Jean-Yves Le Drian reprend du service

On croyait que le petit train électrique de Jean-Yves Le Drian – « Breizh Lab – Les Progressistes bretons » – était mort et enterré.

Un laboratoire de recherche – think tank, disent les anglo-saxons – censé réfléchir aux grands enjeux auxquels est confrontée la Bretagne. Voilà que cet « espace de réflexion » reprend vie : « C’est pour moi la manière dont je veux me réinsérer en Bretagne », explique l’ancien ministre » (Ouest-France, Bretagne, jeudi 20 octobre 2022).

La prochaine réunion aura lieu à Rennes le 20 novembre. Le plus étonnant de l’affaire est la personnalité invitée à cette occasion : Jacques Attali.

Naïvement, on croyait que « Breizh Lab » penchait du côté de l’enracinement. Avec Attali, on est loin de cette conception du monde. Voilà un homme qui se flatte de ne vivre en France « que deux jours par mois » !

On connaît la description par cet « écrivain » de cette magnifique « hyperclasse » promise à la domination du nouveau monde sans frontières : « Ils ne posséderont ni entreprises, ni terres, ni charges. Riches d’un actif nomade, ils l’utiliseront de façon nomade, pour eux-mêmes, mobilisant promptement du capital et des compétences en des ensembles changeants, pour des finalités éphémères dans lesquelles l’Etat n’aura pas de rôle. Ils n’aspireront pas à diriger les affaires publiques (la célébrité politique sera pour eux une malédiction). Ils aimeront créer, jouir, bouger. Connectés, informés, en réseau, ils ne se préoccuperont pas de léguer fortune ou pouvoir à leurs rares enfants : seulement une éducation. Riches de surcroît, ils vivront luxueusement en nomades de luxe, souvent sans payer ce qu’ils consomment. Ils porteront le meilleur et le pire d’une société volatile, insouciante, égoïste et hédoniste, partagés entre le rêve et a violence. L’hyperclasse regroupera plusieurs dizaines de millions d’individus. Ils seront attachés à la liberté, aux droits des citoyens, à l’économie de marché, au libéralisme, à l’esprit démocratique. Ils voteront, créeront des associations de consommateurs, cultiveront et développeront une conscience aiguë des enjeux planétaires ; à terme, ils s’intéresseront plus à la progéniture humaine qu’à l’avenir de leur propre progéniture. » (Jacques Attali, Dictionnaire du XXIe siècle, Fayard).

La conférence d’ Attali promet d’être passionnante ! On peut supposer que Le Drian n’a jamais lu les ouvrages de son compère Attali…

Bernard Morvan

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Qui est Jacques ATTALI ? Le type qui déclenche une catastrophe planétaire , chaque fois que lui est confiée une responsabilité . Un exemple entre mille : dans le rôle de banquier international … https://claudereichman.com/articles/martoiamareenoire.htm
    … ou plus exactement un démiurge, divinité archangélique, têtue, irascible, « émanée du vrai Dieu », cause du mal par sa création désastreuse qui mêle la matière à l’étincelle divine.
    Notamment:  » A la fin de l’année 1994, Blythe Masters, un membre de l’équipe de traders de J.P.Morgan, a l’idée de vendre la ligne de crédit de cinq milliards de dollars à la Banque européenne de reconstruction et de développement (B.E.R.D). Jacques Attali, le conseiller spécial du président socialiste François Mitterrand, en est le premier président après avoir eu l’idée lumineuse de sa création lors de l’effondrement du mur de Berlin (une catastrophe peut en provoquer une autre…). Si Exxon fait défaut, c’est la B.E.R.D qui va essuyer les plâtres. En échange de la patate chaude refilée, J.P.Morgan s’engage à lui verser une indemnité.  »
    Et qui est Blythe Masters ? Demandez à Pierre Jovanovic: https://www.babelio.com/livres/Jovanovic-Blythe-Masters/287715
    https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/assurance-banque/voici-la-banquiere-qui-a-cree-les-armes-financieres-de-destruction-massive_AN-201603200056.html
    En résumé, qui est à l’origine de la crise financière de 2008 ? Jacques ATTALI.
    Et je passe sous silence le dynamitage , en 2012 , de la justice civile ; implosion imminente …

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS