Régionales 2015. Bataille pour les places éligibles sur la liste Le Fur

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

23/09/2015 – 08H00 Loudéac (Breizh-info.com) – En politique et ailleurs, 0+0, ça fait toujours 0. On s’étonne donc de l’annonce dans Ouest-France, jeudi 17 septembre, sur quatre colonnes de « renforts régionalistes pour Marc le Fur ». Et quels renforts ! Que des poids lourds !  Jean-Marc Le Luyer et Jean-François Le Bihan (Alliance fédéraliste bretonne), Jean-Jacques Page (Parti fédéraliste européen), Caroline Ollivro (Breizh Europa) et Michel Thierry ( En avant Bretagne !) décident de soutenir le chef de file de la droite aux élections régionales de décembre.
Mieux que cela, ils figureront, déclarent-ils, sur la liste dirigée par Marc Le Fur (UMP-LR).

Evidemment, le poids politique et électoral de ces personnages reste à prouver. Leur apport en voix ne peut gère dépasser leur cercle familial … dans ces conditions, l’intention de Marc Le Fur de les embarquer sur sa liste s’explique mal. Il risque même de se compliquer la vie alors que ses relations avec les centristes ne sont pas au beau fixe. Car ceux-ci ont des exigences. Ce qui peut se comprendre car ils représentent une clientèle électorale non négligeable ; au premier tour de l’élection présidentielle de 2012, François Bayrou avait en effet obtenu 224 559 voix (11,35%) en Bretagne.

Officiellement, le désaccord porte sur trois points : « en Bretagne, rien n’a évolue depuis cinq mois. Nous n’avons pas eu de discussion sur le programme, pas trouvé de terrain d’entente sur la représentativité de l’UDI au sein des listes communes, que nous estimons à 40%, et Marc Le Fur prétend en plus choisir nos candidats ! » s’insurge Jean-Christophe Lagarde de l’UDI, lors de l’université bretonne qui se déroulait à Châteaugiron (près de Rennes).

Pour faire pression sur Marc Le Fur, le meilleur moyen demeure la menace de monter une liste centriste autonome : « si rien ne bouge d’ici deux à trois semaines, nous prendrons nos responsabilités » prévient M. Lagarde, qui préfère parler de « message amical » que d’ultimatum. Michel Canévet, sénateur du Finistère, prendrait les rênes dans ce département, tandis que Thierry Benoît, député de Fougères, se tient prêt en Ille-et-Vilaine. « Mais avant d’en arriver là, je demande à Marc Le Fur de nous écouter » glisse ce dernier.

« Ces élections régionales sont une affaire de Bretonnes et de Bretons. Quoiqu’en dise Jean-Christophe Lagarde, nous travaillons déjà concrètement sur le terrain depuis de nombreux mois. Je mène ce travail en multipliant les rencontres sur le terrain partout en Bretagne, avec des gens de sensibilité très diverses dont les centristes » rétorque Marc Le Fur (Ouest-France, 8 septembre 2015).

Inutile de tourner autour du pot ; la cause profonde de cette querelle est à rechercher du côté de la répartition des places sur la liste de la droite aux régionales. Et plus précisément, les places éligibles. En effet, toutes les projections effectuées à partir des résultats des élections européennes et départementales montrent qu’en Bretagne (4), au second tour, la liste de gauche devancerait la liste de droite. Surtout si la première est dirigée par Jean-Yves Le Drian, le seul homme politique breton à posséder notoriété et popularité. Le dernier exercice est l’oeuvre du Figaro (2 septembre) qui indiquait les victoires envisagées dans les treize nouvelles régions de France métropolitaine. En Bretagne, là encore, avantage était donné à la gauche.

Ce petit détail n’a évidemment pas échappé aux cerveaux de l’UDI qui ont fait leurs calculs. En cas de défaite de la liste conduite par Marc Le Fur, la droite ne récupérerait au maximum que 20 sièges sur les 91 à pourvoir. Un résultat serré puisqu’un Front National au second tour devrait faire entre 15 et 20%.  Aux régionales de Mars  2010, la liste de droite conduire par Bernardette Malgorn n’avait obtenu – sans le FN en triangulaire – que 32,36% des voix au second tour, ce qui lui avait donné seulement vingt sièges.

Si défaite il y avait, la liste de Marc Le Fur hériterait de 4 ou 5 sièges par département. Or, il y aura 17 candidats pour les Côtes d’Armor, 25 pour le Finistère, 28 pour l’Ille et Vilaine et 21 pour le Morbihan, pour un total de 91. Résultats des courses : seuls les privilégiés bénéficiant des six premières places dans chaque section départementale peuvent aborder les élections avec sérénité ; les autres ne feront que de la figuration. Or les places « en or » sont revendiquées d’une part par les sortants et d’autre part par les nouveaux maires de droite qui se sont emparés de villes de gauche en mars 2014. Ce qui complique la tâche de Marc Le Fur et explique l’offensive de l’UDI. Une annonce datant d’hier placerait d’ailleurs M. Marboeuf (UDI) en pôle position en Ille-et-Vilaine, ce qui montre que les « menaces » sont écoutées.

Marc Le Fur connait d’autres difficultés. On raconte qu’il cherche de l’argent pour sa campagne. Mais les patrons bretons – en particulier les habitués de l’Institut de Locarn – jouent la carte Le Drian.

Photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ?

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ? Débat du 31/07/2021 avec Rémi...

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de...

3 Commentaires

  1. Tout ceci démontre bien que donner un avenir meilleur à la Bretagne n’est pas leur préoccupation majeure.
    Tous ces comiques n’en ont rien à faire.
    Pas de programme, juste des tables rondes pour discuter des places.
    A quand les tables renversées ?

    • Il ne faut surtout rien attendre de l’UDI, parti d’élus dont le seul programme est d’être, quoi qu’il en coûte, toujours prêt de l’assiette de beurre. Pour donner le change, de temps en temps, les centristes font des sorties convenues sur leurs valeurs « humanistes », « sociales », « européennes », histoire de se démarquer de la droite. Mais à l’arrivée, ils s’arrangent toujours avec la droite et se débrouillent fort bien pour prendre les postes (comme disait Pasqua : le RPR gagne les élections, et l’UDF gagnent les postes). Il suffit de voir l’Ile-de-France, où Jouanno, après avoir ferraillé contre l’UMP, a en quelques mois complètement tourné casaque. Pareil en Rhône-Alpes, où les centristes ne voulaient pas pactiser avec le diable facho Wauquiez…En résumé, les centristes, c’est la synthèse de l’arrogance pontifiante des socialistes avec l’art de la combinazione geignarde des Verts.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Loi sur les langues régionales : retour sur une journée historique

La défense de cette loi a l'assemblée en deuxième lecture avait visiblement été préparée minutieusement par Paul Molac. Fort de ses expériences passées, celui-ci...

Vaccin Covid-19. Le Dr. Louis Fouché humilie deux élus LREM et UDI en direct

Le Dr. Louis Fouché humilie deux élus LREM et UDI en direct. https://www.youtube.com/watch?v=s4c3ytZC28o Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous...

Alain Cadec (LR). « Il sera toujours temps de faire les comptes »

Alain Cadec, président (LR) du conseil départemental des Côtes-d'Armor, est ce mardi l'invité d'Hubert Coudurier sur Tébéo-TébéSud. Il s’exprime sur le renvoi de la...

Coronavirus. Où en sont les mesures du Conseil régional de Bretagne face à la crise ?

Où en est le Conseil régional de Bretagne quant aux mesures exceptionnelles mises en place pour venir en aide à l'économie bretonne ? Faisons...