Le caban de Hamon ne fait pas le Breton

A LA UNE

10/03/2017 – 07H15 Rennes ( Breizh-info.com) – Copain de Benoît Hamon, – ils se sont connus au Mouvement de la jeunesse socialiste, le premier étant président et le second secrétaire général -, Gwénégan Bui (PS) devrait redevenir député de Morlaix si les électeurs de cette circonscription le préfèrent à Maël de Calan (UMP-LR) les 11 et 18 juin. Il a déjà fréquenté le Palais Bourbon lorsque Marylise Lebranchu, dont il était le suppléant, fut ministre (mai 2012 – février 2016).

En attendant un éventuel retour, le sieur Bui n’est pas dans la misère puisqu’il est à la fois conseiller régional, siégeant à la commission « aménagement du territoire », et cadre de haut niveau au sein de l’établissement public foncier de Bretagne. Ce qui ressemble fort à un conflit d’intérêt…

Il est donc normal que Gwénégan Bui, dans un entretien complaisant, dise le plus grand bien de son ami « Ben » à l’occasion du meeting de ce dernier à Brest (Ouest-France Finistère, 02 mars 2017). Tout le monde aura remarqué que Hamon, que ce soit dans ses écrits ou dans ses propos, ne fait jamais allusion à la Bretagne ni à sa condition de breton. Il est totalement hors-sol. Député de Trappes (Yvelines) mais n’habitant pas Trappes. Et Breton émigré se faisant élire par des immigrés.

Par conséquent, difficile pour Bui de définir ce qui lie le natif de Saint-Renan à son pays d’origine. Ce qui l’oblige à racler les fonds de tiroir : « C’est quelqu’un qui est franc comme les Bretons (…) Il a grandi ici, il connaît. Je l’ai toujours connu avec son caban. Il a toujours été supporter du Stade brestois, dans les bons moments comme dans les pires. » On ne pourra pas reprocher à Bui de faire dans l’«identitaire» !

B. Morvan

Crédit Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Thomas le Mezo, enseignant-chercheur en robotique à l’ENSTA Bretagne récompensé pour ses travaux de thèse

A l’occasion du Forum innovation défense qui se déroule du 25 au 27 novembre 2021, le ministère des Armées...

Tendances web : la candidature d’Eric Zemmour en chiffres

Le 30 novembre, Eric Zemmour a choisi YouTube pour annoncer sa candidature à l'élection présidentielle. Et sur le web,...

1 COMMENTAIRE

  1. Je parierais volontiers que pour Hamon, « breton » est presque un gros mot, car l’adjectif a des relents identitaires. Le problème numéro un de Hamon à mon avis est qu’il n’a pas la tête de l’emploi, on l’imagine mal en président de la République. C’était vrai aussi de Sarkozy, mais Sarko avait pour lui un dynamisme que n’a pas Hamon.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés