Frédéric Mathieu, Le Drian, Le Fur, Kerbrat, Ferrand, Molac…Député, un CDD en Or

  • Courage, fuyons ! – Gaël Le Bohec (LREM), député sortant de Redon, ne se représentait pas ; notre homme est « déçu » : « Je me suis battu pour essayer de faire gagner Anne Patault » (Ouest-France, Redon, mardi 21 juin 2022). S’il avait labouré la circonscription pendant ces cinq années, s’il s’était occupé de ses électeurs, Mme Patault (Ensemble-Renaissance) n’aurait pas hérité d’une situation dégradée. Pour être réélu, il est préférable de jouer à l’assistante sociale plutôt qu’au faiseur de discours. La reconversion de Le Bohec se fera dans l’entrepreneuriat, l’associatif… On ne peut pas dire que ce soit une bête politique, plutôt un touriste !
  • Un milliard d’euros – Le programme de Frédéric Mathieu (Nupes-LFI), nouveau député de la circonscription Rennes-Bruz – le « tueur » de Florian Bachelier -, est clair : « Si nous proposons de mobiliser un milliard d’euros pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes, qui était censé être la grande cause du gouvernement, la majorité pourrait-elle s’y opposer ? Nous allons faire de la politique et chaque électeur pourra en être témoin. » (Ouest-France, Ille-et-Vilaine, mardi 21 juin 2022). Excellente idée. Mais il y en a d’autres auxquelles Mathieu pourrait également s’intéresser : la réindustrialisation, la création de petites entreprises artisanales, le développement de l’agriculture familiale et bio… Bref, tout ce qui peut créer des emplois.
  • Lorient – Au second tour, Jean-Yves Le Drian a fait campagne activement pour Lysiane Métayer (Ensemble-Territoire de progrès) – sa candidate. Cette dernière l’a donc emporté : 19 666 voix (51,35 %) contre 18 634 (48,65 %) pour Damien Girard (Nupes-EELV) ; soit une différence de 1 032 voix. « On échoue à pas grand-chose. On avait en face Jean-Yves Le Drian qui embarquait le centre gauche un peu vieillissant, qui vote beaucoup, et l’ensemble des composantes de la droite. La circonscription est une terre de modération », explique l’écologiste. Il en convient, « pour beaucoup la figure de Mélenchon a pu agir comme un repoussoir, même au sein de la gauche » (Ouest-France, Lorient, mardi 21 juin 2022). Effectivement, à Lorient, il faut encore compter avec la notoriété et la popularité de Jean-Yves Le Drian qui fut longtemps maire et député ; on vante beaucoup l’efficacité de ses « réseaux » (franc-maçonnerie)…
  • Député à vie – A Loudéac, Marc Le Fur (LR) démarre un sixième mandat. Olivier Allain (Ensemble-LREM) avait déjà essayé de lui piquer la place en 2017. Sans succès : 25 668 voix (54,32 %)/21 584 voix (45,68 %) ; soit une différence de 4 000 voix. Rebelote en 2022. Nouvel échec pour Allain : seulement 9 049 voix (18,67 %) au premier tour ; il est éliminé. Au second tour, Le Fur l’emporte facilement en battant Antoine Ravard (Nupes-PS) : 30 012 voix (64,87 %) pour le sortant contre 16 254 voix (35,13 %) pour le challenger ; soit une différence de 13 700 suffrages. Olivier Allain, agriculteur, maire et conseiller régional, « souhaite bon courage à quiconque se présentera dans la circonscription face à Marc Le Fur, qui est certainement élu à vie » (Ouest-France, Côtes-d’Armor, lundi 21 juin 2022). Le Fur gagnerait à organiser des formations : comment s’y prendre pour être élu et réélu ?
  • Godillots – Andy Kerbrat (Nupes-LFI) a été élu député de la circonscription Nantes-centre. On peut dire qu’il a battu facilement la sortante Valérie Oppelt (Ensemble-Renaissance) : 24 550 (55,34 %) contre 19 809 voix (44,66 %) ; soit une différence de 4 700 voix. Son premier sujet : la loi sur le pouvoir d’achat en juillet. « On ne sera pas des députés godillots. On va batailler. » (Ouest-France, Pays de la Loire, mardi 21 juin 2022). Il oublie qu’il sera obligé d’obéir à son patron, Jean-Luc Mélenchon. Or l’ex-futur Premier ministre est souvent imprévisible… Et Kerbrat n’appartient pas au premier cercle (Eric Coquerel, Clémentine Autain, Manuel Bompard…). Il lui faudra donc mettre de l’eau dans son vin.
  • Carhaix – Romain Pasquier, directeur de recherche au CNRS, analyse ainsi la défaite de Richard Ferrand (Ensemble-Renaissance), député de Carhaix et président de l’Assemblée nationale : « Il a un parcours d’apparatchik et de parachuté, qui a historiquement des inimitiés très tenaces, comme celle avec le maire de Carhaix. » (Ouest-France, Bretagne, mardi 21 juin 2022). A l’annonce de la défaite de Ferrand, le maire de Carhaix Christian Troadec a certainement sablé le champagne. Ferrand a besoin de trouver un nouvel emploi. Les Mutuelles de Bretagne, dont il a été le directeur général, pourraient-elles faire un effort ?
  • Corse – Les trois députés nationalistes ont été réélus : Paul-André Colombani à Sartène ; Michel Castellani à Bastia et Jean-Félix Acquaviva à Corte-Calvi. A Ajaccio, Laurent Marcangeli (Ensemble-Horizons) l’emporte sur le candidat nationaliste Romain Colonna (Femu-RPS) : 12 013 voix (51,76 %) contre 11 195 (48,24 %). Le président du conseil exécutif, Gilles Simeoni, a interprété ce résultat comme « un message fort envoyé à Paris en vue d’une solution politique » (Le Monde, mardi 21 juin 2022).
  • Bourgogne – Quand on ne parvient pas à se faire élire en Bretagne, on peut tenter sa chance en Bourgogne ; c’est ce qu’est parvenu à faire avec succès Emeric Salmon (Rassemblement national). Ce Breton a été conseiller régional de Bretagne (2015-2021), « candidat malheureux aux législatives, en 2017, en Ille-et-Vilaine, aux municipales de 2020 à Rennes et aux départementales de 2021 dans le Morbihan » (Le Télégramme, lundi 20 juin 2022). Mais aussi aux élections régionales de 2021 (troisième dans la section Morbihan). Parachuté dans la circonscription de Lure-Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), il se fait élire facilement député en 2022 : 22 245 voix (54,38 %) contre 18 663 (45,62 %) pour le candidat Ensemble-Renaissance. Un résultat formidable si l’on songe que personne ne le connaît dans la circonscription ; les électeurs ont voté pour l’enseigne Rassemblement national, pas pour le bonhomme. Autre observation : le RN est aussi pauvre en cadres en Bourgogne qu’en Bretagne pour être contraint d’« importer » des candidats ; c’est une forme d’immigration !
  • Un score à la soviétique – Dans la circonscription de Ploërmel, Paul Molac (régionaliste) s’est véritablement « promené » au second tour : 37 678 voix (73,43 %) contre 13 631 (26,57 %) pour la candidate Ensemble-Renaissance (Rozenn Guégan). Son meilleur score, il l’a réalisé dans la forêt de Brocéliande, à Tréhorenteuc. Dans cette commune minuscule (104 inscrits et 65 exprimés), 60 électeurs ont voté pour Molac, soit 92,31 % des suffrages exprimés. Qui dit mieux ?
  • Catastrophe – Anne Patault (Ensemble-Renaissance) sait maintenant qu’elle n’est pas appréciée dans sa commune. En effet non seulement elle a été battue dans la circonscription de Redon, mais encore elle a été dominée à Renac, la commune où elle est adjoint au maire : 180 suffrages pour Mathilde Hignet (Nupes-LFI) et seulement 165 pour elle. Les prochaines élections municipales auront lieu en 2026…

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. Bourgogne, pauvreté en cadres du RN Raisonnement faux : en 2017, les élus macron étaient ils des cadres ?
    Quel parti posséde des cadres ?

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS