Recycler les Mistral en Méditerranée ?

Recycler les Mistral en Méditerranée ?

26/04/2015 – 07H00 ‑ Saint-Nazaire (Breizh-info.com) ‑ La rencontre entre François Hollande et Vladimir Poutine à Erevan vendredi, à l’occasion du centenaire du génocide arménien, n’a pas fait avancer d’un pouce le dossier Mistral. Le sort du Sébastopol et du Vladivostok n’est pas réglé, mais il paraît clair. Vladimir Poutine a pratiquement scellé leur sort mi-avril en déclarant : « du point de vue de nos capacités de défense, je vais vous le dire franchement, c’est sans importance ». Depuis le premier jour, le contrat a eu des adversaires en Russie même, notamment au sein du complexe militaro-industriel russe, qui s’affirmait de construire des navires analogues.

Il est hautement probable qu’après trois ans de travaux suivis de près par les ingénieurs russes, ceux-ci ont bel et bien cette capacité aujourd’hui. Nolens volens, le transfert de compétences a eu lieu ! Il n’est donc pas impossible que l’épisode tourne à l’avantage du président russe, qui aurait les Mistral (ou leurs semblables) et l’argent des Mistral, restitué par la France. Argent bienvenu alors que la Russie connaît une crise économique grave.

Mais que faire des Mistral, toujours à quai à Saint-Nazaire (notre photo) ? Comme Breizh Info l’a déjà souligné, les aménagements du Sébastopol et du Vladivostok ont été adaptés aux systèmes d’armement russes. D’importants travaux seraient nécessaires pour les reconfigurer à destination d’une autre marine militaire. En revanche, il ne serait pas trop compliqué de les adapter à des missions plus pacifiques.

Ces bâtiments polyvalents sont plus spécialement destinés à des opérations amphibies, c’est-à-dire à des débarquements rapides de personnels au sol. Destinés à transporter des hélicoptères lourds de transport de troupes, ils sont aussi équipés de quatre chalands de nouvelle génération construits par STX à Lorient et capables de débarquer 65 tonnes à chaque rotation. Ils pourraient aussi embarquer chacun deux aéroglisseurs de débarquement LCAC de 60 tonnes de capacité.

Les Mistral seraient aisément utilisables pour des opérations de sauvetage en Méditerranée ; ils intègrent des hôpitaux très bien équipés avec deux blocs opératoires et plusieurs dizaines de lits. Mais surtout, leurs capacités amphibies permettraient de redébarquer rapidement les migrants illégaux récupérés en mer. En quelques heures seulement, ces derniers seraient de retour à proximité de leur point de départ. Cela se saurait vite : il ne serait probablement pas nécessaire de mener un grand nombre d’opérations pour éradiquer les passeurs, dissuader les migrants de risquer leur vie en mer et éviter à l’Europe un déferlement démographique ingérable.

Crédit photo  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

4 réponses

  1. En repensant à cette histoire de Mistral, il me venait à l’esprit question et remarques :
    – Quel est le génie qui a décidé de vendre du matériel militaire à une grande puissance comme la Russie (cf conseil de sécurité/droit de véto, etc) ?
    La Russie est un partenaire commercial comme un autre, sauf dans des domaines hautement stratégiques tel le militaire, où nos exportations ne devraient être destinées qu’à des pays vassaux ou des puissances moyennes, et en prenant soin de ne livrer que des technologies un peu anciennes.
    Aujourd’hui on (enfin le lobby militaro-industriel français) se retrouve dans une position inconfortable voire ridicule, étant donné que les russes vont repartir avec les technologies qui les intéressaient, tout en nous laissant les navires sur les bras et en ayant la possibilité de nous coller une amende par dessus le marché. Du grand art !
    Certes le contexte géopolitique et les manigances des anglo-américains n’ont pas aidé, mais dès le départ cette affaire était un pari très très risqué… Ainsi de quel moyens disposions nous pour faire pression en cas d’imprévu ?
    .
    .
    Pour en revenir à la bonne idée de l’article, elle ne sera probablement pas mise en oeuvre, le but des gouvernements umps/ue étant de favoriser la submersion migratoire de l’Europe pour nous tiers-mondiser (nivellement par le bas/mondialisation/néolibéralisme/appauvrissement des classes moyennes) et détruire la base ethno-culturelle d’une des plus belles civilisations connues. Ainsi ils coopèrent presqu’ouvertement avec les mafias de passeurs qui jettent des milliers de personnes à la mer dans de fragiles embarcations, et ils cherchent à nous culpabiliser d’un phénomène qu’ils favorisent grandement.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS