Région Bretagne. Le Drian (PS) déplore la passivité de Le Fur (LR) et craint Pennelle (FN)

lefur_pennelle_ledrian

09/12/2015 – 08H00 Rennes (Breizh-info.com) – « Il faut que tu te bouges Marc. Pennelle est en train de prendre ta place ». Ces propos rapportés par Le Mensuel du Golfe du Morbihan sortent de la bouche de Jean-Yves Le Drian, président de la région Bretagne, s’adressant à Marc Le Fur, chef de file des Républicains en Bretagne, et conseiller régional d’opposition. Ils auraient été prononcés fin février dans les couloirs de l’hôtel de Courcy (le siège du conseil régional de Bretagne).

Depuis les élections régionales de décembre, et l’arrivée d’élus Front national à la région, il semblerait en effet que les conseillers régionaux des Républicains et du Centre soient particulièrement peu vindicatifs vis à vis de la majorité socialiste, ce qui place de facto le Front national de Gilles Pennelle en tant que force principale d’opposition malgré un nombre de conseillers régionaux plus faible. Marc Le Fur – qui soutiendrait le très mollasson Alain Juppé pour la primaire des Républicains – semble prolonger sa campagne pour les élections régionales : il incarne ainsi une droite molle, perdante à tous les coups, prise en étau entre des socialistes bien ancrés aux manettes de la Région (et de la moitié des départements de la Bretagne administrative) et un Front national de Bretagne qui se montre impliqué dans les dossiers à la Région, qui ne laisse rien passer, notamment sur les questions liées à l’immigration et à la dépense publique.

Marc Le Fur n’a visiblement pas tiré les leçons de sa défaite cuisante aux régionales – une défaite à mettre en large partie sur le compte de la percée historique d’un Front national à qui la droite « populaire » dont se revendiquait pourtant Marc Le Fur a totalement abandonné le terrain de la sécurité, de la lutte contre l’immigration, de la fiscalité, de l’islamisation …Pis encore, de Bernadette Malgorn – totalement passive malgré les évènements graves qui s’enchaînent à Brest, à Patrick Le Diffon, maire de Ploërmel qui revendique le souhait d’accueillir des migrants dans sa commune, en passant par de nombreux élus de la droite et du centre qui font de même, plus rien ne semble désormais distinguer Les Républicains et le Centre de Bretagne d’avec le Parti Socialiste.

D’où l’inquiétude manifeste de Jean-Yves le Drian, président de la Région Bretagne qui se retrouve, lors de chaque session parlementaire, avec le seul Front national pour « animer » les séances.  « En trois séances, le FN s’est imposé par sa compétence et sa pertinence comme la seule force d’opposition à Jean Yves Le Drian . Celui-ci le reconnait implicitement.» réagit Gilles Pennelle (FN) à la lecture de cette information. « Sa réaction traduit également la complicité qui existe entre le PS et la droite et le centre. Jean-Yves Le Drian veut choisir son opposition ; il était habitué à une opposition molle qu’il regrette.». poursuit-il, avant d’évoquer Les Républicains. « Marc Le Fur et ses amis ne sont plus au centre des débats importants en Bretagne. La seule alternative au PS c’est désormais le FN ».

Maël de Calan – conseiller départemental du Finistère, conseiller d’Alain Juppé et proche de Marc Le Fur – a beau sortir prochainement un livre aguicheur pour « décrypter le programme du Front national » * (NDLR : tellement original et politiquement incorrect !), les prochaines échéances électorales de 2017 devraient confirmer – sans réaction « à droite toute » de l’équipe de Marc le Fur, le déclin des Républicains en Bretagne au profit du parti de Marine Le Pen.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

3 réponses

  1. J’ai déjà dit ici, à plusieurs reprises, tout le mal que je pense de Le Fur et des autres prétendus  »républicains » d’ici en particulier et d’ailleurs en général. Cet article confirme mon point de vue : il n’y a rien à attendre de ces gens-là que rien, sur le fond, ne permet de distinguer de leurs concurrents de gauche.
    Par haine du Front National, certains ont voulu voir dans ce Le Fur une alternative, européiste et régionaliste. Certes, il est européiste (et en phase avec la Commission de Bruxelles) et le régionalisme, qui ne lui a pas coûté cher, ne lui a rien rapporté (il hésitera certainement avant d’emboucher à nouveau les trompettes régionalistes).
    Ces chauds partisans de Le Fur appelleront-ils à voter pour Juppé, qui est un  »immigrationniste » parmi les plus extrémistes, en 2017 ?

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !