hollande. A coups de SMS et de conversations téléphonique, l’ex Premier ministre a fait valoir que, s’il ne désirait pas de « mariage artificiel entre Régions », il ne voulait pas pour autant que « Les Pays de Loire restent seuls » : « il y a une véritable logique à nous rapprocher de la Bretagne ». Refus de Jean-Yves le Drian qui, à l’arrivée, l’a emporté.
Mais Ayrault ne s’avoue pas vaincu pour autant et compte sur le débat parlementaire qui doit avaliser la carte … »

Le fait que M. Le Drian ait l’oreille du Président a beaucoup aidé. Ce sont en effet des amis de longue date, depuis l »époque où ils avaient tenté de faire émerger au sein du Parti socialiste les « transcourants ». Cette petite tribue se réunissait en colloque à Lorient ; on voyait là Hollande, Royal, Le Drian, Jacques Delors ….

Pour le lancement de la réforme territoriale, si les ministres concernés ont bien été consultés – en premier lieu Marylise Lebranchu, chargée de la Décentralisation, de la réforme de l’Etat et de la Fonction publique – il n’empêche que c’est à l’Elysée que tout s’est décidé.  » Seuls quelques ministres amis ont eu droit à un traitement de faveur, tel M. Le Drian. En déplacement à Singapour le week-end décisif, le ministre de la Défense et ancien président du conseil régional de Bretagne a été reçu d’urgence le lundi après-midi, après son retour à Paris. C’est à lui que sa région doit de ne pas être associée aux Pays de la Loire. » (Nouvel Obs, 12 juin 2014).

Donc, Marc le Fur avait tout faux. Il pourrait se rattraper utilement en travaillant à la constitution d’un « club breton » au Parlement. Il y aura en effet fort à faire pour contrer l’offensive des partisans de la fusion Bretagne – Pays de la Loire, menée par M. Ayrault. Un « front breton » à la constitution duquel Jean-Jacques Urvoas pourrait apporter sa pierre – aurait en effet non seulement à empêcher la fusion, mais encore à faciliter l’adoption d’un article permettant à un département de se détacher d’une région pour en rejoindre une autre.
Au moyen d’une procédure simple, qui empêcherait tout verrouillage. Que Marc le Fur et Jean-Jacques Urvoas ne perdent pas de temps, l’examen du texte démarre au Sénat début juillet.
Le Gouvernement espère que l’affaire sera bouclée à la fin de ce mois.

Marc le Fur a également tort de s’en prendre à Marylise Lebranchu. Elle fait ce qu’elle peut. Ses différents projets de loi concernant la réforme territoriale sont régulièrement détricotés, au gré des vents venant de l’Elysée et de Matignon. Son ministère ressemble à une bateau ivre et, pour la dernière mouture de la « réforme », tout s’est décidé à la présidence de la République. « Lebranchu confirme pour sa part sa spécialité : avaleuse de couleuvres. Depuis des semaines, le Château voulait la flanquer d’un haut-commissaire. Son nom était déjà sur toutes les lèvres : Jean-Jacques Carenco, préfet du Rhône.
Qu’il ait été directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo n’était pas fait pour gêner Hollande. Ses compétences sont certaines. Et puis si quelques voix centristes pouvaient aider à faire adopter les textes à l’Assemblée …
Mais, au dernier moment, Valls a convaincu le Président de changer de stratégie. Le Premier ministre entend porter politiquement un volet essentiel de la réforme en cours : celle de l’Etat …
Par un communiqué publié mardi 3 juin à 17h30, Thierry Mandon, le porte-parole des députés socialistes, est nommé secrétaire d’Etat chargé de la Réforme de l’Etat. Rattaché à Matignon qui plus est ! Lebranchu qui se voit ainsi retirer un tiers de ses attributions, n a été prévenue que vingt minutes avant les Français. Il faudra le soutien de parlementaires solidaires, dans la soirée, pour que la ministre à la découpe renonce à écrire sa lettre de démission … » (Nouvel Observateur, 12 juin 2014)

Pour autant, Mme Lebranchu continue à occuper un poste qui se révélera stratégique lorsque la réforme territoriale sera examinée au Parlement. On a besoin d’un ministre qui ne perd pas de vue la question bretonne : cela peut se révéler utile lors du vote des amendements …

Bernard Mariec

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rugby. Le RC Vannes s’impose avec la manière à Colomiers (23-29)

Le RC Vannes est de retour pour leur jouer un mauvais tour ! Vendredi 26 novembre, le XV Breton...

Liverieg : Tapet o laerañ el Lidl, ar Romez a ziskenn he c’hulotenn

D'ar 26 a viz du ez eus bet kondaonet ur Roumanez gant lez-varn Roazhon evit "emziskuzh seksel" ha "laeradenn"....

2 Commentaires

  1. Évidemment qu’ils n’ont servi à rien ces ministres bretons! C’est quand même incroyable qu’avec une finistérienne à la réforme territoriale et un lorientais ministre régalien, nous n’ayons pas pu avoir la réunification de la Bretagne que presque tout le monde réclame depuis si longtemps, notamment eux. Ayrault a été plus fort, point à la ligne.
    Alors peut-être qu’ils ont sauvé les meubles mais la consolation est maigre… faire passer la Bretagne de la 6ème région de France sur 22 (PIB/hab) à la 10ème sur 14. Merci du cadeau!

  2. Le drian: effectivement il a empecher la fusion et la disparition de la bretagne. Mais lebranchu elle etait pour la fusion pure et simple et elle l’a déclaré plusieurs fois. Donc le debat au parlement semble dans la poche pour les pdl qui annexeront la bretagne.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés