La dette de l’Irlande a rapporté des milliards

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...
21/05/2015 – 08H30 Dublin (Breizh-info.com) – Alors que l’économie irlandaise s’est rétablie et enregistre des performances remarquables, les investisseurs qui ont acheté les actifs pourris du pays lors de la crise de 2011 les revendent avec des plus-values très importantes, afin de réinvestir ailleurs.

Championne de la croissance en UE, l’Irlande a vu son PIB augmenter de 4.8% en 2014 et dépasser celui de 2008, après sept années d’austérité très dure et une quasi-faillite. L’Irlande est devenue à nouveau une valeur sûre : elle a emprunté en janvier 4 milliards d’euros sur sept ans à un taux de 0.87%, un record, tandis que le rendement des obligations à dix ans est passé de 14.5% au beau milieu de la crise de 2011 aux alentours de 1.25% en janvier 2014.

Bien que le pays reste un cas à part super-dépendant des exportations, qui se voient fragilisées notamment dans les secteurs des nouvelles technologies et des produits pharmaceutiques, ses performances surprennent… et poussent ceux qui ont investi en pleine crise à vendre leurs actifs.

Ainsi, le fonds Franklin Templeton qui avait acheté pour 8 milliards d’euros de dette irlandaise en 2011 l’a revendue au printemps 2015 au printemps en réalisant un profit de 150% selon le média russe Vesti. De son côté, Fairfax Financial Holdings a vendu près de la moitié des actions de la Bank of Ireland – nationalisée par l’Etat pour éponger les dettes privées comme dans de nombreux pays occidentaux. La holding canadienne a récupéré quatre fois sa mise.

Selon l’agence Bloomberg, ces investisseurs qui ont gagné des milliards sur le malheur de l’Irlande rachètent en ce moment les actifs d’autres pays en situation financière délicate. C’est notamment le cas de Chypre et de l’Ukraine; dans ce dernier pays Templeton a acquis pour 7 milliards d’euros de dette souveraine. Mais l’Ukraine quasiment en faillite conduit actuellement des négociations pour restructurer cette dette. En échange, le fonds d’investissement devrait obtenir des actifs stratégiques à prix cassé qu’il pourra ensuite revendre. Centrales thermiques et nucléaires, corporations d’Etat, grands groupes agricoles et semenciers, sites industriels parmi les plus importants d’Europe : l’Ukraine aux abois compte se débarrasser 1200 de ses 1500 entreprises stratégiques.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Philippe de Villiers : « La France peut mourir ! »

Eric Morillot reçoit Philippe de Villiers pour son livre événement « Le jour d’après » (Éditions Albin Michel), actuellement...

De la Perse à l’Iran : 3 000 ans de civilisations

Dans les pas de la journaliste Samira Ahmed, une exploration de l’histoire de la Perse au travers de sa...

2 Commentaires

  1. …au passage, il n’est pas faux de titrer que « la dette irlandaise a rapporté des milliards », mais il serait juste de dire qu’elle a aussi coûté des milliards. Il s’agit de spéculation : ce qui est gagné par les uns est perdu par les autres. En l’occurrence, un établissement financier a gagné, d’autres ont perdu, tant mieux pour les actionnaires du premier (dont les gestionnaires ont eu des couilles), tant pis pour ceux des seconds (dont les gestionnaires ont eu les boules) ; en tout cas, il n’y a pas de quoi s’émouvoir dans les chaumières.

  2. Le malheur des uns fait le bonheur de l’autre, surtout pas d’amalgame. Les vautours sont une espèce protégée. Surtout ne pas transposer à d’autres pays, restons zen, l’essentiel est de ne pas réfléchir et de regarder un bon match de foot à la télé.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Irlande. Des individus poussent une jeune fille sous un train à l’arrêt

La Gardai, la police irlandaise, a déclaré avoir ouvert une enquête pour agression après qu'une femme ait été blessée lors d'un incident à la...

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger les vétérans de l'armée contre...

Norvège. Découverte d’un ornement celtique vieux de 1 500 ans

En Norvège, une équipe de prospecteurs a récemment fait une belle découverte en sortant de terre un ornement celtique vieux d'environ 1 500 ans....

Irlande. 40 ans après sa mort, la preuve que le Sinn Féin n’a pas respecté les dernières volontés de Bobby Sands

Bobby Sands, gréviste de la faim de l'IRA, mort des suites de cette grève de la faim le 5 mai 1981 (voir ici les...